29 juil. 2013

Le jour où j'ai vomis dans mon sac à main


Ceci n'est pas un titre métaphorique. Il représente juste un lourd moment de solitude vécu dans ma jeunesse folle.
Je me baladais sur l'avenue, le coeur ouvert à l'inconnu et comme toute banlieusarde qui se respecte, passé minuit le seul moyen de rentrer chez toi quand t'es mineure et pauvre est de prendre le bus de nuit.

→LE BUS DE NUIT ←

Ou un simple car accueille tous les banlieusards de sortie sur la capitale qui sont trois cent mille et dont l'espace ne peut accueillir seulement que ... trente personnes. Néanmoins, quand tu sais jouer des coudes (et des pieds) tu peux avoir l'immense privilège de monter à bord du jadis noctilien n° 121.
Plus d'une heure de trajet entre les gens bourrés, les recalés de boites, le couple de touristes qui s'est perdu et moi. Moi qui ne supporte pas les voyages en car et ce depuis l'enfance.
Au centre aéré c'était déjà un sketch,
- On laisse Mona s'installer devant elle est malade en caaaaaar avec mon sac plastique sur les genoux que ma mère glissait toujours dans mon sac à dos.

Le bus de nuit vacille grille les feux et roule sur les trottoirs.  Il est important de préciser que le pourcentage d'accidents du 121 est de 98,87% selon ma propre opinion.
Les mecs ne sont pas là pour faire du tourisme mais rentrer rapidement chez eux après leur tour d'Ile de France. Donc la sécurité, les limitations de vitesse toutçatoutça ils n'ont franchement pas le time.
Moi j'étais là, avec mes deux mèches graissées sur le devant, mes TN aux pieds et un jogging BLANC avec un tshirt écrit DIAMS et j'ai commencé à regretter ma Smirnoff au citron.


Un virage, deux, trois.


Tiens je suis verte. Mon estomac me remonte dans la bouche, je pourrais presque décrire la composition de mon dernier repas dans les moindres détails.

- Meuf j'me sens pas ienb al, ca va ap du tout. 
ai-je dis, à BFF
- Tu vas pas béger là ?


Le virage ultime de l'A86, sa verdure et ses chênes, ma face qui suintent la galette arrivante. Et là ... autour de moi ... J'observe ...
Ma BFF qui joue à snake sur son 3310, un mec qui louche sur mes TN, une blonde platine avec des bottes en cuir - probablement une prostituée - et un groupe de mecs qui écoute Rohff.
Je fouille dans mes poches : dix francs *LOL*, un mouchoir dégueu et une place de ciné à 6€ la belle époque.


Virage numéro trois mille cinq cent vingt deux.


Tiens, j'ai mangé du bœuf épicé à la cantine il y a deux jours. Mes mèches grasses sont finalement trempées et mon 105 D sue sous mon tshirt, si bien qu'on lit désormais DAS sur mon torse.
Je commence à paniquer
Je re-regarde autour de moi, qu'ai-je en ma possession ? Mais non ... impossible, je ne peux pas faire ça... c'est celui de ma mère, il est vintage et collector. Bluuurp. J'me sens pas bien ...


Pas le temps de réfléchir.


Je vide mon sac, quelques piécettes, ma carte de transport, l'album de Sniper et des têtes brûlées. Je vide tout très rapidement, perds la moitié de mes affaires sur la moquette usée du car et j'ai juste le temps d'ouvrir le sac en entier et ................................... J'ai gerbé dans mon sac à main.

Autour de moi, une symphonie parvient à mes oreilles, une musique envoûtante, comme pour décrire le moment présent, en apesanteur, le temps s'est arrêté ... Cette musique ... Ma vie, un film ... Mais d'où vient-elle, est ce Dieu qui m'env...Ah non,

" La puissance, dès qu'j'arrive, sans la rage de vivre
J'respire mon époque, ma vie mon rap s'entrechoque..."

 C'était juste Rohff.

" Qu'on m'aime, qu'on m'déteste, plus j'avance, plus j'progesse..."

Miraculeusement personne n'a capté la scène d'horreur sauf BFF que je pouvais désormais appelée ex-meilleure amie vu le regard de dégoût qu'elle a porté sur moi au moment précis de l'histoire.
J'ai refermé mon sac, j'ai attendu que le trajet se termine, je regardais par la fenêtre.

- Belle nuit hein ? dis-je à ex-BFF
- Oui.

Le trajet s'est terminé dans le silence le plus complet puis nous sommes enfin descendues du bus.

- On se fait pas la bise hein ?
- Nan pas là.

Nos chemins se sont séparés, j'ai marché un quart d'heure jusqu'à chez moi, tenant l'objet du délit : mon sac à main et priant pour que je me fasse voler ce putain de sac rempli de vomis.

Hélas non, pas cette fois, pas ce soir. Ce soir jeune fille, tu vas rentrer vider ton sac dans la baignoire, te rendre compte que tu y avais laissé ta carte d'identité, changer de nom et ranger le sac à tout jamais sans rien dire à ta mère.
Puis tu vas aller te coucher et espérer que demain ton amie t'enverras quand même un Wizz sur MSN pour te dire que t'es sa meilleure amie à la vie à la mort au vomis.

Aujourd'hui jeune fille tu as gerbé dans ton sac à main et cela dans un lieu public. Prie pour que demain le jour se lève sur une nouvelle ère, celui où tu n'aurais plus à monter dans le 121.





30 commentaires:

  1. je darasse so much ! Change rien, j'ai tellement ri !

    RépondreSupprimer
  2. Maintenant que j'ai vu j'arrive à mettre des intonations sur ton texte ! Trop bien !

    RépondreSupprimer
  3. Tinnn même les chauffeurs ont pas l'time !
    J'ai légèrement la gerbe qd même à 14h21.
    Sache que c'est impossible de faire ça à côté de moi, voilà pourquoi je déserte les transports en commun.
    Si tu vomis, je vomis.
    A la vie à la mort.
    Chacha, EMG numbertwo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu pleures je pleure.
      A la vie à la mort.

      Supprimer
  4. Enorme!! Poetique meme... Et les deux meches de cheveux devant le front, haha ca me parle tellement !! Lucile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais pourquoi avons nous fait ça ... je me questionne encore

      Supprimer
  5. Putain le fou rire ! Jolie plume !! Bravo bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci bcp Fay ! Je file découvrir ton blog.

      Supprimer
  6. Ma pauvre bichette! tu as du te sentir trop mal mais bon, quand il faut y aller ^^ et dis toi que quand tu as la diarrhée, le sac à main n'est même pas une option ^^ Glamour glamour je sais ^^ bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ose même pas penser à ce jour ... espérons que j'ai un it-bag et pas une pochette.

      Supprimer
  7. Trop drôle! Et les référence aux années 2000 de nos 15 ans c'est top! Les deux mèches grasses sur le front, le "wizz" de msn, je ne m'en rappelais plus, mais c'est ça!! ^^
    Merci à toi!

    RépondreSupprimer
  8. Pour une fois Hellocoton met en une un blog qui déchire sa race!

    J'übervalide, je te follow de partout cocotte!

    Merci pour m'avoir fait passer un bon moment sur ton blog. Hell yeah!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors ça c'est du com sympa !!!! Je file découvrir ton blog aussi !
      Merci

      Supprimer
  9. Vraiment très drôle j'ai adoré lire ton article et la photo MAGIQUE ^^

    RépondreSupprimer
  10. oui un vrai moment de solitude. On compatis mais on ne pas pas s'empécher de pouffer derrière l'écran! Le pire est derrière toi ;) ;)

    RépondreSupprimer
  11. C'est le premier article de toi que je lis. J'ai beaucoup ri et je pense que, dans ma tête, tu resteras pendant trèèèès longtemps "la fille qui a vomi dans son sac à main". Voilà :).

    RépondreSupprimer
  12. Le nombre de fois où ça a failli m'arriver dans les taxis en rentrant de soirées un peu trop arrosées... Bravo, tu as réalisé ma pire frayeur! =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En espérant que tu n'ai jamais à la vivre!

      Supprimer
  13. La note d'humour pile poil bien :D bravo !

    RépondreSupprimer

© Copyright Mona Champaign.

Tous droits réservés.
Tous les textes présents sur ce blog m'appartiennent et ne sont pas libres de droit. Merci de ne pas les utiliser sans mon accord.
Article L112-1 du Code de la Propriété Intellectuelle.

Archive