12 nov. 2013

Je me suis faite pigeonner au Château de Fontainebleau


Je naquis le jour d'Halloween en l'année 1988 à Fontainebleau.
J'aime raconter que ce fut au château. On est mytho ou on l'est pas : je le suis totalement.



Après quatre années à courir sans culotte dans les jardins de François 1er, la Roi père décida d'entreposer ses valises près de Versailles.
La galerie des glaces serait désormais ma nouvelle aire de jeu.
Cependant nostalgie oblige (et grands-parents ayant gardé les appartements bellifontains) je retourne souvent dans le château de mon enfance.

Il y a quelques années de cela - avant que mon ex ne devienne père de famille dans laquelle je ne fait pas parti - il m'y rejoint avec le courtisant de ma chère soeur afin de passer la journée dans les jardins du château familial.
J'étais belle, j'étais jeune et c'était l'hiver. Il faisait grand froid et je portais un long manteau blanc dans lequel je ressemblais à la reine des neiges.
Nous passâmes l'après-midi dans les ruelles pavées de mon enfance, illuminées par les décorations de Noël.
Après avoir siroté un chocolat viennois digne de ce nom dans un café non moins connu de la ville, nous décidâmes de nous balader dans le parc du Château.
J'ai jeté une pièce dans la fontaine magique (pourvu qu'il me demande en mariage, je souhaite que mes seins dégonflent, je voudrais re-rentrer dans mes jeans taille 40) puis me dirigeais vers le lac avec mon amoureux.


Les cheveux dans le vent et mon fiancé me tenant la taille, sur un ton mi-humour mi-guimauve, j'écartai les bras tel l'oiseau de lumière et mimai la fameuse scène de Titanic.


Je suis la Reine du monde !
  

Lorsque tout à coup ....

Super pigeon

Moi les bras écartés ....

Le temps suspendu ....

Les ailes du pigeon battant le vent du château ...

Une douce symphonie se fait entendre ...

Et ...
BIM.

Je me suis fais chier dessus par cet enfoiré de pigeon.

Moi les bras grands ouverts.
Mon mec qui s'écarte de moi dans un air de dégoût.
Moi baissant les bras constatant les dégâts.
Mon manteau reine des neiges désormais reine des pigeons.

Je ne suis malheureusement pas dans un film de James Cameron, sans quoi cet instant censé être romantique ne se serait pas terminé par une chiure de pigeon sur mon manteau blanc.
Je ne suis pas actrice ou alors juste de ma propre vie.

Dans le château de Fontainebleau, grande demeure familiale, dans les bras de mon fiancé de l'époque et face au lac, un pigeon s'est soulagé sur mon bras.
À part ça, je suis toujours une Princesse.

12 commentaires:

  1. Ca arrive, même aux meilleurs :-)

    RépondreSupprimer
  2. Mdrrrrrrr ahhh mon CupCake qu'est ce que j'aime te lire!!!! bouffonne inside mouahahhahah <3

    RépondreSupprimer
  3. Ho, je me sens moins seule. Il y a quelques mois de ça, allant rejoindre la tram afin d'arriver en cours ( ça commençait bien la journée ), je passe par cette merveilleuse rue que je côtoies depuis trois ans, le même trottoir, la même maison envahi de pigeons toute l'année. Je regarde mon portable ( vite, je suis en retard ), j'accélère, *rouh rouh rouh rouh* (ceci est le bruit du pigeon), je lève la tête > une horde de pigeons agglutinée sur le fil électrique au dessus de ma poire, je re-accélère car dans ma tête ça à fait ( trottoir plein de fiente, pigeons au dessus, moi entre les deux, couuuuuuuuuuuuuuuuuuuuurs ), il ne me restait plus qu'un chieur à plume au dessus de ma tête, j'avais à peine baissée le regard qu'il arriva ce qu'il devait arriver, merde !
    A savoir que j'allais devoir passer une journée avec une merde de pigeon non par sur ma veste, mon sac, ou même ma main, non cette enfoiré à bien visé, dans LES CHEVEUX !
    ... je n'en suis toujours pas remise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Génocide des pigeons. La seule solution possible.

      Supprimer

Facebook

INSTAMONAGRAM


Archive

© Copyright Mona Champaign.

Tous droits réservés.
Tous les textes présents sur ce blog m'appartiennent et ne sont pas libres de droit. Merci de ne pas les utiliser sans mon accord.
Article L112-1 du Code de la Propriété Intellectuelle.