6 oct. 2014

"Sauvons les nichons, ils sont beaux ils sont ronds !" # Ma première Odyssea

Dixit un joggeur brun au t-shirt rose.


Ce matin, c'était dimanche et par définition le matin c'est avant midi.
A l'accoutumée, le dimanche matin je suis encore dans les bras de Morphée (ou autre si la nuit a été fructueuse), je me réveille vers les coups de treize heures, je déjeune devant W9 puis me rendors jusqu'à seize heures et comate ainsi jusqu'au soir. Soir où je me décide enfin à prendre une douche puis dîne devant un bon film, bien au chaud sous mon plaid. Ça c'est le dimanche chez moi.

Ce dimanche matin, je me suis levée aux aurores et alors que le soleil n'était pas encore sorti de son lit j'étais déjà en tenue de combat. Aujourd'hui était un jour spécial pour moi, un jour que j'attendais depuis des mois. Ce matin, j'ai fait l'ODYSSEA à Paris.

Course pour la lutte contre le cancer du sein, en ce mois rose nous étions tous au rendez-vous et pour la première fois, moi j'y étais aussi.


Vous n'êtes pas sans savoir (sinon breaking news !!) que je me suis mise récemment à la course à pied. Toute seule et à mon rythme, c'est à dire quand j'en ai envie et comme j'en ai envie
Je n'ai aucun objectif précis si ce n'est celui de rester en forme, me la péter quand je dis que je cours, rentabiliser mes supers belles baskets roses et surtout, m'aérer l'esprit. Je cours quand je veux, si je veux et quand ça me chante. Je ne suis pas une grande sportive, je me fait juste plaisir et je mate les joggeurs par la même occasion (qui sont d'après moi bien trop peu, espérons que dans mon nouvel appart, les bois regorgeront de célibataires). Je ne suis pas dans la compétition, je cours toujours seule et comme je l'entends. C'est ça que j'aime, que personne ne me force à un quelconque résultat, que ce soit moi qui prenne la décision d'aller courir juste parce que ça me plait.

Après quelques moi de course à pied, j'ai eu envie de savoir de quoi j'étais capable physiquement et si mes joggings récurrents m'avaient transformé en Bolt. Je me suis donc inscrite au 5km course de l'Odyssea.
J'ai payé ma participation qui a été intégralement reversée à la recherche contre le cancer du sein. C'est important de le signaler car certaines courses reversent un pourcentage à des associations, celle-ci reverse tout pour la recherche, pour en savoir plus vous pouvez consulter leur site ici.

J'avais besoin d'un défi, savoir de quoi j’étais capable et me dépasser mais aussi, en ce mois d'octobre rose, il était important et symbolique pour moi de courir pour cette noble cause.
Ce fléau qu'est le cancer du sein peut toutes nous toucher de près ou de loin. Il a touché ma famille et des proches de mes proches, je voulais apporter mon aide et tenter de faire avancer les choses à mon niveau malgré l'impuissance que nous avons contre ce p*** de cancer.
On peut tous à notre façon apporter notre contribution, si ce n'est financièrement cela peut être physiquement, moralement ou simplement par cette course que j'ai faite avec tout mon coeur et (presque) tout mon souffle. La mobilisation est importante.


La vérité ? J'ai pas arrêté de chialer.
Dans la voiture car j'étais coincée dans les embouteillages et que j'ai eu peur de ne pas arriver à temps pour le départ. J'ai chialé quand j'ai mis mon t-shirt parce que je sentais que je faisais quelque chose de bien.
J'ai chialé en commençant à courir parce que j'étais fière de moi et qu'à vrai dire c'est assez rare.
J'ai chialé quand j'ai croisé des enfants avec des ballons roses, j'ai chialé quand j'ai croisé des femmes et des hommes de tout âge se tenir par la main en marchant ou courant. J'ai chialé quand j'ai croisé cette femme chauve au visage creux, qui courait plus vite que moi et souriait à son mari.
J'ai chialé quand j'ai lu certains messages que des participants avaient écrits sur leurs maillots roses en souvenir de proches disparus ... J'ai chialé parce que c'était trop d'émotion ...

J'ai souris quand j'ai croisé un chien qui portait le t-shirt de l'Odyssea. J'ai tapé des mains en croisant à chaque kilomètre parcouru des petits groupes de musiciens qui nous encourageaient. J'ai explosé de rire quand j'ai entendu ce joggeur nous doubler en criant "sauvons les nichons, ils sont beaux ils sont ronds, il faut sauver les nichons !" et puis j'ai fondu en larmes quand j'ai franchis la ligne d'arrivée et que j'ai retrouvé ma mère qui m'attendait et qui elle aussi, a éclaté en sanglots.
Trop d'sentiments j'vous dis !!

C'était tout ça l'Odyssea, tout d'abord le stress, l’appréhension "vais-je y arriver à temps ? vais-je tenir le rythme ?" puis les rires, les joies, les pleurs, les sourires. Les sourires.
Les sourires. Surtout les sourires.

Face au cancer du sein nous sommes impuissant(es). Je ne suis pas médecin, je ne suis pas Dieu, mais nous pouvons malgré tout nous mobiliser pour cette cause et surtout, en cet octobre rose, prévenir cette foutue maladie, en parler, encourager la mammographie et montrer ses seins.
A qui on veut mais surtout des médecins. C'est important.

"1 femme sur 8 risque de développer un cancer du sein. Chaque année, le dépistage précoce permet de sauver des milliers de vie."

Sourire, toujours sourire et avancer ensemble.
Moi j'ai couru, et j'ai vu la vie en rose.




A ma tata Alma.


8 commentaires:

  1. Wouah ! Emouvant comme article.
    Je te tire mon chapeau pour cette B.A. Moi je donne mon sang, c'est pas non plus la B.A. du siècle mais je suis aussi fière de moi de faire un petit quelque chose de bien.
    Et bravo pour ces 5 kms.
    Charlotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Charlotte, moi ils en ont jamais voulu de mon sang (toujours un problème de tension, de piercing, de fièvre ect...) on fait tous à notre façon notre B.A et c'est le plus important !

      Supprimer
  2. moi je fais de la "prévention" j'en parle avec les gens. Déjà parce que ma belle mère l'a vécu, ma grand mère à un sein en moins. Et pour toutes ses dames que je soigne et qui me disent "à mon époque on avait pas tout ça" et regardant la cicatrice qui remplace un sein (parfois deux cicatrices).

    alors je dis que le dépistage gratuit à partir de 50 ans c'est TROP tard. Pas mal de dame on commencer entre 35 et 40 ans. qu'il faut tater régulièrement et au moindre doute consulter. Mieux vaut payer une consultattion pour rien que des soins médicaux pour bien trop.

    Félicitation à toi pour cette course Mona ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Cari, la prévention est primordiale !

      Supprimer
  3. Je suis le seul à être remonté en haut de la page après avoir vu la dernière photo ? Haha quel con, je rigole tout seul ...

    Voilà voilà maintenant que c'est fait, et bien bravo pour ton initiative. Le cancer est une saloperie face à laquelle on ne peut vraiment pas faire grand chose actuellement et même si l'impact concret d'une initiative comme ça est limité, espérons que l'effort de sensibilisation sera atteint.

    Bravo :)

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. MERCI D'AMOUR




      ah pardon j'ai cru que j'avais payé mes boobs, bisous.

      Supprimer

Instagram

© Copyright Mona Champaign.

Tous droits réservés.
Tous les textes présents sur ce blog m'appartiennent et ne sont pas libres de droit. Merci de ne pas les utiliser sans mon accord.
Article L112-1 du Code de la Propriété Intellectuelle.

Formulaire de contact (dis moi encore que tu m'aimes)

Nom

E-mail *

Message *

Archive