27 avr. 2015

Neuilly sa mère



Samedi soir, espoir.
Espoir de rencontrer l'homme de ma vie, père de mes enfants et riche héritier que je croiserais par hasard dans un café parisien à l'odeur de tabac froid.
Espoir aussi de ne pas trop boire afin de ne pas appeler cette fois tout homme susceptible de croire à mes mensonges et à qui je briserais le coeur ce qui engendra un karma de merde.

Espoir du soir, bonsoir.
Ou comment se faire servir son Bagel au saumon et son coca zéro par un ancien acteur de Plus belle la vie qui visiblement n'a pas trouvé d'autre rôle après celui du mec qui se fait tuer au bout de trois épisodes et surtout, comment croiser son fantasme humoristique, le regarder, l'admirer puis pleurer parce que je suis trop une baltringue pour aller lui déclarer ma flamme.
Ou alors c'est parce que j'avais une haleine de poisson.


Quoi qu'il en soit après ce copieux repas je me dirigais vers le métro afin de regagner mes pénates en et m'occuper de mon chat dont l'accouchement était imminent.
Qui a dit que ma vie n'était pas tout à fait fascinante ?

Brrrrrrrrr a fait mon vibreur, allo ? a fait Mona et deux minutes plus tard je changeais de quai pour rejoindre une soirée dans le 9ème.

L'ambiance de la soirée me plaisait assez et surtout ce beau blond qui me regardait d'un air de merlan frit (si quelqu'un dans l'assemblée connait le sens de cette expression qu'il parle maintenant, je l'ignore totalement je voulais juste rester dans le champ lexical des crustacés).
Après quelques banalités type "tu fais quoi dans la vie ? - un boulot de merde", je remerciais mes copines de m'avoir traîné ici et trouvais la soirée plutôt plaisante et surtout ce mec qui habite à Neuilly soit à dix minutes de mon boulot.
A moi les grasses mat.

En parlant de grasses mat, jadis, mon amant de Barcelone était également censé venir à ladite soirée. Mais ça c'était jusqu'à ce qu'il se souvienne que ma dernière parole envers lui fut : "je vais te péter les genoux" curieusement il n'a pas donné signé de vie. Le rapport avec les grasses mat ? Aucun.

J'ai donc continué ma conversation avec BB (beau blond) tout en m'auto-congratulant de m'être épilée ce matin.
Lorsque mon futur mari est parti fumer une clope j'ai reconnu une fille que j'avais déjà croisé et décidais donc d'entretenir mon réseau en allant discuter avec elle. Et cela n'avait absolument aucun rapport avec le fait que j'avais ouïe dire qu'elle bossait chez Biba.

- Léa c'est ça ?!
- Amélie.
- Oui voilà ... Comment vas-tu ?

Blablablaaaaa (j'en ai rien à cirer) blablablaaaa (ah boooon tu bosses chez Biba ?) blablablaaaa (au service juridique - donc inutile) blablablaaaa.  Par politesse je lui demandais où elle habitait, alors que je m'en carrais comme de la couleur de la robe de Marine à NYC.
Léa-Amélie me répondit qu'elle vivait à Neuilly,
- C'est marrant vous habitez tous à Neuilly.
- Ah bon, qui d'autre ?
- Lui ! pointais-je du doigt l'homme de ma vie
- Ah oui, c'est mon copain ! On vit ensemble ! On s'est rencontré y'a quatre ans au boulot parce que je m'étais occup ... non mais j'm'en fous.

Neuilly sa mère.


4 commentaires:

  1. mdr! sacrée mona! par contre, gaspard proust, c'est no way, je peux pas te suivre sur ce coup là! pouarf! essaie de croiser issa doumbia la prochaine fois ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. GASPARD FOREVER.
      Pour Issa je vais voir ce que je peux faire, c'est un gars de chez moi.

      Supprimer

Instagram

© Copyright Mona Champaign.

Tous droits réservés.
Tous les textes présents sur ce blog m'appartiennent et ne sont pas libres de droit. Merci de ne pas les utiliser sans mon accord.
Article L112-1 du Code de la Propriété Intellectuelle.

Formulaire de contact (dis moi encore que tu m'aimes)

Nom

E-mail *

Message *

Archive