10 févr. 2016

Rencard avec Serge le mytho


C'est le genre d'histoire toute bête mais néanmoins récurrente de ce siècle.
Une invitation Facebook, un stalkage du profil pour savoir de qui il s'agit, je ne le connais pas c'est qui ce me... ah il est pas mal --> accepter l'invitation.
Quelques échanges de mails, puis des textos, des Snapchattes et puis finalement, un date
On n'a pas de temps à perdre en 2016. Mona is back dans les bacs.

Rendez-vous pris pour 20h00 le mardi suivant, je ne sais jamais si je dois manger avant, si on mangera pendant ou si je mangerais après.
Le fait est qu'il est rare que je me cantonne à un seul verre, sauf qu'imaginez la formule :

Mona en rut + homme brun tatoué canon circoncis + alcool + Mona à jeun 
= walk of shame probable le lendemain.

On a dit qu'on ne s'offrait plus aussi rapidement il est vrai, mais on avait aussi dit qu'on arrêtait de fumer et qu'on mangerait bio. En 2016 on ne peut pas être sur tous les fions fronts et si je veux trouver un mari avant de perdre mes dents il faut bien faire quelques sacrifices.

Pour le moment, c'est le grand soir. J'y vais à la cool c'est à dire 1h30 de pose de masque hydratant et cirage de tennis.
Aparté : j'ai acheté un nettoyant pour le cuir à 20 balles pour avoir le prétexte d'aller chez le cordonnier canon en face de mon boulot. L'ironie c'est qu'il était trop occupé à taper sur le talon d'un mocassin en daim et que c'est sa mère qui m'a vendu le produit.
Gros fail, mais j'ai un super nettoyant maintenant et au moins le cordonnier canon sait que je prends soin de mes pieds comme je prendrais soin de lui faire prendre le sien.

Loin de moi l'idée d'aller en tailleur et escarpins vernis à mon rencard, j'ai mis une salopette et une chemise en dentelle. Ok j'avais aussi mis une belle culotte AU CAS OU.
Nous avions rendez-vous dans un bar à cocktails, l'happy hour commençait ...
Let's go.

Ok, le mec est aussi canon en vrai, on s'est fait la bise comme si c'était la seule et unique fois et que la prochaine nous mélangerons nos amygdales dans des râles endiablés.
J'ai commandé un mojito, lui une bière puis nous avons commencé à faire connaissance et là ... le film commençait.

- Moi tu vois j'ai connu des choses difficiles dans la vie ...
Moi aussi, quand ils ont arrêté le café à l'amande en bas de ma rue c'était atroce.
- Je suis le premier homme de moins de 30 ans à avoir fait fortune en Thaïlande.
J'ai été fichée bancaire trois fois.
- Nan mais tu vois, mon hôtel à Cancùn, il était toujours plein tu comprends, tout le monde s'arrachait les résas c'était le plus gros complexe hôtelier de toute l'Asie.
J'aime les tomates.
- J'ai 68 tatouages, la douleur ne me fait pas peur je suis insensible à tout choc corporel.
J'aimerais marcher sur tes couilles avec mes fausses Louboutins.
- Tu vois celui-là *il relève sa manche* c'est pour me rappeler à quel point j'ai souffert, que ça sera toujours là, en moi, à tout JAMAIS. Un souvenir de mon passé difficile, de ma vie ancrée à tout jamais sur ma peau.

-- > Carpe diem, le mec avait carpe diem tatoué sur l'avant-bras. J'ai failli m'étouffer avec une feuille de menthe et j'ai recraché mon rhum par le nez. Ça n'avait pas l'air de déranger Serge vu qu'il a continué sa scène.

- Je suis doté d'une puissance hors norme, c'est mon orthophoniste qui me l'a dit.
Je sais faire semblant de savoir faire le grand-écart.
- J'ai 44 dents au lieu de 42, c'est unique au monde.
Je sais chanter au clair de la lune en rotant.
- Mon tatouage dans le dos, c'est celui qui me rappelle que chaque jour est important, j'ai fait de la prison tu sais mais je veux pas en parler.
J'ai volé un diadème chez H&M en 2004.
- Deux semaines de prison, ça change un homme c'était ... *le mec baisse la tête et feins l'émotion* c'était une expérience douloureuse mais j'en suis ressorti plus fort.
J'ai envie de pisser.
- Ça a été dur mais je n'ai jamais pleuré, jamais ! Il se passait des choses ... tu vois ... là .... bref ... ouais ... gros ... représente ... sisi.
- Avec beaucoup de rhum s'il vous plait ! (au serveur, en lui donnant mon verre vide).
- Regarde là, dans mon dos, ouais je sais je fais de la muscu n'en profites pas ! LOL MDR PTDR 
Je fais la choré de "Chandelier" de Sia dans mon salon en string ficelle.

Le mec a soulevé son t.shirt sur son corps de lâche et m'a montré son tatouage de bad boy, j'ai cru mourir de rire et vomir en même temps, y'avait écrit "only God can judge me".

- Ah ouais louuuuurd, respect c'est vraiment très intense.
- Ouais ouais je sais. Tu sais Mona, j't'aime bien, t'as bien saisi que j'étais quelqu'un de spécial et tu m'as l'air à la hauteur.
Je suis bourrée mec.
- J'ai un tatouage sur le côté de la main là, tu vois ...
Je m'attendais à voir un signe de l'infini pour exprimer son côté "la vie ça fait mal" mais non, c'était un point virgule.
- Whaaaaaaaaaaaaaooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo !!! Mona, actrice, oscarisée.
- T'as vu ça bébé, mais il s'efface je suis dégoûté je dois le repasser, je l'ai fais à jeun tu sais, direct, comme ça bim !
- Oui les mains sont des endroits sur lesquels les tatouages ne tiennent pas trop ... c'est courant que l'encre s'eff...
- Non mais je t'arrête, j'ai la peau trop dure, je suis comme ça, les tatouages ont du mal à tenir sur mon corps mais tu peux pas comprendre t'as pas de tatouages c'est normal.
[...] 
- Oui tu as raison.

Trou du cul. Mais qu'est-ce-que je fous là sérieux ?

- Le mojito ambré ? a dit le serveur.
- Pour moi !
Ok je me souviens.

Serge ne s'est pas arrêté là, nous avons continué la soirée en son honneur, son oeuvre, sa réussite, sa vie en terminant par comment il a nagé avec un éléphant à Bali,

- Mais les éléphants savent nager ?
- J'ai réussi grâce à une technique apprise au Chili quand j'aidais les orphelins à faire de la danse, c'était du jamais vu dans toute l'histoire de blablablaaaaaaa

Ensuite il m'a parlé de son projet de tatouage pour prouver que le monde est sien est qu'il ne faut jamais lâcher prise, rester fort, humble, à la hauteur du monde,

- Be strong forever ?
- Non, THUG LIFE dans la nuque.
Ok je vais décéder de WTF.

Et blablablaaaa ... j'entamais mon quatrième verre et j'imaginais déjà le moment où j'allais vous raconter tout ça.

- Si tu connaissais mon nom de famille girl tu me verrais différemment.
- Chirac ?
- Mais je peux pas en parler.
- Kardashian ?
- Mais je t'assure que c'est du louuuuuuuuuuurd.
- Angeli ?
- Mais je peux pas en parler.
Ba ferme ta gueule.

Il ne l'a pas fermé,

- En fait, mon père est le cousin du voisin de la belle soeur du frère qui a aidé Mesrine à s'évader
- Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan !! 
Mais qu'est ce que je fous là sérieux ?

- Et ouais bébé je sais, je pèse lourd c'est comme ça.

J'ai prétexte un coup de chaud suite à cette révélation qui allait changer ma vie, et j'en ai profité pour aller aux toilettes et envoyer un message à ma copine Séverine, afin de lui raconter à quel point ma soirée était digne d'un film razzy-awardisé. Elle m'a répondu d'y retourner et lui faire croire que j'étais une soeur Middleton.
J'ai fait pipi, j'ai enlevé la menthe de mes dents puis suis retourné à notre table où Serge commandait une autre bière en racontant au serveur comment son grand-père avait importé l'orge de Pologne en 1765.
Faites le calcul du papy et le rapprochement entre la Pologne et la France et vous obtiendrez l'échange de regards compatissants entre le serveur et moi-même.

- Ça va bébé ?
- Un autre oui ! (au serveur) Ça va merci.
- Tu passes une bonne soirée ? Pas trop impressionnée par mon palmarès ?
- Non.
- Au fait je t'ai parlé de ma statue à Tel Aviv ? En fait j'avais sauvé des flammes un groupe de ... 
Achevez-moi right now.

La soirée s'est terminée quand le bar a éteint les lumières. J'ai profité que Serge aille pisser pour donner mon numéro au serveur (on ne sait jamais) puis Serge a appelé un Uber et m'a demandé d'attendre avec lui. Son chauffeur est arrivé, il m'a fait la bise puis est parti me laissant pantoise et ivre avenue Oberkampf.
Enfoiré.

J'ai commencé à marcher vers le métro mais au bout de 17 minutes je n'avais toujours pas trouvé la station. Je me suis donc arrêtée pour réfléchir au sens de ma vie lorsqu'une voiture s'est arrêtée près de moi.

- Excuse-moi ?
- Non j'suis pas une prostituée casse toi vieux perv .... j'ai regardé en direction de la bagnole, c’était le serveur du bar.

- Je te dépose ?

Dans sa voiture, nous avons commencé à discuter pendant que je priais pour ne pas vomir mes 6 ou 7 verres que ce même garçon m'avait apporté quelques heures auparavant,

- Tu fais quoi dans la vie ?
- Je suis Directrice Artistique chez Dior, j'étais à Paris en ce moment pour un booking sur la prochaine saison qui se déroulera à New York et .....




Cet article est entièrement dédicacé à Séverine B.

20 commentaires:

  1. Olala, mais le gars, il mérite surtout le palmarès du gros lourd !!!

    RépondreSupprimer
  2. Super mégafan!! Il a payé l'addition non, avec l'argent qu'il a gagné au loto en 1998 mais qu'il était mineur donc ses parents l'ont touché pour lui et ils ont investi dans une boîte qui a fait faillite qu'il a repris à sa majorité et qu'il a grave fait fructifier? Il t'a redonné des news le mec? Et le serveur?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui sauf que c'était en 2002 ! AHAHAHAHA.
      J'ai bloqué le mec parce qu'il était satisfait de la soirée, pas moi.
      Le serveur non !

      Supprimer
  3. Oh ça me rappelle une nana au collège, la fille c'était la pire mytho au monde... elle passait son temps à s'inventer une vie, en plus elle ne savait pas mentir. Tout le temps tout le temps c'était ça, avec mes copines on osait pas lui dire "mais tg mytho" alors elle nous saoulait à chaque récré sans voir nos regards genre "elle fait vraiment pitié".
    Le pire c'est qu'ils pensent qu'ils sont crédibles ces gens-là, wtf xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème c'est nous : ne pas oser leur dire parce que nous sommes polies !

      Supprimer
  4. han. J'arrive pas à comprendre que des gens comme ça existent, je trouve ça fascinant.
    Mais ses propos sont réels ou un peu exagérés ? hein dis moi ? et en vrai ses tatouages ? non c’est pas possible. (quand je fais les questions et les réponses toute seule c'est que je suis sous le choc)
    p'tain c’est dingue. Faut vraiment avoir eu une vie super triste pour en arriver là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime bien, souvent en proposition d'articles il y a la gueule de nekfeu <3

      Supprimer
  5. "au moins le cordonnier canon sait que je prends soin de mes pieds comme je prendrais soin de lui faire prendre le sien." Quel poète tu fais !
    Sans rire, ce mec est tellement divertissant ! Rien que pour ça il mérite.
    Il lui manque juste le tatouage "force et honneur" en signes japonais au dessus des parties... ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il avait les signes chinois, mais sur l'omoplate ..

      Supprimer
  6. Putain, le suspens....
    C'est tellement dingue qu'on croirait que tu as inventé le mec ! C'est fou, de tels boulets !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est surtout fou que personne ne l'ai jamais stoppé en lui disant "ohé mec, stop it right now" #Politesse.

      Supprimer
  7. J'adore ! Applause applause !!

    RépondreSupprimer
  8. Comme Kariana plus haut, j'ai connu une mytho à l'école. Et je n'ai pas eu la politesse bien longtemps. En douceur et en tête à tête, je lui ai clairement dit que personne ne croyait à toutes ses histoires fantasques. Je lui ai cité quelques-uns de ses meilleurs moments...
    Elle a beaucoup pleuré, m'a raconté un peu sa vraie vie qui n'était pas jolie jolie. Ce n'est pas devenu une grande amie mais on est restées proches le temps des études.
    Sacrée Mona, tu les auras vraiment tous eus les cas spéciaux !
    Bizz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, loin de là ... Ils va en arriver encore plein j'en suis sûre !

      Supprimer
  9. Mona ! Mais ta vie c'est du Georges Lucas ! =D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je devrais vendre mes droits de vie ©

      Supprimer

Facebook

INSTAMONAGRAM


Archive

© Copyright Mona Champaign.

Tous droits réservés.
Tous les textes présents sur ce blog m'appartiennent et ne sont pas libres de droit. Merci de ne pas les utiliser sans mon accord.
Article L112-1 du Code de la Propriété Intellectuelle.