Mona Champaign

Blog retracant les histoires de la célèbre blogueuse - mannequin Mona Champaign.

L'enterrement cette grosse marrade (SPOIL : + révélation dans l'article)

by - 14:46


Ceux qui me suivent, dans la vraie vie ou sur les réseaux, ont eu connaissance du drame qui nous ont frappés, moi et ma famille très récemment.
Mon Papé, pilier de ma vie et de notre famille nous a quittés le 8 juin, au petit matin.
La date a son importance et je vais vous expliquer pourquoi mais pour cela il faut remonter au Camping de Royan en 1999.

Alors que ma soeur batifolait dans le petit bain et que ma mère préparait la salade de concombres, je lisais la rubrique "micro-trottoir" de son BIBA (magazine féminin pour mon lectorat masculin).
Je ne me souviens plus exactement du titre de l'article si ce n'est qu'il évoquait "ce jour où j'ai été fière de moi"  ou "le jour où j'ai accompli quelque chose de difficile malgré les évènements" bref, un des témoignages m'avait marqué et j'y ai souvent repensé.

Une femme racontait qu'elle avait perdu sa maman le jour de sa thèse ou de son doctorat, un jour d'examen important en somme et que malgré la douleur et la tristesse infinie, elle avait réussi à surmonter ses émotions et son chargrin et exceller lors de son passage.

Devinez qui a fait la même chose le 8 juin ?

Ai-je réellement passé mon examen final, mon oral de présentation de projet le jour du décès de mon grand-père ? Absolument.
Mon projet parlait-il réellement de ma famille ? Tout à fait.
La première page de ma présentation Powerpoint sur écran géant représentait-elle totalement ma famille avec mon grand-père au premier plan ? Évidemment.
Ai-je sincèrement chialé toutes les larmes de mon corps devant le jury à ce moment précis de l'histoire ? Et bien non.

Je n'ai parlé qu'à peu de personnes de cette journée spéciale, pas envie de me mettre à chialer en évoquant Papé, pas envie de me déconcentrer, pas envie de faire une crise d'angoisse devant toute ma classe.
J'étais en pilote automatique, je stressais comme une malade, je n'en pouvais plus tellement j'avais le bide retourné et pourtant, je l'ai fait.

Avec l'aide de mes camarades si chers à mon coeur, des messages de soutien de ma famille (oui ma mère pleurait de tout son être au téléphone mais a réussi à placer "tu vas y arriver ma chérie, on croit tous en toi, fais le pour lui" entre deux sanglots, du coup j'avais une putain de pression supplémentaire si j'échouais.
Si je foirais mon examen non seulement j'étais une grosse merde, mais en plus mon grand-père me regarderait de là-haut en secouant la tête et disant "mais nimpolte quoua" avant même d'avoir été enterré.
TOUT ALLAIT HYPER BIEN LE 8 JUIN * rimes*

Le jury m'a appelé quinze fois et j'étais trop occupée à me chier dessus (oui littéralement) pour les entendre. Quand enfin je me suis retrouvée devant eux, j'ai lancé le Powerpoint et j'ai dit :

- bonjour, je m'appelle Mona et je vais vous présenter mon projet ... et c'était parti.

20 minutes plus tard je sortais de la salle, j'ai failli tomber par terre tellement j'étais sous pression et j'ai rejoint mes camarades. Les examens étaient finis, on se voyait tous le soir pour fêter ça et ma formation s'achevait après huit mois de travail. Entres autres.

Les gars, j'ai reçu par mail ma note le soir-même et j'ai eu 16. Sur 20. Autant vous dire que là j'ai chialé toutes les larmes de mon corps.
Toute la pression accumulée depuis des semaines, l'hôpital, le jargon médical, sa chambre, son lit, nos visages serrés, mon mémoire, mes examens, la peur, le doute, toute cette journée oppressante puis enfin, la libération.
J'ai pleuré pour toute cette journée où je n'ai pas pu, pas voulu, pas eu le temps.
Mon Papé est parti le 8 juin 2018, le jour de ses 56 ans de mariage, rejoindre sa Reine au ciel, si c'est pas la classe putain. (le putain était optionnel, que Dieu me pardonne).

Quelques jours plus tard c'était les funérailles, et là encore ce fut un vrai sketch.
Devinez qui a fait le DJ pendant les obsèques vu que le Père - et je cite - n'avait qu'une prise Djaque et rien d'autre mais vous pouvez brancher votre ordinateur ma fille ?

Obligée de lancer manuellement les quatre musiques que nous avions choisies pour la cérémonie svp.
A quel moment au cours de l'enterrement de mon grand-père j'avais le temps de lancer l'Ave Maria et d'écouter le prêtre en même temps ?
Bah attendez, vous allez vite le savoir.

Pour lancer la musique d'entrée à la limite c'était facile, j'ai branché mon ordi sur sa prise de 1876, ça a fait le bruit de ton 3310 sur une enceinte quand on t'appelait en 2001 (les vrais savent) et j'ai couru à l'entrée pour ne pas rater la musique et surtout l'entrée de Papé dans l'Église.
J'ai fait ça deux fois parce que le prêtre parlait devant le corbillard du coup on avait déjà perdu 2min25 de musique. J'ai recommencé, on s'est installés, ça a commencé.

Premier fail, on avait eu beau expliquer au prêtre qui lisait quoi et à quel moment, ce sot (j'suis croyante les gars, je peux pas traiter un prêtre de connard) m'a appelé pour lire le premier texte biblique au lieu de ma soeur, qui l'avait choisi spécialement pour Papé.
J'ai pas compris, je me suis levée, j'ai lu, j'ai toujours pas compris, je me suis rassise.
L'instant d'après ma soeur me fusillait du regard en disant "t'as lu mon text p'tiiiiin" et je me sentais hyper mal. 
Le deuxième texte a été lu, et ma soeur a continué de me regarder en me faisant des doigts avec ses orbites.
On l'a appelé pour le troisième, celui qui parlait maladie et autres joyeusetés, ma soeur s'est levée tout en faisant la gueule mais avec ses Louboutins ça passait crème.
Son petit corps de 15kg et son crâne chauve coïncidait totalement avec le texte, c'était limite poétique.
Ok j'ai menti pour le crâne chauve mais c'était plus drôle.

A un moment, y'a eu des blancs. Le curé repassait sa nappe, ajustait les verres et on attendait... bah je sais pas pour vous mais à ce moment-là on se faisait un peu chier.
Du coup, comme j'avais compris qu'il fallait lancer les musiques entre les interludes, j'ai cru bon de lancer l'Ave Maria à ce moment précis de la cérémonie.
Le curé m'a fixé comme jaja en me susurrant du coin de la bouche "coupe coupe, pas maintenant, pas maintenant!!" et ce, devant l'assemblée et surtout devant Dieu.
Je me suis donc relevée devant l'assemblée et devant Dieu, j'ai mis pause, * bruit du 3310 avant un appel feat ton Modem de 2004* et je me suis rassise honteuse comme quand mon grand-père m'a surprise dans la douche en train de ch... non rien.

Puis, le prêtre m'a enfin fait signe quand il avait fini son repassage et j'ai pu lancer l'Ave Maria en toute légalité, suivi de la musique que ma soeur avait choisi en souvenir de notre Papé, leur musique à eux.
C'était très émouvant, de la voir là, toute menue, toute noire (d'habits, pas de peau, ma soeur n'est pas malienne), les yeux rouges et bouffis par le chagrin mais surtout le souvenir que cette musique lui rappelait, et lui rappellerait jusqu'à la fin de sa vie.
Je l'ai rejoint, je l'ai prise dans mes bras. J'avais perdu mon grand-père, et ma soeur aussi. J'étais triste pour elle, elle paraissait tellement frêle, là, toute droite dans ses Louboutins et sa robe Gucci Petit Bateau taille 8 ans.

Sa musique s'est terminée, j'ai regagné mon coin ordinateur pour le final et j'ai lancé la dernière musique, celle que notre mère avait choisi pour "la clôture", celle pour le départ de l'Église de mon Papé, la musique de fin, THE END, finito bambino et bonjour chez vous.
Et là... comment vous expliquez...

Vous voyez le début de "sapés comme jamais ?" ou encore "fruit de la passion" ? ou bien "zouk machine" ou carrément celle de PS I LOVE YOU ? Tu sais la musique entrainante hyper joviale et hyper animée ?
C'était la même version sarde.
Imaginez une musique enjaillante au max sur laquelle il est IMPOSSIBLE de ne pas twerker, et bien c'était celle-là.
Ma mère a choisi une musique sarde extrêmement joyeuse pour le départ de Papé et ma soeur, les yeux rouges et trempés de larmes m'a regardée puis est partie en fou-rire.
Je l'ai prise par le cou en riant, elle m'a dit dans un sanglot-rire incontrôlable "mais qui a choisi cette musique putain !" et j'ai répondu "ta mère".
Papé est parti sous ces notes entrainantes, on lui a dit au revoir, nous étions toutes là, les femmes de sa vie, "ses filles" comme il nous appelait, on a écouté la musique jusqu'à la fin en souriant et j'ai su au fond de moi que tout irait bien.



J'en profite pour tous vous remercier, du fond du coeur, pour tous vos messages.
Loin de moi l'idée de vouloir régler mes comptes ici mais sachez, tous, lecteurs, inconnus, followers, que vous m'avez envoyé une centaine de message que j'ai tous lu et pris en compte pour m'épauler, or certaines personnes de mon entourage ne se sont pas donné cette peine, vous si.
Vous étiez là, vous m'avez innondé de coeur et de love alors merci à vous, merci vraiment, tous vos mots m'ont énormément touché et je ne les oublierai pas.

J'ai terminé ma formation, je suis en attente de mes notes finales mais c'est plutôt bien parti. 
Je suis donc officiellement en VACANCES les gars et je me barre dans quelques jours me dorer la pilule au soleil ! Des vraies vacances à la mer, bien méritées.

Bon, il est temps maintenant.
J'ai écrit plusieurs articles pour vous en parler, j'ai imaginé des photos pour déclarer les bails, j'ai pensé à des dizaines de façons d'annoncer ce changement majeur et important de ma vie mais je n'ai pas trouvé les mots.
Pour la première fois de ma vie, je n'ai pas réussi à trouver les bons mots pour exprimer mon ressenti parce que des mots ne seraient pas assez forts, pas assez explicites et représentatifs de la nouvelle vie que je mène depuis plusieurs mois maintenant.

Les gars je ne suis plus la même qu'il y a six ans, lorsque j'ai ouvert ce blog.
J'y ai raconté mes histoires, mes déboires, mes poisses et ça m'a beaucoup aidé à relativiser et prendre du recul sur toutes ces chkoumounes et les évoquer tout en auto-dérision.
Il valait mieux en rire qu'en pleurer, car vous le savez maintenant, quand je pleure j'ai une tête de panda.
Sauf que voilà, ma vie n'est plus la même qu'il y a six ans, qu'il y a un an ou même six mois et donc, ce blog ne racontera plus les mêmes choses, les mêmes sujets, les mêmes déboires.
J'ai assumé cette étiquette de looseuse de l'amour, même si des fois elle était faussée, exagérée, biaisée, mais aujourd'hui les choses sont différentes, et ça se ressentira forcément ici, sur le blog.

Je reste la même, mais différente.

Parce qu'en réalité, vous avez tous suivi mes sessions sefies hall d'immeuble, ici, sur Facebook ou Instagram mais mes p'tits potes, ça fait plusieurs mois maintenant que je ne suis plus seule sur mes selfies hall d'immeuble.
Que je ne suis plus seule dans ma vie, dans mon quotidien, dans mon p'tit coeur d'ex-looseuse de l'amour.
2018 putain.

Allez, salut, je vous raconterai bientôt comment c'est d'être en couple et d'écrire non plus des articles sur des mecs qui vous rappellent pas mais plutôt sur comment s'empêcher de se tatouer le nom de votre mec sur le front tellement que vous êtes une putain de canarde.

Merci à vous, merci à lui, merci la vie.




Mona, bénie.

Tu aimeras aussi

11 commentaires

  1. Ah ben j'ai pleuré. Et c'est même pas les hormones, me susurre mon cycle (si toi aussi t'aimes les allitérations en S tape dans tes mains, c'est cadeau). Et je me suis retrouvée dans la fin de ton article. 5 mois nom de dieu, et la lose de l'amour c'est fini aussi, les mecs normaux ça existe et boudiou c'est bon... Bref. Ça fait des années que je te lis Mona, tu me fais toujours autant sourire, rire, des fois pleurer, mais franchement en vrai de vrai le truc c'est que tu m'impressionnes toujours autant. Et aujourd'hui aussi, forcément. T'es pas juste belle, t'as pas juste la tchatche ou un sourire de ouf, ça c'est bien mais bon... tu es *juste* forte, avec la gentillesse comme une cerise sur le cupcake, et du coup ben merci. Parce que tu ne le savais sans doute pas et tu t'en fiches peut-être un peu, mais tu as inspiré et tu inspires une quasi-inconnue. Alors si un jour tu veux prendre un pot dans ma banlieue ou dans Paris, c'est avec plaisir, et sinon au plaisir de te lire, encore et encore :)

    (Désolée, c'est brouillon, je suis au taf et ça sort du cœur.)

    RépondreSupprimer
  2. Oh petit chaton.
    J'ai pleuré quand j'ai lu ton article et puis j'ai ri et puis j'ai terminé ma lecture avec un sourire tout plein de tendresse.
    Cœur sur toi, amour, tendresse, tout quoi.

    RépondreSupprimer
  3. Tu es tellement chouette Mona ! Avec toi, on rit, on pleure, ça se mélange
    Il a de la chance ton amoureux ; dis-lui de ma part.

    Myriam, maman de deux grandes filles dont une qui te ressemble tellement.

    RépondreSupprimer
  4. Damn girl quel article!! On change tellement en 6 ans mais pas vraiment, tu sera toujours aussi marrante, aussi vrai, ca ne change rien, la preuve, cet article qui parle de ton papi plein d'emotion mais aussi plein d'humour, comme d'hab, a la Mona.

    Par contre question: est-ce que ca veut dire que tu vas faire peter les noms des looseurs maintenant???

    RépondreSupprimer
  5. Tellement de choses dans cet articles ! Alors d'abord, félicitations pour ta super note de soutenance en ce jour si spécial. Tu as assuré jusqu'au dernier jour, putain ! Ton Papé doit être très très fier de toi et j'espère que tu l'es aussi parce que ouais, tu as grave assuré Mona !
    Une douce pensée pour ton Papé.
    Et bordel, comment ça se fait que j'ai vu aucun Selfie à deux ?! Bon, je me doutais bien qu'il avait anguille sous roche (ou charmant jeune homme sous Mona,c'est comme tu veux !).... donc je te souhaite plein de belles choses et c'est fou comme ta vie s'est transformée, comme TU as su suivre ton chemin. Plein de coeurs et de bonheur sur toi. Et bonnes vacaaaaaaances !

    RépondreSupprimer
  6. Clémence23 juin, 2018

    Il est magnifique cet article Mona. J'ai beaucoup pleuré. Mon grand-père est malade et je l'appelle Papé aussi alors forcément, je m'identifie. Je suis heureuse si tu as trouvé quelqu'un et j'ai hâte de lire tes articles de canarde !:) Des bisous et coeur sur toi <3 (ouais ouais un coeur à l'ancienne. Aussi vieux que ton 3310 de 2001, tmtc.)

    RépondreSupprimer
  7. Encore mes condoléances ma Mona, je sais à quel point c'est dur, et je suis heureuse de voir que la cérémonie s'est "bien" passée (ou du moins, qu'elle s'est terminée sur une note positive). J'ai moi aussi perdu mon Papy cette année (le jour de la Saint-Valentin - genre c'était pas déjà une journée de merde), et d'une certaine manière, je suis soulagée de voir que non, c'est pas bizarre de rire et de sourire au cours d'une journée où l'on dit adieu pour de bon.

    En tout cas, je suis hyper contente de savoir que tu as un petit quelqu'un dans ta vie (même si on s'en doutait *insert emoji vicelard*) ! J'ai hâte de voir la tournure que va prendre ton blog (même si tes articles de "looseuse en amour" vont me manquer - oui je me repais du malheur des autres parce que je suis une vraie connasse, mais le karma m'en met plein la tronche donc on est quittes) :)

    RépondreSupprimer
  8. Oh Mona ! Je ne savais pas pour ton grand-père. Puissent les bons souvenirs avec lui vous réconforter dans les moments difficiles. Je suis certaine qu'il est fier de vous là où il est.
    Et je suis si contente que tu sois une putain de canard ! J'ai hate de te lire, même différemment...
    Bisouxxx tout plein !

    RépondreSupprimer
  9. Le coup des "doigts avec ses orbites" m'a fait rire. C'était pas approprié mais j'ai imaginé le truc. Je te comprend à 100% j'ai perdu mon grand père il y a plus de 10 ans et je ne m'en remet toujours pas. Encore une fois, je pense fort à toi et à ta famille dans cette épreuve.

    Je suis très contente que tu ai ENFIN trouvé quelqu'un de bien, tu l'a tellement mérité, Mona ♥

    RépondreSupprimer
  10. Trop triste au début et trop contente à la fin ! Paix et amour dur. God bless you

    RépondreSupprimer