Récemment sur le blog ...

Stalking de blog

9 févr. 2017



Et probablement la dernière.

L'histoire est simple, depuis que je goûte à la liberté j'ai décidé de mettre à profit mon temps libre pour me sculpter un corps de déesse grecque car pour le moment, ledit corps attrait plus à la déesse italienne, comprenant pasta, tiramisu et cappuccino si vous voyez c'que j'veux dire.
J'ai donc demandé à un ami qui souhaite devenir coach nutritionniste de me concocter un petit programme que je puisse faire chez moi.
Les hommes ne comprenant jamais RIEN, il m'a appelé l'autre jour pour aller à la salle de sport.
La séance d'essai était gratuite donc j'ai répondu "aucun souci" sauf que je n'avais pas mes affaires de sport et par affaire de sport, comprendre : vêtements dans lesquels je me sente assez belle et sexy pour poster une photo de mytho sportive healthy sur les réseaux sociaux sans avoir à la retoucher.

+ 45 minutes, j'avais des fringues mais cela ne signifiait pas que je m'y sentais bien.
Le seul t-shirt large que j'avais c'était le I LOVE FARID que j'avais fait faire lorsque j'étais amoureuse, fiancée et totalement niaise, c'est-à-dire en 2006.
La grosse blague c'est que le mec qui m'a fait ledit t-shirt est celui de qui je suis tombée totalement amoureuse, niaise et totalement pas fiancée six ans plus tard.
Fucking karma.

Pour le bas, c'était mon jean Levi's déchiré ou un fucking legging méga moulant de la mort de la moule. Evidemment, j'ai choisi par dépit le legging moulant de la moule.
J'étais au max.

Mon ami est venu me chercher, il n'a fait aucun commentaire sur ma tenue mais j'ai senti dans son regard un "ah c'est à ça que tu ressembles dans la vraie vie ?".
Dans la voiture je lui ai dit que j'espérais sincèrement pour sa survie qu'on ne croiserait personne et il m'a répondu que c'était les vacances et l'horaire où tout le monde allait à la salle donc que si, on croiserait du monde.
J'étais au max.

On est arrivés, j'ai eu l'impression que tous les yeux étaient rivés sur moi et ma moule trop moulée. J'ai aperçu environ 12 têtes que je connaissais dont certaines que j'avais sur facebook et étaient plus habituées à mes photos de mannequin plutôt qu'à "ça".
J'ai fait comme si j'étais totalement à l'aise en ces lieux et que je venais tout le temps puis j'ai foncé au vestiaire qui .... ah pardon, c'était le vestiaire des hommes.

Mon pote m'a dit "on va faire du cardio" et j'ai pensé "c'est quoi du cardio ?" en le suivant vers les vélos.
Il m'a dit "t'as tes écouteurs ?" et j'ai eu envie de lui répondre "oui oui dans mon cul" mais je me suis ravisée. J'ai donc pédalé pendant 15 minutes sur les paysages montagneux et enneigés de l'Italie.
J'étais au max.

Ensuite il est parti "à la pousse" et je l'ai suivi parce que je ne voyais pas trop ce que je pouvais faire d'autre. Il m'a tendu une barre et m'a dit,

- mets bien ton dos droit, ressort tes fesses au max et ramène la barre à ta poitrine.

Donc je devais mettre mon dos bien droit, sortir mon cul en direction de touuuuus les mecs qui poussaient la fonte tout en ramenant la barre vers mes seins sauf qu'il n'y avait pas la place vu ... que mes boobs étaient omniprésents dans l'atmosphère.
J'étais au max.

- Bon bah tu fais des squats.
J'étais au max.

- Bon bah tu fais des fentes.
J'étais au max.

- Bon bah AH J'CROIS PAS NAN !

J'avais pas compris que le mec était là pour m'humilier en fait ?!? Et ce devant toute ma ville, la moule toujours moulée, les seins toujours aussi partout dans le monde vu que mon crop top m'a autant servi qu'une capote périmée et surtout, que je ne savais absolument pas quoi faire de mon corps parmi tous ces gens qui connaissent très bien les lieux, eux !

J'avais envie de pleurer, de hurler et de m'enfuir mais à la place je suis partie vers un elliptique que j'ai mis 8 minutes à allumer.
J'étais au max.

On a terminé cette séance de sport de l'enfer par du gainage, puis abdos, re-gainage, re-abdos etc etc.
J'avais évidemment envie de lâcher une caisse mais je me suis dit que là tout de suite c'était tendu et que justement j'étais beaucoup trop tendue et qu'on se souvenait tous de ce qu'il s'était passé la dernière fois que j'ai fait du sport en étant tendue.
(Si j'te dis qu'tes tendue c'est qu't'es tendue Natacha ! Alors tu me dis oui Claudie je suis tendue !)

Mon pote m'a dit "aller, encore une série de 5 minutes !" et je lui ai répondu "va bien te faire CENSURED" et je suis sortie de la salle en claquant la porte, furieuse.

Je me suis dirigée vers une fontaine à eau parce que j'avais soif et que NAN PERSONNE NE M'AVAIS PRÉVENU D'APPORTER UNE BOUTEILLE D'EAU et j'ai galéré de trèèèès longues minutes pour la faire fonctionner.
A bout de souffle et de nerfs, j'ai demandé à un mec qui avait un corps énoooormément large mais avec une mini tête de m'aider,

- Elle marche pas, faut aller là-bas, tout en m'indiquant l'opposé de la salle.
J'étais au max.

J'ai traversé toute la salle, suante, puante et moche en direction de la fontaine à eau et là ... je l'ai vu.
Juste devant moi, grand, beau, fort : le bogoss du collège.
Celui pour qui on a créé une clause dans "le code" ( = les règles à respecter en amitié) tellement qu'on a toutes voulu se le choper et qu'évidemment comme d'hab, tout le monde l'a eu sauf moi (et Or, je pense à toi putain ....)
Je me suis demandée si il se souvenait de moi et quand il a dit,

- Ah salut Mona ! j'ai compris que ma vie était foutue.

Anyway avec ce mec ça n'a jamais pu fonctionner pour la simple et bonne raison que ma mère m'avait grillé tous mes plans avant même que mes seins poussent.

*FLASH BACK*

Année 1999, j'ai 11 ans. La mère de BFF joue une pièce dans un petit restaurant près de chez nous et la mère du bogoss du collège est dans sa troupe.
BFF, Soba et moi-même nous sommes donc toutes rendues au spectacle alors que les poèmes de Prévert nous intéressaient autant que la carrière d'Evanescence mais CD. le bogoss du collège serait là donc évidemment que nous aussi.
Fin du spectacle, les jeunes de 11 ans discutent de leur prof d'anglais un peu plus loin et nous sommes trois à le dévorer des yeux. J'étais presque amoureuse quand ma mère a fait son entrée,

- Bon les trois saucisses, je vous ramène ?
[NOUS ÉTIONS LES 3 SAUCISSES]
Tu sais ce surnom que seule ta mère peut vous donner mais dans l'intimité si possible afin de ne pas ruiner des vies. Les autres mères se seraient abstenues, la mienne non.

Moi, outrée et honteuse : MAMAN !!!!

Ma mère, yiddish :  Ah pardon. Les trois saucisses ... et le saucisson ! a t-elle dit en regardant CD.

Curieusement, CD. est sorti avec toutes mes potes mais jamais avec moi. Hasard ? Je ne pense pas.


17 ans plus tard, j'étais devant lui, sans ma mère mais sans ma dignité.
J'étais dégoulinante de sueur et toujours trop moulée de la moule dans mes fringues trop petites.
Que faire ? J'étais quasiment à nue, mais en moche. Au moins nue j'envoie du lourd, des flashs et des paillettes. Bouteille de champ et coup d'électricité mais là ...  j'envoyais juste de la sueur et mon odeur de transpi.
J'étais au max.

Je me suis dit que peut-être qu'il penserait que je venais souvent auquel cas je passais pour la fille cool qui va à la salle mais quand on voit ma gueule après 20 abdos on a vite compris que je cherchais le KFC et que je me suis juste gourée d'endroit.
J'ai fait la fille digne, j'ai pensé à toutes mes potes qui me croiront jamais quand je leur raconterais que j'ai croisé CD. à la salle de sport et surtout, qu'il est toujours aussi beau et accessoirement mannequin.

J'aurais d'ailleurs pu placer ma phrase Oh combien adorée,

- Moi aussi je suis mannequin ! Mais là tout de suite c'était pas crédible.

J'ai donc conclu d'un,

- Bon bah salut ! et je suis partie.

BILAN : de la honte et beaucoup de sueur.

La question que tout le monde se pose est la suivante : Mona retournera t-elle à la salle ?

La réponse est sans hésiter  .... 

... vous le saurez dans un prochain article qui s'intitulera "la revanche de la saucisse sur un elliptique OU comment je me suis inscrite à une salle de sport pour pécho le BG du collège".




Notes de l'auteur : Cet article est dédicacé à BFF / Or/ Soba et toutes les personnes qui un jour ont craqué pour CD.

10

3 févr. 2017


Lorsque l'on a accessoirement un date le soir même.
L'histoire de ma vie.
En exclu je vous dévoile tous mes secrets.

Concrètement, comment survivre lorsque l'on a l'équivalent de la lèpre sous la lèvre inférieure (de la bouche, sinon toute cette mascarade serait passée incognito) et tous ses cousins autour de la bouche ?
→ Comment faire pour camoufler un herpès ?
→ Comment faire lorsque l'on veut faire disparaître son bouton rapidement ?

Toutes les réponses ici.

Partie 1 - MINIMISER LES DÉGÂTS
On maximise ses chances et on tente de minimiser la casse.
La base : on ne tripote surtout pas son bouton avec ses doigts alors qu'ils tiennent également la barre du métro qui - on le sait tous - contient les fluides de tous les usagers et accessoirement de ceux se grattant les couilles bien trop souvent à mon goût.

Ai-je réellement le temps de vous annoncer que nous touchons une dizaine de teub dans une journée lorsque nous prenons le métro ? C'est chose faite.

Dois-je vous parler des bactéries présentes sur ton Iphone ? Sur ton clavier ? Dans le MONDE ENTIER ?
T'as compris : tu ne trifouilles pas ton herpès, surtout s'il gratte, parce que justement s'il te démange, c'est là qu'on lui nique sa race.

Partie 2 - CASSE TOI POV'CON
On lave soigneusement ses mains puis son visage et on applique de l'huile d'arbre à thé avec un coton-tige sur ses boutons dégueulasses.
L'huile d'arbre à thé assèche et surtout assainit les boutons. ATTENTION ! Ne pas en abuser pour ne de ne pas se brûler la peau car ce n'est pas du tout le but de la manœuvre.
Pour info : le jus de citron (le vrai, pas celui en plastique que tu mets sur tes croustibats) peut faire office de désinfectant et astringent naturel.
Askip : le miel aussi mais je ne l'ai jamais testé.

SACHE QUE l'huile de coco est elle aussi très efficace sur les boutons. Je mets donc de l'huile d'arbre à thé le soir avant de me coucher en alternance avec l'huile de coco (au bout du 3ème jour car les précédents je carbure à l'huile d'arbre à thé).

Mon avis sur les crèmes.
Personnellement, je ne crois pas aux crèmes types acyclovir, zovirax etc ... par pure expérience.
Pourquoi ? Parce que la crème ramollit le bouton et le fait pulluler, or avec le bouton asséché, les risques de propagation sont quasi-nuls. Ceci n'est que mon opinion personnelle de femme qui a de l'herpès depuis ses 6 ans.

Mon avis sur les patchs.
Askip c'est bien.  Sauf que :
- sorry mais ça se voit
- quand tu colles un patch sur un bouton, ça l'isole certes, mais ça le fait "macérer"
- le décollage ... c'est comme un méga sparadrap sur une plaie : même délire. Bilan : méga aïe.
- pour la plupart d'entre-nous et ne mentez pas, nous avons de LA MOUSTACHE et/ou des petits poils au-dessus de la lèvre, essayez de décoller un patch sans vous faire une épilation ....

Partie 3 - MAQUILLAGE
On passe à la partie camouflage : fond de teint, conceler, poudre etc mais ATTENTION ! Ne vous maquillez pas avec votre pinceau ou éponge avec laquelle vous avez l'habitude de vous maquiller quotidiennement sans quoi vous allez contaminer votre outil et ... propager à chaque make-up le virus.

Solution : coton, coton-tige ou éponge à usage unique. Idem pour les serviettes de toilette, si vous essuyez votre visage, ne ré-utilisez pas la même serviette car elle est contaminée.
Veux-tu réellement faire un remake de walking-dead ? Je ne pense pas.

En gros, tu fais ton teint en tentant de camoufler comme tu peux ton ou tes boutons sans mettre trop de couches non plus sans quoi le bouton ne pourra pas respirer et donc, se barrer car il sera étouffé par ton maquillage.
En gros : avec parcimonie.


Partie 4 - LA DIVERSION
Mise sur sur ton maquillage des yeux ou sur le rouge-à-lèvres bien rouge.
ATTENTION ! pour le rouge-à-lèvres pareil que pour le teint, on n'utilise pas son RAL quotidien qui deviendra le cas échéant un rouge-à-herpès.
Coton uniquement et à usage unique, toujours !

➸ Les yeux charbonneux, à fond.
PS : non, rester la main devant sa bouche n'est pas une solution.

PARTIE 5 - LES GROS MYTHOS
(lire mon article à ce sujet ici). Je vous indique néanmoins quelques pistes et nouveautés :

- J'ai coincé ma bouche dans mon bouchon Bic.
- J'ai fait une allergie à la pomme, poire, poisson, ananas, noisette, latex, lycra, vie ...
- Mon chat m'a mordu, je lui faisais des papouilles lorsque tout à coup il s'est soudainement tourné vers moi et m'a attrapé la bouche violemment pour me mordre.
- Le stress ! 
- C'est mon nouveau rouge-à-lèvres je dois faire une réaction.
- Je me suis coupée en buvant un verre de vin, le verre était ébréché.
- La pilule.

Ou si vraiment on n'a pas le temps : j'ai un herpès, autre chose ? 

PARTIE 6 - LA NUIT
Ta meilleure amie, lumière éteinte, bougies romantiques : on ne voit rien !


PARTIE 7 - DE TOUTE FAÇON ON SAIT TOUS COMMENT LA SOIRÉE VA SE TERMINER.
Je clôturerais cet article en t’annonçant cher(e) ami(e) vérolé par l'herpès, que lorsque l'on se roule des pelles et/ou allons plus loin dans la découverte du corps humain et du kamasutra ... tout passe inaperçu. I promess.



Information utile : je rappelle à l'assemblée que je ne suis pas médecin, pharmacien, avocat ... et que tous ses conseils ne sont que le fruit de mon expérience personnelle.

Sortez couvert(s) ! 
13

2 févr. 2017


Mazeltov dirons-nous.
Mabrouk diriez-vous.
Nique sa mère, je dirais.

La malédiction a encore frappé. Encore un ex qui s'est marié juste après notre séparation et par séparation j'entends "décision volontaire et voulue de ma part de ne plus revoir cette personne qui couchait avec beaucoup d'autres filles n'étant pas moi".

Lui c'est mon premier mec rencontré sur tinder. J'ai mis des mois à le voir parce qu'on passait notre temps à se rentrer dedans à base de joutes verbales et punchlines puissantes ce qui ne laissaient guère le temps à un rencard. Et qu'accessoirement je ne suis pas DU TOUT fan des sites de rencontres - à votre grand étonnement.
Tout ça n'est qu'un passe-temps pour moi vous savez ... et accessoirement un puits sans fin d’histoires à (vous) raconter.

Puis un jour il a proposé qu'on se voit et j'ai accepté.
Quelques jours plus tard j'arpentais tout le boulevard Saint-Germain en fumant cent clopes et en textotant BFF pour lui dire que j'étais stressée de la mort et elle me répondait que j'étais une fille géniale. Elle avait raison.
Puis la nicotine a fait effet et j'ai donc arpenté tout le boulevard Saint-Germain en serrant les fesses à la recherche d'un Mcdo. J'avais chaud, je transpirais et j'avais teeeellement envie de ch ...oh merde je suis en retard !

J'ai couru, à peine le temps de me regarder dans une vitrine pour contrôler mes frisottis et je l'appelais pour qu'il descende. Ok le mec était vraiment pas mal ...
On a bu un verre, puis deux, c’était sympa et à un moment il s'est approché de moi en regardant mon collier surmonté d'une colombe, j'ai commencé à lui faire mon discours sur l'importance des oiseaux dans ma vie parce que c'était l'animal préféré de ma grand-m .... et il m'a embrassé.
Le mec m'a feinté. Le mec m'avait feinté. Mais le mec embrassait bien.

On a repris un verre puis il a eu faim. Moi pas.

- J'ai envie de manger des pâtes, on va manger chez moi non? 
- Je n'ai pas faim.
- Mais je te fais à manger.

Ma tête a répété "c'est quoi que tu comprends pas quand je te dis que je n'ai pas faim ?" mais mon corps a dit "oh oui, j'ai trop envie de monter les 8 étages sans ascenseur pour manger des pâtes au beurre dans ton 10m² parce que je suis une bouffonne qui te suivrait au bout du monde, le bout du monde étant le 8ème étage."

La suite ? Au 4ème étage j'ai failli décéder, j’ai ensuite eu envie de iech mais ses WC étaient équipés d'un broyeur et faisaient un boucan immmmmmmense. Lorsque j'ai tiré la chasse, j'ai dévié l'attention en mettant du rouge-à-lèvres tandis que le broyeur broyait ce qu'il avait à broyer en toute indiscrétion et bruitage intense.
Finalement, le mec n'avait même pas de casserole ... dans "manger des pâtes" il fallait comprendre "manger une italienne".
Bah du coup on s'est mangés.

Quelques heures plus tard je commandais un taxi et je rentrais chez moi la tête pleine de nuages parisiens, l'intestin soulagé et l'estomac vide. On s'est revu peu de temps après et assez régulièrement d'ailleurs.
Un soir, on s'était même retrouvés avec mes copines et ses potes qui s'étaient avérés très vieux et très drogués. Grosse expérience. La vie d'artiste : la vie de cons ouais.
Ce moment malaisant où un de ses amis à proposé d’héberger mes copines pour la nuit "pour rendre service, la banlieue c'est loin pour rentrer chez vous" et que mon mec m'a regardé avec un air de "surtout pas, sauf si elles veulent boire du GHB et perdre un rein".

Suite à toutes ces aventures diverses et variées où j'allais finalement aux toilettes au kebab d'en bas, j'ai pensé que lorsque l'on cottoyait régulièrement un mec cela pouvait le qualifier de "ton mec" sauf que lorsqu'un soir, au lit, la nuit, les fringues par terre et les cheveux emmêlés je lui ai demandé s'il voyait d'autres filles et qu'il m'a répondu dans le plus grand des calmes :


Je me suis rendu compte que les hommes et les femmes ne parlaient vraiment pas le même langage.
J'ai donc mis un terme à cette relation non-relation pour aller voir si les toilettes étaient plus attrayantes ailleurs. 

La suite vous la connaissez .... des hommes, des rencontres, de la vie, de l'am la vie et ... j'ai réinstallé tinder.

Quoi qu'il en soit, il y a deux ans, le soir du 13 novembre j'ai oublié que c'était un trouducul pour lui demander s'il allait bien - ce qui était le cas - et j'ai donc pu continuer ma vie en le plaçant dans la catégorie "vieux mec drogué au chômage qui a des toilettes de merde et pas d'ascenseur" de ma vie.

Le lendemain, il m'envoyait un message pour me demander si je voulais juste savoir si ça allait ou si je voulais qu'on se (re)voit, auquel cas il était à Saint Michel.

Avais-je réellement le temps de lui répondre :

- LOL
- Non
- Va te faire enculer
- Tu es si drôle
- Va chier dans tes chiottes broyeuses de caca
- Essuie ton nez t'as de la farine
- Va baiser ta soeur
- AHAHAHAHAHAHAHA
- *smiley qui fait un fuck*

La réponse est non, je n'avais pas son temps.


Les mois ont passé puis un jour j'ai décidé d'aller le stalker sur facebook parce que c'est comme ça que ça se passe dans la vie.
Le mec était en couple. Mazeltov.
Sa meuf était cheum. Mabrouk.
*Photo d'amoureux niais devant la Tour Eiffel postée le 7 novembre 2015*.

Oh le bouffon ... en novembre il était déjà avec elle et il voulait qu'on Saint Michelnique. Vieux mec.


Les mois ont passé puis un jour j'ai décidé d'aller encore le stalker sur facebook parce que c'est comme ça que ça se passe encore dans la vie.
Le mec était fiancé.

J'ai bloqué le mec et sa fiancée en carton afin d'arrêter de l'espionner et avoir le seum parce que je suis une rageuse et que toute cette rage ne mène à rien à part constater que j'avais bien le seum.

Les mois ont passé puis un jour j'ai décidé d'aller pour la dernière fois le stalker sur facebook parce que c'est comme ça que ça se passe pour la dernière fois dans la vie.
Je l'ai donc débloqué.
Le mec s'était marié. Statut Facebook changé, il portait son nom derrière le sien et elle le sien avec le sien (qui a compris ?).
Genre moi je vais m'appeler Mona Scofield Champaign et lui Mickael Champaign Scofield.
LA LOURDEUUUUUUR !!! Nan mais la lourdeur des gens !

Nan mais sérieusement c'est ça la vie ? On se rencontre sur tinder, on se quitte entre deux pipis broyés et le mec se met juste après avec une fille "pour de vrai" et puis Oh bah tiens ! Et si on se mariait ? Mais ouaiiiis super idée on se connait pas ce sera l'occaz !
Et Mona tiens ? Qu'est ce qu'elle devient ? Aaaaah oui Mona ! Booo je sais pas, sûrement en train de courir après la vie, après les mecs, après l'amour BAH OUAIS MON POTE !! PUTAIN DE OUAIS !!


Du coup, entre toutes ces courses, moi j'écris des articles pour vous raconter tout ça.
Parce que je suis une artiste voyez-vous, je fais de ma vie de looseuse une fresque colorée de looses magiques et scintillantes qui un jour formeront un gros coeur multicolore et brillant sur lequel sera écrit FUCK OFF !


Et puis honnêtement - de vous à moi - de moi à vous - ai-je sincèrement le temps de regretter des mecs qui portent ce genre de chaussures ?
et qui en plus ne rigolent pas en voyant mon mot ?

Je ne pense pas, DU TOUT.



14

24 janv. 2017


J-15 avant le premier jour du reste de ma vie.

Je vois cette date comme un nouveau départ, encore mieux qu'un 1er janvier, une renaissance. Tel un phenyx qui renaitra de ces cendres.

WhatDaFuck ?

Dans 15 jours les gars j'arrête de bosser.

PULL UUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUPPPPPPP 
DANSE DE LA JOIE 
SALTO (?! comment ça s'écrit) ARRIERE ET AVANT 
* ROULE-BOULE ON THE FLOOR*

J'arrête mon boulot, je quitte mon poste actuel allez ciao bye.

Je suis arrivée dans ma boite il y a deux ans avec des rêves plein la tête et en particulier un : avoir un "vrai" travail.
Ceux qui me suivent depuis quelques années ont dû voir passer certains articles où je parlais de mon boulot pas assez qualifiant à mon goût et du problème que j'avais à assumer ce que je faisais dans la mesure où ce n'était pas, selon moi, assez "valorisant".
Donc étant une mytho-pro j'ai toujours enjolivé mes tafs comme j'enjolive mes sourcils.
En fait j'ai toujours eu le complexe de la "sous-diplômée" qui fait que je n'ai jamais prétendu à des postes très qualifiés dans la mesure où je ne me sentais pas assez légitime pour faire ce genre de travail.
Pourtant, je bosse depuis mes 16/ 17 ans et j'ai fait un milliard de choses. J'ai travaillé partout, tout le temps et dans quasi tous les domaines.
Grâce à Dieu - et à mon réseau - je n'ai jamais eu de problème pour trouver un boulot puisque je n'avais aucune prétention salariale et surtout je prenais "tout ce qui venait".
Moi j'étais le genre de meuf à répondre "le smic c'est très bien" quand on me parlait salaire. Je voulais un taf : j'avais un taf.

Puis j'ai trouvé celui-ci, ou plutôt on m'en a parlé, c'était bien mieux payé que mon ancien boulot d'hôtesse, c'était près des Champs Elysées, je travaillerai en binôme avec ma copine et surtout, c'était un "vrai" boulot, avec ligne directe, adresse mail personnalisée et cartes de visite.

La suite et simple et concise : deux mois après j'étais déjà au bout de ma vie.
J'ai tenu bon grâce à ma copine puis quand elle est partie couver puis accoucher de son mignon oisillon je me suis dit "meuf, faut faire quelque chose, ce n'est pas ça ta vie".

Ça. Vous savez j'ai lu un jour un article sur un blog qui m'avait énormément marqué. 
La fille parlait d'un entretien d'embauche durant lequel elle avait évoqué le harcèlement moral dont elle avait été victime sur son ancien poste et ce pourquoi elle voulait changer. Elle n'a pas eu le poste car le DRH n'a pas voulu "d'une victime" et lui a avait dit : "vous savez mademoiselle, les gens ne peuvent vous faire que ce que vous les laissez vous faire.Cette phrase m'a énormément touché.

Et c'était exactement ça. Sans rentrer dans les détails intimes et sortides de ma vie professionnelle, je confierais simplement que j'ai passé deux ans à me dire que je ne valais rien, que j'étais naze et que jamais je ne pourrais aspirer à un poste interessant vu que je n'étais qu'une incapable.
Deux ans à me faire bouffer jour par jour le peu de confiance que j'avais en moi et à me plaindre à ma collègue, mes amies, ma famille que j'avais un boulot de merde.

- Bah change.

Oui c'est hyper simple pour les autres. Vous connaissez l'adage qui dit "fais ce que je dis mais pas ce que je fais ?" ou encore "c'est toujours plus facile de donner des conseils que de les suivre ?".  Voilà.

- Bah trouve autre chose.

Oui c'est tellement pratique de chercher un boulot quand t'es en poste, décrocher son téléphone dans le bureau pour passer des entretiens téléphoniques et poser des CP pour aller aux entretiens et ce, sous le regard agréable de ton chef AKA le plus gros trou du cul de la planète.
Il faut dire ce qui est, pour chercher du travail il faut avoir le temps.

Ce taf m'a rongé les sangs, les freins, les cheveux et tout ce qu'il pouvait ronger, sauf que s'apercevoir que tout ça, je l'avais laissé faire, ça m'a donné encore plus l'impression d'être une merde.
J'avais plus du tout confiance en moi, en rien d'ailleurs et je m'en voulais tellement de m'être infligée ça, avoir laissé cette situation se détériorer, m'être laissé traité comme ça ... que je ne voyais plus le bout, le bout de rien, un néant sans fin.


Et puis petit à petit, c'était devenu invivable, j'étais devenue le genre de fille qui passe ses soirées à pinailler sur sa chef et ce qu'elle m'a dit, et ce qu'elle m'a fait, et tu te rends compte, et j'en ai marre, et j'ai une vie de merde et et et ... ET TA GUEULE !
C'était ça ma vie ? C'était ça la personne que je voulais devenir ? Une grosse vicosse ? (= victime pour les non-banlieusards). Une fragile ? Une grosse babtou fragile ?

J'étais devenue INCAPABLE de sortir de mon lit, paralysée, je pleurais dès le matin puis dans le métro comme une merde et si en plus ça aurait pu émouvoir un beau brun ténébreux mais non, j'avais juste une sale gueule.
Je venais habillée comme un sac, j'étais bouffie, gonflée, je ne me maquillais plus, mes cheveux ne ressemblaient à rien et ... et ouais voilà.
*AMBIIIIIIIIANCE*

Puis un jour, le déclic. Une réunion qui tourne mal, des reproches encore et toujours, injustifiés, mal-venus, malveillants, blessants et qu'ils aillent tous niquer leurs mères ils m'ont tous cassé les couilles.
La fragilité a laissé place au gros seum de banlieusarde et c'était parti. J'étais partie, j'étais déjà loin.

J'ai déjeuné dans ma brasserie du Trocadéro, j'ai appelé ma mère, j'ai commandé un coca light pour faire genre mais je l'ai pas bu parce que sérieux, c'est dégueulasse ce truc ?!? et le lendemain je demandais un entretien avec mon chef.

- Je veux qu'on négocie mon départ.

Le gars n'a pas compris, le gars m'a regardé avec la tête de Nemo, le gars était absourdi, le gars était sur pause.
Le gars était un gros trou du cul quand même.

- Tu y penses depuis longtemps ?
- Deux ans. Oui.
- Ok.

Tout s'est enchainé, les courriers, les entretiens et chaque jour je barre désormais une date de mon calendrier.


Dans 15 jours je vais reprendre ma vie en main et m'occuper de moi. De mon esprit, de mon mental et de mon corps.
Je vais faire un bilan professionnel et retrouver confiance en moi. En ma personne, en mes capacités personnelles et professionnelles.
Je vais m'occuper de ma "société" en berne depuis un an parce que je n'ai pas le temps de m'en occuper, je vais reprendre assidument le blog, je vais m'occuper de mon gros cul qui ne passe plus les portes et je vais respirer. Respirer ... reeeeeespirer.

Je vais perdre près de 500 € de revenus et cela m'importe autant que le discours de Manuel Valls parce que l'argent c'est la vie mais la vie c'est aussi prendre du temps pour soi.
Le temps d'envoyer un mail à une amie qui vit loin, le temps d'aller chercher son neveu à l'école, le temps d'aller acheter une perruque à sa soeur (AHAHAHAHAHA - pardon - que D. me pardonne) le temps de vivre.
J'ai 28 ans, je veux faire de ma vie une belle histoire. Pas une grosse tragédie de grosse tragique.

Je ne compte pas profiter du chômage pendant des années et partir en week-end sur le dos de l'Etat parce que d'une, il n'a pas bon dos du tout et ensuite parce que ce n'est pas le but.
Je veux m'occuper de moi et panser tout ça. Je veux me retrouver et trouver un sens à tout ça.
Je veux accessoirement me trouver un mec génial et ce n'est pas en me considérant comme une merde et ne me lavant plus les cheveux que je vais y arriver. J'ai besoin de TEMPS - pour MOI.

Les gars je quitte tout pour le chômage. Et je n'ai jamais été aussi heureuse.
Et si je me suis faite tatouer un coeur sur le majeur ce n'est pas pour rien.

Parce que maintenant, I fucking love me.


Merci de m'avoir suivie, lue et soutenue. Grosse dédicace à SF qui m'a écouté me lamenter et pialler pendant deux années, grosse dédicace à mes super copines qui m'ont aussi écouté et surtout changé les idées, grosse dedicace à ma mère et énorme dédicace au monde qui avec ou sans moi continuera toujours de tourner.
Alors autant que ce soit avec moi non ?


PS : l'article dont je vous parlais est de Mélo l'imparfaite, à lire ici.

52

20 janv. 2017



Non mais sérieusement, je sature de ces phrases toutes faites, de ces montages sur les réseaux sociaux et des discussions stériles qui prônent qu'une vraie femme est une femme avec des formes.
Donc si t'as pas de cul t'es quoi ? Une chèvre ? Si un mec préfère les filles fines il est zoophile ? 

On en est où avec la connerie en 2017 ?

Sérieusement, je vois trop souvent passer des "quote", des photos à texte ou même des statuts prônant que les hommes préfèrent les vraies femmes, c'est à dire avec des formes parce qu'autrement "y'a rien à manger" sur une femme filiforme.
Donc de base une femme est comparée à de la viande c'est ça le délire ? (ou un steak de soja pour nos amis les végan). A bouffer ? Seriously tu penses que ma vie consiste à suciter les engouements masculins (oui) afin d'être servie à point (oui) ou saignante ? Dommage que tu sois pas vampire on aurait pu s'éclater tous les 28 jours.

- Y'a rien à becter sur les filles minces, on peut pas s'acrocher. Une vraie femme elle a des seins, du cul, des hanches auxquelles s'aggriper.

Donc tu me confonds avec une balançoire ? T'as confondu mon corps avec une perche en fait ?
En fait toi t'es le félin et moi le canapé sur lequel faire tes griffes ? Laisse moi te vomir une boulette de poil sur les yeps stp ...

Sérieusement c'est quoi ces faux débats ? Depuis quand il faut être pulpeuse pour être cataloguée de vraie femme ? Une fille mince ou sans poitrine n''est pas considérée comme une vrai femme parce qu'elle fait un 34 ? C'est quoi ces conneries ?

Les gars, vous me connaissez, in real life ou grâce au blog, vous savez tous que je ne fais pas un 34 et que lorsque t'entends pulpeuse y'a Mona qui va avec, sauf que je pense aux autres (#altruisme) : à mes copines, ma soeur, ta voisine etc. Ces filles qu'on dénigre parce qu'elles ne correspondent pas aux critères imposés. Mais de quels critères on parle ?

Paradoxallement on nous bombarde dans les magazines et à la télé de filles minces photoshopées mais l'adage dit qu'à contrario une femme doit avoir des formes. Donc on est tous skyzo en fait ?

Les femmes passent leur temps à se comparer, se juger, se jauger même ! Honnêtement, pourquoi on passe son temps à se critiquer les unes aux autres ? Ces fausses feministes qui prônent la liberté féminine mais qui balanceront sur la première femme venue parce qu'elle ne rentre pas dans ses critères de beauté, de morale ou encore de moeurs.

Comment on peut vouloir du respect alors qu'on ne se respecte pas entre nous ? Comment on peut espérer l'égalité des sexes et de manière générale des Hommes si on passe notre temps à se rabaisser et pinailler à défaut de s'unir pour une seule et même cause : notre liberté, qui résultera en partie par notre solidarité à tous.

Ca veut dire quoi être une vraie femme ?

- Avoir des formes : NON, une femme "sans formes" est autant une femme que moi, toi, ou elle.
- Avoir des enfants : NON, avoir des enfants n'est pas synonyme de féminité. Certaines femmes n'ont pas d'enfants, ne veulent pas ou ne peuvent pas en avoir. Tu penses que ces femmes sont pour autant moins "femme" qu'une autre ?
- Avoir un mec, être mariée : NON, le célibat et l'homosexualité ça existe aussi.
- Coucher avec 100 mecs dans sa vie ; NON, les pucelles et autres filles sans une liste de 3 km sont autant des femmes que la plus bonne que la plus bonne de tes copines (est-ce-que je parle de moi ? Absolument pas).
- Porter un soutien-gorge : NON, seriously c'est un instrument de torture qu'on les brûle et que le free nipples éclatte enfin à la face du monde.
- Avoir un vagin ? Mmmm vaste débat, demander à Bruce Jenner.

BREF, non une femme ne doit pas avoir des formes pour la bonne et simple raison que chacune des femmes sur cette terre et d'ailleurs, est magnifique, à, tous les niveaux et pas que physiques.
Le physique d'une femme ne détermine pas son dégré de féminité, être une femme c'est une atitude. Rien de plus, rien de moins.  Un peu plus de solidarité et de bon sens, merde !

Et parce qu'avec un 95D, 1m40, 112 kg, avec de l'acné, célibataire endurcie, taille 52, bonnet A ou même monosourcil, .. YOU ROCK*.


Amen. Et gloire à nous.




*même celles qui portent des bottes blanches et une jupe Desigual.

22

13 janv. 2017

Du coup j'avais un peu la pression pour vous raconter la suite ... Pour ceux qui débarquent, le premier opus est ici-même.

J'étais dégoutée de la life, le mec avait été tellement sympa, tellement sympa et ... trop sympa que du coup, minauder le chaud/ froid en débarquant chez moi un soir m'avait littéralement brisé les couilles que je n'ai pas (sans quoi cela aurait été problématique pour certains hommes que j'ai connu soyons clairs).

Ce que j'ai oublié de préciser à l'assemblée c'est que je n'habite pas à Paris-même mais en banlieue : ce qui signifie pour les parisiens le bout du monde. Donc quand le mec m'a dit que son covoiturage le déposait près de chez moi, je me suis dit : "ok l'excuse de merde, le mec m'aime et veut me voir" car il était IMPOSSIBLE qu'il soit plus simple de rentrer chez lui en passant par ma banlieue.

Était-ce un plan de gros tarba étant donné qu'il avait passé le week-end chez sa meuf ? Nous ne le saurons jamais.

Voilà pourquoi, quand ma copine Jojo m'a invité à la soirée de lancement de sa marque (dont je vous parlerais bientôt) la première chose que j'ai vu c'est son nom sur la liste des invités.
Chance immense, je n'étais pas dispo car j'étais en weed-end à Amsterdam, Dieu m'évitait donc de me retrouver nez-à-queue avec ce briseur de coeur briseur de couilles.

Sauf que non, Jojo en avait finalement décidé autrement et a donc changé la date de son event. Plus le choix et pas d'excuse - surtout que je voulais vraiment être là pour mon amie - quand elle m'a envoyé un message pour me dire "au fait y'a GROSFDP qui vient j'espère que ça te dérange pas ?" j'ai répondu sans hésitation : "j'en ai strictement rien à foutre" alors qu'en réalité j'avais envie de hurler et d'écrire en caractère 72 :
NON MAIS SANS BLAGUE QUE J'AI ENVIE DE VOIR SA GUEULE !!!! mais je suis restée digne ....
Jusqu'au fameux soir.

J'ai mis exactement trois semaines à penser à ma tenue que je voulais classe-sexy-décontracte-mais pas trop-allumeuse-mais discrète-hyper bonne-mais sainte- glamour-chic et street-love en même -temps.
En gros je voulais qu'il se dise "whaooo je suis amoureux !" et que je lui réponde "je sais, mais j'ai pas ton temps".

J'y ai pensé toute la semaine, toute la journée, toutes les heures. J'y ai tellement pensé que je n'ai pas regardé où je marchais et c'est ainsi qu'en voulant troquer mes tennis pour mes escarpins dans le métro, que nous avons constaté - mon odorat et moi - que j'avais marché dans une grosse merde de chien.
*applaudissement du public*.

J'ai fait comme si de rien n'était, j'ai enfilé mes 12cm, fourré mes tenis au fin fond de mon tote bag, remontés mes seins et je suis sortie du métro la tête haute en activant mappy.
J'étais à 4 minutes du resto, je suis donc arrivée 17 minutes plus tard mais j'étais néanmoins dans les premiers arrivés. Juste après Jojo et ... le MEC.

- j'entre en scène -

- Salut ça va ! (mais quel enfoiré, ta tête-là, ta tête de connard sympa sexy canon de ta race maudite)
- Ouais et toi ?
- Tu veux dire depuis que t'es un enculé ? (dans ma tête)
- Tu veux dire depuis que je sais que je sais voir ta tête de tarba ? (dans ma tête)
- Tu veux dire depuis que je stalke jour et nuit le mur facebook de ta meuf ? (dans ma tête)
- Tu veux dire depuis que j'ai marché dans la merde ? (dans ma tête)
- Ca va merci. (dans la vraie vie).

Bon je rentre j'ai froid ! Alors qu'en réalité on sait tous que j'ai foncé aux toilettes pour :
- faire ce qu'on fait quand on est stressé (je vous laisse l'embarras du choix) (les vrais savent).
- respirer inspirer l'insulter respirer l'aimer inspirer.
- nettoyer mes Stan Smith avec du PQ dans le lavabo.

Bilan ; j'ai bouché le lavabo et l'odeur n'est pas partie.

J'ai laissé mon sac au vestiaire avec mon pull et mes Stan souillées, mon manteau et mes espoirs et j'ai avancé comme si j'étais dans un clip de Beyoncé, après avoir bien entendu prévenue Jojo de me placer face à lui à table.
Que la soirée commence ... mais tout d'abord buvons un verre.

- Un Spritz s'il vous plait ! 

Chaleur + à jeûn + stress = j'étais pétée au bout d'un verre.

Et c'est alors que je disais au MEC "Oh tu voulais un beignet de mozza et j'ai mangé le dernier ? Too baaaad" tout en sucant mes doigts de manière suave et sexy (LOL) que cet enfoiré m'a dit que je n'étais pas sympa.
Moi pas sympa, il est sérieux lui ? J'ai pensé.
Moi pas sympa, t'es sérieux toi ? Je lui ai répondu.
Et là le gars m'a dit en toute décontraction : "ouais, la dernière fois je t'ai trouvé sympa mais là t'es relou.

Pardon ? Tu m'as trouvé "sympa" ? "la dernière fois" ? Parce que te CENSURED la CENSURED c'est être "sympa" ? T'héberger chez moi parce que mOnsieur est un fucking cassos c'est "sympa" ? La soirée d'amour qu'on a passé c'était "sympa" ? La semaine que j'ai passé à t'aimer et penser aux prénoms de nos enfants c'est "être sympa" ? Les polonais que j'ai envoyé tuer ta meuf c'est être "sympa" ?!

JE NE SUIS PAS SYMPA, JE SUIS UNE MEUF GENIALE OK !!! ????? UNE MEUF QU'ON VEUT EPOUSER CHERIR ET A QUI FAIRE DES BEBES !

Mais à la place j'ai dit "un autre Spitz s'il vous plait", et pendant ce temps-là le mec qui-me-trouvait-sympa-quand-je-lui-offrais-mon existence m'a dit qu'il était triste.
Qui s'en fout ? j'ai eu envie de répondre mais à la place j'ai dit "pourquoi ? même si j'men fous."
Et là, le mec-qui-me-trouvait-sympa-quand-je-lui remettais-mon-âme-nue-à-nu a sorti la bombe,

- Bah tu sais, je me suis fait largué.

Et là ... je n'ai pas pu m'en empêcher. J'ai souri comme si on venait de m'apprendre que la pillule pour avoir un corps parfait existait, comme si un producteur m'appelais pour me dire "t'es super, je veux te produire sur scène", comme si ma mère me disait "en fait on est riches", comme si la mode était au léopard, comme si MLP s'exilait dans une ferme, comme si mon ex venait ramper devant moi et que je lui écrasais ses doigts boudinés, comme si Kim K finissait agent polyvalent au KFC porte de Clignancourt, comme si le SMIC passait à 2 000 € nets.
J'ai souri de toutes mes dents.

- Heu tu souris là
- Ouais désolée je peux pas m'en empêcher. Je suis vraiment triste pour toi !
- Tu mens
- Complètement !

Je me suis leveé d'un bond, j'ai été voir mes copines à l'autre bout de la table et je leur ai demandé de faire semblant de regarder la carte du resto pendant que je leur racontais la nouvelle. On m'imagine donc en train de montrer du doigt les entrées et les cocktails et dire en même-temps "i fé fé larguer, f'le crois f'pas f'putain !!" du coin de la bouche.
Sauf qu'entre la salade de poulpe et les farfalle aux crevettes, Jojo a désarmorcé ma bombe,

- Oui mais il en a une nouvelle.

Wait what ?!
Attendez attendez ... le mec se fait larguer de façon karmique, il se retrouve célibataire et donc par définition, totalement libre et le gars n'a pas pensé une demi-seconde à m'appeller pour m'en informer afin de ... peut-être ... logiquement ... certainement et ENFIN ... qu'on se mette ensemble vu que j'étais teeeeeeeeeeellement géniale ?!!
Le gars s'est trouvé une autre meuf direct alors que j'étais là, tranquille, alone, à me dire "merde, c'est con la vie parfois, on était vraiment bien tous les deux mais pas assez dispos pour être ensemble".
Le gars était totally free mais non ! Il a été pécher une moule ailleurs.

J'étais furieuse, je me suis sentie trahie, j'étais rouge, rose, rouge, vénère. J'avais envie de le frapper, de l'humilier, lui broyer les couilles et en faire des beignets de poulpe aux couilles de con.
Je me suis sentie tellement bête, avec mon decoleté de cagole, tellement nulle, tellement ... ivre. Ivre de lui, à en vomir.

Finalement, grâce à Dieu, il est parti. Il avait une autre soirée et c'était tant mieux. Vu mon état j'aurais vraiment tout perdu parce que la prochaine étape c'était le fight public.
Je l'aurais terminé, insulté, déroulé, bouillavé donc heureusement qu'il est parti sans quoi ma dignité aurait été encore plus basse que mes seins sans soutif et le lendemain j'aurais regretté de lui avoir pété les dents. Pas pour ses chicots, mais pour ma fierté.

Bref, ce soir-là j'ai compris deux choses importantes : la première c'est qu'un mec qui trompe sa copine et n'assume pas ensuite est un trou du cul. Tromper sa copine ça arrive, on est pas là pour juger. Ni lui qui l'a trompé, ni moi qui était consciente de ça et qui a quand même foncé. On peut tromper quelqu'un par amour, faire une rencontre inopinée, dingue, étincellante et vouloir briller avec cette personne au détriment de l'autre et dans ce cas, on fait les choses convenablement. On balaye devant sa porte avant tout et on aime son prochain. Personne n'est parfait, personne n'est irréprochable et en réalité, on s'en fout de ce que font les gens c'est pas notre life.
J'ai compris que le karma avait bien fait les choses et que j'étais beaucoup mieux seule qu'avec un mec infidèle de qui j'aurais toujours eu peur des écarts si toutefois relation sérieuse il y aurait eu entre nous. Mes amies m'ont écouté toute la soirée rager contre lui et le lendemin c'était fini, je l'avais sorti de ma tête.

Par contre, la chose importante que j'ai aussi compris ce soir-là, c'est que lorsque tu marches dans la merde et que tu mets tes Stan Smith dans un sac avec ton pull, quand tu veux rentrer chez toi dans le froid et donc en toute logique, mettre ton pull, et bien il sent la merde.

Devinez qui a pris un Uber les seins à l'air dans son body en dentelle ? Une meuf SYMPA, une meuf très très sympa.


Who run the world ?



Article dédicacé à ma copine horizontale, parce que cet échange m'a teeeeeellement fait rire ❤.
Et coeur sur toi. TMTC.
15

4 janv. 2017



Nous étions invité à la même soirée mais je me souvenais plus trop de lui. On s'était croisé l'année dernière et je n'avais pas eu le temps de m'attarder sur son cas étant donné que j'étais centrée sur le mien, à savoir, comment sortir à Paris quand on a pas d'argent. Réponse : tu ne peux pas.

Il avait répondu sur la conversation commune où je précisais à nos amis que j'allais avoir du retard car j'étais trop occupée à uriner entre deux bagnoles pont de l'Alma. Lui aussi était en retard et avait proposé qu'on arrive ensemble. Quand j'ai vu son message j'étais déjà au bar en train de commander un mojito.
Mona 1 - 0 LMEC.

Juste avant d'arriver j'avais eu un date sympa, à la cool et sans prise de tête. Je n'avais absolument pas prévu de pécho l'homme de ma nuit ce soir-là dans la mesure où j'étais trop occupeé à kiffer la vie, mon bronzage retour de vacances et surtout mon mes mojito(s) entre copines.
Lui était là, il était sympa, il était vraiment sympa et ... il est sympa nan ?

Vous connaissez la suite, quelques heures plus tard j'étais amoureuse et l'instant d'après il m'invitait à danser, ou le truc qui n'arrive jamais vu que la plupart des hommes est trop occupée à me mater le cul plutôt que de danser avec - ce qui est - soyons francs, très dommage.
Evidemment, je n'ai pas pu m'empêcher de faire ma chaudasse en ondulant le corps like a vipère sur son repère *héhé* mais visblement pas très réceptif le mec s'est tout simplement barré. Okéééé.
Je me suis assise pour méditer sur le sens de la vie des vipères quand ma copine m'a dit "il est sympa hein ? il se passe un truc entre vous ça se voit !".

- Tu crois ? (évidemment que je le croyais, j'avais dit ça pour me faire mousser)
- Oui il me l'a dit
- TU DECONNES !
- Mais il sait pas trop quoi faire vu qu'il a une copine.

Une ? Pardon ? J'ai pas entendu y'a Claude François qui gueule *LA FERME AVEC TON ANNEE 62 PASSE A AUTRE CHOSE MERDE !!". Non mais il a une meuf ?
[...]

Il avait une meuf. Une vraie meuf. Genre une petite-amie, girlfriend, une meuf quoi !! Mais elle habitait loin ...
Ah bon ... ça change tout alors ... 
A ce moment-précis je me suis dit que je ne faisais rien de mal car après tout, onduler sur un mec pendant qu'il te caresse délicatement les hanches ce n'est pas tromper si ? ...  EVIDEMMENT QUE SI !! Bon, le plan ?

Et bien le plan c'est qu'au vu de sa réception active et enjouée concernant ma personne, j'ai décidé que je n'en avais rien à faire puisque sa copine vivait loin (pardon ? j'entends grosse connasse dans le public ?).
Honnêtement les gars à la base je ne savais pas qu'il avait une copine, il puait le charme et la séduction à plein nez, je n'ai pas pensé un seul instant qu'il puisse être en couple (dit la fille qui ne fait jamais attention aux alliances quand elle poursuit des gens).
Et puis finalement, c'est un peu comme tout, je retourne ma veste de temps à autre, et là j'ai mis mes principes de côté. Moi ou une autre valait mieux que ce soit moi non ? Non ? Non ? Ouais non. 

Le bar a fermé, mes copines se sont barrées et on s'est retrouvés tous les deux sur les quais, sous la lune, près de la Seine, sur terre.
Pendant qu'il discutait avec d'autres gens, je sympatisais avec un certain ... un certain .... mec dont j'ai oublié le nom et lui confiait mes craintes. Parce que j'ai un coeur et une morale, même quand j'ondule sur des mecs en couple et que j'ai trop de rhum dans le sang.

- Non mais je l'aime bien mais je sais pas quoi faire, il a une copine. Mais elle habite loin
- Bah tu t'en fous alors
- Oui mais j'ose pas lui dire de venir chez moi ça fait pute
- Mais tu t'en fous, te prends pas la tête - Note de l'auteur : moi me prendre la tête ? seriously ?
- Non mais j'ai envie de rester avec lui mais le "tu viens chez moi" ça fait vraiment chagasse non ?
- T'as envie qu'il vienne chez toi ?
- Oui 
- Bah alors
- Mais il a une meuf
- Mais elle habite loin
- Bon ...
- Sinon moi je viens chez toi pas de problème ...

Finalement j'ai fait la fille subtile ... Nan j'déconne. C'est lui qui a fait le mec discret en plaçant un mignon "oooh ba mince, je sais pas comment faire pour rentrer chez moi j'habite trop loin", du coup un Uber plus tard et nous étions dans mon canapé.

La soirée était géniale, le mec génial, tout était génial. Dans ma tête il allait se rendre compte à quel point nous étions géniaux et larguer sa campagnarde.
...

Dans ma tête seulement.

La semaine est passée .... elle était longue ... un peu comme sa .... façon de me faire galérer.
Le week-end suivant je me jetais à l'eau et lui proposais d'aller voir une expo, pas de bol il avait son covoiturage pour aller chez sa meuf. *musique dramatique*

J'ai passé le week-end à déprimer sur ma vie de meuf qui fait n'importe quoi et alors que j'avais de l'huile de coco sur les cheveux et un masque à l'argile sur la face, Chuck Bass venait une nouvelle fois de quitter Blair et vrrrrrrrrrr vrrrrrrrrrr petite vibration sur mon Iphone.

- T'es chez toi ?

OMG - C'était lui.
Nous sommes dimanche soir, je ne me suis pas lavée et le mec me demande comme ça de but en blanc sans préliminaires si je suis chez moi.
J'avais envie de lui répondre que oui j'étais chez moi, le coeur ouvert, prête à lui offrir mon âme pour un regard, une caresse, un mot, une fleur, un crocodile ... pardon je m'égare.

- Oui.
[...] les petits points sur Messenger qui te disent qu'il est en train d'écrire. *Respire respire respire*

- Mon covoiturage me dépose près de chez toi, tu peux m'héberger ?  J'ai plus de RER ...

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii JE VAIS ME MARIEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEER !!!Faut que j'apelle ma mère, et ma famille en Sardaigne, je dois laisser pousser mes cheveux perdre 15 kg et ... MERDE !! MES CHEVEUX !!

La tête dans la baignoire et le pommeau au-dessus, je rincais mon *home made mask* et répondais :

- D'accord, like a big boloss that I am.

Je me suis changée sept fois, le pyjama faisait trop ... pyjama. le mini short trop mini et le tshirt sans soutif trop provoc. Je l'ai donc accueilli en tailleur parce qu'il était dimanche soir et que dans mon monde c'était normal.
Il m'a raconté son weekend (qui s'en fout ?) et nous nous sommes couchés. Voilà.
Voilà voilà.

...

Heu ?

J'ai essayé de me contrôler, vraiment, mais dans mon monde où on porte un tailleur le dimanche soir, quand un homme dort avec une femme (qui plus est lorsque je suis cette femme), qu'en plus ils ont déjà mélangé leurs poils et que le mec vient chez moi de son plein gré alors qu'à la base je me touchais sur Nate Archibald sans rien demander à personne, je ne comprends pas qu'il veuille ... dormir.

- Je ne comprends pas que tu veuilles dormir.

S'en est suivi plusieus heures de discussion sur "mais c'est pas parce que c'est arrivé une fois que ... même si c'était super ... mais je suis en couple ... mais t'es une meuf géniale (NIKTAM), mais bon .... après si c'est toi qui me sautes dessus, je dirais pas non ... ça viendra pas de moi tu vois .... c'est pas moi qui serais à l'initiative (comprendre : si tu veux me CENSURED je ne dirais pas non) sinon ça se fait pas mais ... c'est vrai que t'es géniale donc bon ... (NIKTOUJOURSTAM)
BLAHBLAHBLAH *Bullshit*

Là, tout de suite, à l'instant T instantané j'ai eu envie de lui dire "mec, tu pensais pas à ta meuf quand t'avais la tête dans mon cul" mais je me suis retenue parce que d'abord je suis une fille classe et qu'ensuite ma mère lit mon blog.

Bref, du coup on a dormi et niqué un peu, c'était pourri, il est reparti et je l'emmerde. Par emmerder comprendre : penser à lui pendant des jours et me rappeller le temps béni où il avait la tête dans mon cul.
Puis comme toutes mes histoires, c'est passé aussi vite que c'est arrivé et un jour je me suis réveillée en réalisant que ce mec était juste un gros batard qui non seulement avait trompé sa copine (même si elle habite loin) mais qu'en plus il avait été chez moi direct à son retour de weekend de trouduc chez sa meuf.
Nan mais gros batard du trottoir ou pas ? Non mais gros gros tarba !


Pourquoi je vous raconte tout ça ? (parce que t'as pas de vie) parce que figurez-vous qu'il y a quelques semaines j'étais invitée à la soirée de lancement de la marque de ma copine Jojo (dont je vous parlerais une autre fois - quoique Jojo connait bien les talents du MEC vu qu'elle les a testé aussi mais ceci n'est pas le sujet).
JOJO DONC ! organisait sa soirée et devinez qui était là ? Lui.

Est-ce que j'ai mis exactement 4 semaines à réfléchir à ma tenue ? Absolument
Est-ce-que tout cela s'est terminé en body transparent sans soutif face à lui à table comme par hasard ? Certainement.



Est-ce-que vous voulez connaitre la suite de l'histoire aka la revanche du poulpe ?


to be continued ...

39

2 janv. 2017


BONNE ANNEE BANDE DE ... 
[insérez rime de votre choix]

Il est temps pour moi de faire le bilan sur cette année passée et surtout, d'en tirer les leçons adéquates.
C'est en réfléchissant au contenu de cet article que je me suis rendu compte qu'il s'était passé pas mal de choses qui m'ont marqué en 2016.

Tout d'abord, je suis tombée amoureuse, ou plutôt j'ai cru l'être, ou plutôt je l'ai été du fait que lui puisse l'être et qu'un amour soit possible. Au final, cela a donné un soufflé amoureux : celui qui retombe aussi vite qu'il est monté.
En réalité je devrais appeler cette épisode "la déception" mais ne me laissant pas abbatre et surtout pas par un mec qui prenait une douche tous les trois jours, cela m'a permis de comprendre ce que je voulais, et ne voulais plus (une douche BORDEL !).
Pour être honnête, cela m'a aussi permis de comprendre que je n'étais pas forcément sereine à l'idée d'être en couple et que chassez le naturel il revient au galop - quand on est aussi bien montée que moi ... bref vous avez saisi.
Au début c'est génial et puis tes vieux démons refont surface.
Finalement j'ai compris que je n'étais pas encore prête à tout cela pour la bonne et simple raison que je n'arrivais toujours pas à vivre avec moi-même donc vivre avec quelqu'un était d'autant plus compliqué.
Je pense qu'il y a une large différente entre ce que l'on veut et l'on peut. TOP AMBIANCE ! *check ça*

***

Cette année lors d'une discussion avec ma copine Eli, elle a dit quelque chose qui m'a marqué et que je prône depuis et diffuse à tout va. Elle m'a dit, "mon ex me traitait comme une princesse, le prochain il aura intérêt à être au même niveau sinon c'est même pas la peine. Un mec qui te tient la porte ou qui t'envoie des fleurs, avant je me disais "ooooh trop mignon, il pense à moi !" mais NON ! C'est normal ! C'est normal qu'un mec te courtise, c'est normal qu'un mec soit gentil et doux avec toi, ce n'est pas rare, c'est la base de tout. Un mec DOIT être comme ça avec une femme, on le mérite".
Elle avait totalement raison. Moi, quand un mec me demande si ça va, je suis déjà amoureuse et crie partout qu'il s'interesse à moi alors que non, le mec m'a juste demandé si j'allais bien en regardant mes nichons.
Arrêtez de "se contenter de" et "aspirer à".
On mérite d'être bien traitées, on mérite qu'on soit gentils avec nous, on mérite des fleurs et on mérite l'amour, MERDE !

***

Cette année ça a été le tourbillon émotionnel, le monde qui avance, mon entourage aussi et surtout j'ai compris pas mal de choses sur moi-même et ma famille.
J'ai toujours dit que ma famille était la meileure et la pire chose dans ma vie et cette année encore n'a pas failli à la règle. Je ne vous apprends rien si je vous parle de schéma familial, blessures de l'enfance, subconscients et autres secrets de famille conditionnant le fait qu'à 28 ans, tu en es là où tu en es actuellement : c'est-à-dire nul part.
On peut se dire que tout est foutu d'avance quand on nait dans une famille comme la mienne, avec tout ce que cela implique, ou alors décider que non, tu n'auras pas une vie de merde sous pretexte que ce serait logique avec les bagages familiaux que tu te traines. I REFUSE TO BE A VICTIM (source : American beauty).
Aujourd'hui j'ai compris, j'ai écouté, j'ai analysé et j'ai décidé de me faire aider sur certains points, c'est-à-dire tous en réalité. J'ai 28 ans et je décide d'être dans le turfu. BIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIM !

***

Cettte année on a appris et vécu la maladie de ma soeur, COUCOU LE CANCER ! C'est un épisode sur lequel je ne reviendrais pas étant donné que j'en avais fait un article sur un coup de tête pensant que seule ma soeur le lirait alors qu'en réalité il a fait le tour du monde. Honnêtement les gars, je ne m'y attendais pas du tout.
Mon anonymat en a pris un coup et la relation que nous avons avec ma soeur aussi ...
Vous savez, un blog c'est comme les réseaux sociaux, on montre ce que l'on a bien envie de montrer. Personnellement j'ai toujours raconté mes histoires ici sans tabou parce que concrêtement, je ne vois pas le principe de vous raconter ma vie rêvée de rêve alors qu'en réalité ... ma vie craint et puera toujours la défaite, sauf que je l'accepte et préfère en rire parce qu'une fois que t'as pleuré toutes tes larmes et bien t'en es toujours au même point.
Alors on prend le temps de rire, d'en rire et on se sort les doigts d'où on veut et on se dessine une belle vie avec.

Peu de temps après cet article, je me suis disputée avec ma soeur pour des raisons que j'ai oublié et j'ai désactivé tous les articles qui parlaient d'elle. Puis on s'est réconciliées - plus ou moins - et j'ai réactivé ces articles.
Quelques semaines plus tard, elle m'a invité  à dîner chez elle pour mon anniversaire et au cours du repas ... tout est parti en couille (sorry j'avais pas d'autre mot qui me venait là tout de suite).
Finalement, tout a tourné au procès et au règlement de comptes. C'était pas prévu, c'était violent, triste et blessant mais surtout ça a permis de régler 24 ans de non-dits, de ressenti et de peine.
Ce soir-là, on a reparlé de choses de notre enfance, d'évènements qu'on a vécus différemment, des années noires de notre vie, de notre famille et tout à coup, tout s'est démêlé entre nous. J'ai pardonné.

Ma soeur m'a dit les yeux dans les yeux ce qu'elle ressentait depuis des années, j'ai fait pareil en essayant d'articuler entre mes sanglots "mais ... je ... pourrais .... jamais ..... te ... par  ...do... nnerrrrrr" et finalement comme ça, un soir de novembre nous avons réglé tout ce qui nous avaient rongés pendant toutes ces années. Je n'aurais jamais cru ça possible et pourtant c'est arrivé et depuis tout est différent. Le travail n'est pas terminé loin de là mais il a déjà bien avancé.
J'ai fait la paix avec ma soeur et du coup me suis libérée du poids de la colère et de la rancoeur. J'aurais aimé qu'il me déleste de 10 kilos mais pour le moment rien à signaler de ce côté-là merci beaucoup.

***

Depuis deux ans, je travaillais dans un environnement et avec des personnes qui ne me plaisais / me convenais pas du tout et me rendait malade.
Un jour j'ai (re)trouvé mes couilles et j'ai fait en sorte que ça s'arrête et ça a fonctionné. Dans quelques semaines je serais libérée de ce poids aussi qui, ce serait cool, me délestent également de 10 kil au passage sait-on jamais.

En 2017 je prends du temps pour moi et je ne pense qu'à moi, et rien qu'à moi.
***

Cette année j'ai eu la chance de voyager grâce à mon Airbnb réccurent, et pour cause j'ai désormais plus d'argent sur mon livret A que sur mon compte courant.
Si certains ont des questions ou réticences concernant le Airbnb, n'hésitez pas à m'envoyer un mail. je serais ravie de tout vous expliquer.
Pour les autres, je vous dirais simplement qu'en allant dormir de temps en temps chez ma mère, y être nourrie logée blanchie et chouchoutée, en louant mon appart je gagne de l'argent sans avoir besoin de dormir avec le locataire.
Grâce à cela, en 2016 je suis allée à la Louvière en Belgique (article ici), à Milan (articolo qua), à Prague (article en prévison) et à Amsterdam (où j'ai marché des heures sous la pluie à la recherche d'un coffee shop cosy et où je me suis fait tatouer par un mec qui s'appelait Brian - stalké à mort depuis).
C'est pas rien quand on sait que je suis fichée bancaire tous les 2 ans.

LE AIRBNB C'EST LA VIE, LOUEZ VOTRE APPARTEMENT !

Pour tous les rencards foireux de cette année, inutile de revenir dessus vous pouvez tous les lires ici.
Comme chaque année, je remercie tous les hommes que j'ai rencontré et qui m'ont fait craquer, hurler, aimer, rire, chambrer, haluciner, psycopather, non-orgasmer et surtout, qui font vivre ce blog et mon petit coeur et mon ptit cul. Sans vous ma vie serait bien moins drôle ! A jamais : je vous aime.

J'en profite pour également remercier toutes les personnes qui me suivent et m'envoie toujours des mots tellements mignons que mes chevilles enflent sous mon jean taille ... là n'est pas le sujet. Vous êtes des amours et j'ai hâte de tous vous inviter à mon spectacle quand je prendrais le temps de l'écrire.

Pour clôturer cet article, si je ne devais retenir qu'une chose sur cette année c'est qu'elle a encore été riche en émotion, en amour, en drama, en mojitos, en fou rires, en déception, en surprises et plein d'autres choses qui ne prouvent qu'une chose mes amis, malgré tout : la peine, la joie, la peur ; nous sommes vivants, alors vivons.

Merveilleuse année 2017 à tous, du Love & encore du Love et on se retrouve rapidement pour de nouvelles aventures !


Hein ? Pardon ? Le mec en couple de qui je suis tombée amoureuse ? Faut que j'vous raconte ...




Mona Lova.

24

Instagram

© Copyright Mona Champaign.

Tous droits réservés. Tous les textes présents sur ce blog m'appartiennent et ne sont pas libres de droit. Merci de ne pas les utiliser sans mon accord. Article L112-1 du Code de la Propriété Intellectuelle.

Archive