Magnum de champaign


J'ai un grain, cela n'est un secret pour personne. Je suis belle et cela n'en est pas un non plus.
Je suis donc en toute logique pleine de grains de beauté  *poésie du vendredi*.

Lorsque j'avais treize ans, je les ai tous compté et j'en avais trouvé 74.
Puis j'ai lu dans une revue hautement intellectuelle et très sérieuse (doctissimo) que certains grains de beauté pouvaient être cancérigènes, j'avais donc théoriquement 74 cancers.
Il ne m'en fallait pas plus pour prendre rendez-vous chez un dermato et douze ans plus tard (je suis lente, mais là n'est pas le sujet) je me suis retrouvée dans une salle d'attente à feuilleter des magazines datant de mes premières règles.

Le cabinet étant juste à côté de chez mon esthéticienne, j'allais pouvoir faire d'une pierre deux coups car j'avais rendez-vous après pour un défrichage urgent pour cause de rencard le soir même.
Pendant que je lisais l'article sur le divorce de Brad et Jennifer, on m'a enfin appelé.

- Je vous laisse vous installer, a dit le dermato en me montrant la table d'op'.
- Mais bien sur ... ai-je répondu en avançant vers la table.
- Dans un premier temps on va regarder les couches externes de l'épiderme.
- Très bien (rien capté).

Il a tout d'abord regarder mes pieds puis entre mes orteils. Il s'est ensuite attaqué aux jambes, aux genoux, puis vint les cuisses BISOUS LES VERGETURES, le ventre, les bras, les aisselles puis la nuque et le visage.
Sur ma joue il rencontra mon triangle des bermudes dont je très suis fière et attendu ses compliments - comme à l’accoutumée lorsque l'on contemple mon triangle parfait - mais il n'a rien dit. 
Vexée j'étais.

Et tout à coup ... ce fut le drame

- On va passer aux parties internes maintenant,

Gants en plastique et bâton de bois à la main j'ai vu ma vie défiler lorsque j'ai compris qu'il s'apprêtait à inspecter ma  ...

- Détendez-vous je vais inspecter vos parties génitales.

MA CHNEK ??? TU VAS REGARDER DANS MA CHNEK ?? C'est est une blague, un mec va sortir avec une caméra et ma sœur tapera dans ses mains, ravie de cette mascarade.
Ça ne peut pas être réel .. Allez ... allez ...

Rien ne se passe : ma vie est foutue.
Enlevage de culotte, forêt apparente, je suis morte de honte intérieurement et pendant ce temps Docteur- je-vais-inspecter-votre-vagin-en-tout-décontraction cherche du pétrole dans mon utérus.

Il y a passé trente secondes, cela m'a paru trois mois. Trois mois d'expédition à la recherche de l'or noir dans une forêt amazonienne dont la propriétaire avait les pâtes en l'air et le haricot apparent sous l’œil avisé d'un archéologue aux gants de plastique.

Est-ce-que tout cela pouvait-il devenir pire encore ? Absolument.

- Vous êtes en période de règles Mademoiselle ?
- Je ne crois pas pourquoi ?
- Vous ne prenez pas la pilule ?
- Ba non.
- Vous ... n'avez pas de contraceptif ?
- Ba j'mets des cap... préservatifs.
- Je pense que vous venez d'avoir vos règles Mademoiselle.
- Ah ...
- Oui, comme vous dites.


Cela pouvait-il devenir encore pire que le pire ? Absolument.

- Vous pouvez vous retourner s'il vous plait ?
- Mmm sorry ?
- Je dois maintenant vérifier votre CENSURED


+ 5 MINUTES dans le néant de mon séant sur lequel je ne m'étendrais pas étant donné que j'ai préféré oublier cet instant de ma vie, je n'ai à l'heure actuelle plus aucune dignité avant et arrière.
En plus, je fuyais de part et d'autres de mon anatomie. Sur cette table au papier froissé et rouge j'ai arrêté d'espérer un monde meilleur.

Cela pouvait-il devenir encore plus gênant que le pire ? Absolument.

- Je vais regarder votre crâne à présent.

Je me redresse du drap souillé et là ... je réalise.

- Heu, par contre c'est grave si j'ai ... heu ... des extensions ?
- Pardon ?
- Des extensions capillaires, accrochées à mes cheveux. Pour votre check-up c'est important ?
- Hum oui, effectivement, vous pouvez les retirer ?




La perruque posée sur le drap, mon crâne chauve et ses doigts de pervers sur mes tempes, j'ai prié pour que toute cette scène soit le fruit de mon imagination, que tout cela n'ai jamais eu lieu.
Je n'ai jamais laissé un inconnu me fouiller la ch*tte et mon rectum et non, je ne viens pas d'enlever mes cheveux devant cette même personne que j'espère ne jamais revoir de toute ma vie.

- Je vous laisse vous rhabillez et remettre vos ... votre postiche. Nous avons terminé, tout va bien aucun de vos grains de beauté n'est cancérigène.

Vraiment ? Même dans mon orifice anal ? Aucune tumeur vous êtes certain ? Quelle joie !
J'ai donc payé 45 euros pour me faire souiller et suis ressortie en marchant comme un canard, sentant encore le fantôme du bâton dans mon cul et des mouchoirs plein la culotte.
J’ai appelé mon esthéticienne et reporté mon rendez-vous à la semaine prochaine, semaine où mon rencard repartira en Australie.
Je suis ravie de ma vie de personne à qui on écarte les parties internes pour y trouver le Saint Graal.

J'allais appeler mon rencard lorsque j'ai reçu un message :

- Hello beauté, toujours ok pour ce soir, hâte de te CENSURED la CENSURED :)

Je n'ai jamais dit que ce mec était romantique.

Réponse imminente :

- Contretemps naturel de ma personne, doit annuler, à moins que tu ne sois devenu un vampire. LOL !

Réponse plus qu'imminente de Victor Hugo :

- Pas grave tkt ;) je pourrais toujours te CENSURED le CENSURED.


Mais ils ont quoi tous avec mon cul ? J'ai éteins mon téléphone, acheté des tampax et j'ai sérieusement pensé à changer de numéro. Et de continent.

Mona, digne.



35 Comments