J'ai arrêté la pilule contraceptive & Découverte des culottes menstruelles FEMPO ❀


Fais-toi un café, l'article risque d'être long. En même temps qui a dans la salle quelque chose de plus intéressant à faire là tout de suite ? #restezchezvous.
J'ai attendu d'avoir assez de recul pour écrire cet article et je suis super contente d'enfin partager avec vous mon expérience.
Si des hommes passent par là, cet article sera purement informatif et vous permettra d'en savoir plus sur les femmes et donc, votre partenaire, votre amie, votre sœur.
Si ça vous dégoûte, vous pouvez continuer de vous gratter les couilles sans souci.

Pour mes sœurs, voici ma vie, ma contraception, mes règles et mes culottes.

Cela fait maintenant presque un an que j'ai arrêté la pilule contraceptive.


Pourquoi j'ai arrêté la pilule ?

Je prenais la pilule contraceptive depuis 13 ans.
Lorsque j'ai commencé à avoir des rapports sexuels réguliers avec le même partenaire, j'ai "naturellement" été chez mon médecin traitant afin qu'il me prescrive une pilule contraceptive.
Avant, nous avions bien entendu fait des tests et prises de sang afin d'être certains que chacun soit en bonne santé, pour l'un et pour l'autre. (!) C'est primordial guys ! 

Au départ, on m'a prescrit Minidrill puis Ludéal Gé et enfin Leeloo que j'ai pris pendant plus de 5 ans, avec des plaquettes de 21 pilules + 1 semaine d'arrêt.
Mes règles étaient régulières et j'utilise l'application P Tracker  depuis des années pour enregistrer mes données "intimes" tels que ma date et fin de règles, l'abondance du flux,  les symptômes et les rapports sexuels (protégés ou non).

Cette appli c'est ma vie, tout est dedans (même mes orgasmes).
Quand je vais chez le médecin - tel qu'il soit - et qu'on me demande la date de mes dernières règles, honnêtement sans cette application je ne saurais pas répondre.
Idem pour connaître mon flux, les nombres de rapport que j'ai eu, s'ils étaient "à risque" ou si au contraire je n'en ai pas eu depuis des mois.
J'étais donc sous pilule depuis longtemps et faisait ma petite vie sexuelle tranquille.

J'ai voulu arrêter la pilule il y a un deux ans mais j'ai rencontré mon ex au même moment. Coup de foudre, coup de coeur et coup de vous-savez-quoi, nous avons rapidement fait des tests afin d'être certains que tout était ok pour l'un et pour l'autre afin d'arrêter d'utiliser des préservatifs.

Depuis, ma pilule a été ma contraception pendant toute ma relation amoureuse.
(!) Rappel : la pilule contraceptive ne protège pas des MST/ IST ! Veillez à faire des tests sanguins et vaginaux avant d'arrêter les préservatifs, pour vous ET pour votre partenaire. La santé = LA base.

Et là, c'est le drame ...

Un jour, il y a un mois où je n'ai pas eu mes règles pendant l'été.
Ce mois a sauté en toute détente sans que je sache pourquoi. Au début ce n'était qu'un retard de trois jours, qui s'est transformé en une semaine, dix jours, deux semaines... jusqu'au mois suivant durant lequel j'ai attendu que mes règles arrivent enfin tel que le Messie.

Je n'ai pas compris ce qu'il s'était passé, cela ne m'était jamais arrivé, j'étais paniquée et dans l'incompréhension totale de ce qu'il se passait dans mon corps. J'ai cru que j'étais enceinte - même si je n'avais jamais oublié ma pilule et j'ai énormément stressée.

Beaucoup. Énormément en fait et là, le Drama Mona est entrée dans le game.

Je ne comprenais pas POURQUOI alors que j'étais sous contraception, je n'avais pas mes règles.
C'était "anormal" pour moi. Cela n'avait aucun sens, aucune logique, j'étais dans un état d'incompréhension total de mon corps et cela m'a paniqué.

J'appréhendais d'être enceinte, si j'étais heureuse ou pas heureuse et ce que j'allais faire dans ces deux probabilités. Je pensais à ma vie de femme, ma vie de couple et tout s'est embrouillé dans ma tête.
Je suis rentrée de vacances avec tous les symptômes que l'on peut se trouver quand on pense être enceinte (prise de poids, mal à la tête, nausée, seins douloureux ...).

J'en ai parlé à mon mec, nous étions tous deux en PLS, j'ai donc fait un test qui s'est avéré négatif mais j'étais toujours en PLS. Cela m'a généré beaucoup de stress, ainsi que de tensions dans mon couple.
Penser attendre un enfant alors qu'on ne l'a pas choisi, que ton partenaire non plus ne l'a pas décidé avec toi, que tu ne sais pas du tout quoi faire, quoi dire, comment réagir face à cette nouvelle qui bouleverserait ta vie : c'était trop pour moi.

J'étais entre l'excitation de "OHMYGAD MON RÊVE D’ÊTRE MAMAN SE RÉALISE ! " et la peur de "PUTAIN JE SUIS PAS PRÊTE PAS MAINTENANT PAS COMME CA EN PLUS LUI IL EST MOYEN CHAUD".

Trois tests négatifs et une prise de sang plus tard le mois suivant mes règles arrivaient à la date prévue.
Les médecins* m'ont dit "ça arrive" et la vie a continué.
* = médecin traitant + gynéco.

Trois mois plus tard, DROP THE FLUX, je n'ai encore pas eu mes règles pendant un mois.
J'ai de nouveau un cycle qui a sauté et là... tout est vraiment parti en couilles.

J'ai littéralement pété un plomb, ces ascenseurs émotionnels ne m'aidaient absolument pas, mon corps ne m'appartenait plus, c'était anormal de ne pas avoir mes règles, ce n'était pas naturel.
Là encore, la peur d'être enceinte et voir mon corps qui m'échappait m'ont généré une très grosse montée d'angoisses.

Je n'en pouvais plus, mon mec non plus, c'était la panique à bord. On parlait de grossesse éventuelle tout le temps, j'étais bloquée sur ça, je ne comprenais pas pourquoi tout m'échappait.
J'ai passé des soirées et des semaines entières à tenter de comprendre pourquoi je n'avais pas de règles alors que sous pilule, je devais en avoir "obligatoirement".

Mon corps me faisait des gros fucks tandis que j'essayais de comprendre si j'étais - ou non - enceinte et si j'étais - ou non - contente.

En parallèle de toutes ces histoires, cela faisait longtemps que je voulais arrêter la pilule, sans pour autant arrêter la contraception.

J'en ai trèèèèèèès longuement parlé avec mon ex afin que les choses soient bien claires pour chacun de nous, c'était-à-dire mon souhait d'arrêter la pilule oui, mais pas celui d'avoir un enfant dans l'immédiat.
Il est primordial de parler de tout cela avec son partenaire afin que chacun puisse donner son avis et comprendre celui de l'autre.

La communication est très importante dans un couple, et surtout pour ce genre de décision.

Grosse marrade d'expliquer à ton mec que tu veux arrêter la pilule mais pas tomber enceinte, alors que tu parles de bébé H24 et que tout le monde sait - surtout lui - que tu attends ce jour comme celui où tu auras les cheveux longs.

Lorsque je n'ai pas eu mes règles pour la deuxième fois, je me suis dit que cela suffisait : tout ce stress, ces prises d'hormones depuis toutes ses années, ma santé physique et mentale ... etc. 
Mon corps me disait clairement "STOP IT AND BREAKING DOWN !" et j'ai décidé de laisser mon corps (et mon esprit) tranquille.

Je lisais de plus en plus de témoignages très négatifs et alarmants sur la prise de pilule et en tant que femme qui tente de faire du bien à son corps et d'avoir une bonne hygiène de vie, il était évident que je ne pouvais plus prendre toutes ses pilules.


J'ai réalisé que tout cela n'était plus fait pour moi, que mon corps réagissait et que je devais l'écouter - et m'écouter.

J'ai également souhaité "nettoyer" mon corps afin d'être la plus prête (et fertile) possible lorsque je prendrais la décision d'avoir un enfant.

Après avoir vu une gynécologue qui m'a simplement dit "oui ça arrive, et ?" alors que j'étais dans un état d'incompréhension total de mon corps et de ma vie de femme, en rentrant chez moi ce jour-là j'ai  pris la décision d'arrêter de prendre la pilule contraceptive à la fin de ma plaquette.
Je reprenais enfin ma liberté !

J'espère sincèrement ne jamais avoir à reprendre la pilule contraceptive. Depuis je me sens beaucoup mieux, j'ai retrouvé le contrôle de mon corps même si je saigne un peu plus qu'avant, au moins tout est NA-TU-REL. Je me sens tout simplement mieux ! A tous les niveaux.
Je n'ai jamais eu d'effets secondaires et ma vie de femme a continué normalement.

Oké mais du coup, la contraception ?

Mon souhait n'étant pas de tomber enceinte à ce moment-là, il avait fallu trouver une nouvelle contraception et cela a naturellement été les préservatifs.
Ndrl : la méthode du retrait (!) n'est pas un vrai moyen de contraception. Arrêtez de vous voilez la face.

J'ai donc (ré)adopté la bonne vieille méthode du préservatif et cela n'a posé aucun problème ni à moi, ni à mon mec. Au début, j'ai cru qu'on retournerait à nos débuts, aux premières fois timides, à l'adolescence en somme mais non. En réalité, tu t'y fait très bien et surtout : ces capotes m'offraient la liberté.
Liberté de pouvoir vivre ma sexualité sans crainte, protégée et avec une contraception.

Les premières "vraies" règles

Alors c'est très simple : je n'avais jamais eu de règles abondantes, ni de douleurs.
Ouais les gars je fais partie de la team "NO PAIN WITH MY RED" (que je viens d'inventer), mais ça, c'était avant.

*FLASH BACK*

Barcelone 2019, je traverse la Rambla telle une nymphe dans un océan de lumière lorsque tout à coup, j'ai des contractions.
Dans ma tête j'ai juste pensé que les churros ne passaient pas. Puis j'ai eu une autre contraction, et mon ventre s'est tordu de part et d'autre de mon corps de déesse. J'avais envie de vomir, j'avais mal au ventre et mes seins me faisaient hyper mal.

J'ai traversé toute l'avenue en me tordant de douleur et là... j'ai réalisé : j'étais en train d'accoucher d'un bébé en plein déni de grossesse.

Je me suis dépêchée de trouver des toilettes et d'imaginer la tronche de mon mec quand je lui annoncerais au tel "ouais Barça c'était sympa, par contre je reviens avec un petit cadeau, ah pas un aimant paella non, mais un bébé ! hahaha trop ouf non ? allez rendez-vous demain à Orly Sud avec Juanito !"

Finalement, alors que j'étais en train de me dire "nan mais seriously là ?" dans les toilettes d'un bar à tapas, j'ai simplement constaté que j'avais... mes règles. 

Ah. C'était donc cela. Les douleurs de règles.

Mon corps reprenait ses droits et le combo "spasfon/ bouilloire/ contraction" avec.
Habituée à n'avoir quasi pas de sang durant mes règles, j'ai écopé de la bonne vieille anecdote de "PUTAIN MONA T'AS UNE ÉNORME TACHE SUR LE CUL", après avoir traversé tout un tramway en robe jaune poussin.

Imaginez donc la scène : moi, dans les toilettes d'un bar, à poil, en train de frotter ma culotte et ma robe longue dans un lavabo catalan, et tentant de sécher lesdits vêtements sous un sèche main.
J'ai appelé cet épisode : Mona et le flux abondant.

J'ai dû acheter des serviettes hygiéniques, chose qui ne m'était pas arrivé depuis les années 70.
J'ai demandé à une copine de me dépanner d'un tampon, il était sans applicateur bien entendu et j'ai grave galéré. JE NE SAIS PAS LES METTRE SANS APPLICATEUR OKAY ?Du coup, en rentrant en France, mon corps repu, mon bide retourné et l'intégralité de mes culottes bafouées, il a bien fallu trouver une solution à tout ce sketch.

Et c'est là que Fempo est entré dans la danse. Celle que j'ai nommé : "le tango Momo & Fempo"


Les culottes menstruelles Fempo

Les culottes menstruelles, LA solution à tout ton flux.

J'ai cherché comment prendre soin de moi et de mon corps - en tout confort - et le plus naturellement possible avec mes nouvelles règles.
Avant, lorsque j'étais sous pilule je ne mettais rien, ou juste un bébé protège-slip sauf que désormais, j'avais besoin de nouveautés, adaptées à mon flux, à mes convictions et surtout je le répète, à mon confort.
Je vous ai questionné sur Instagram et les culottes menstruelles ainsi que la cup ont été vos réponses les plus nombreuses.
Honnêtement, je sens bien que la cup c'est génial et révolutionnaire mais je ne suis pas encore assez à l'aise avec cette idée (ainsi qu'avec mon corps) pour tenter l'expérience.
Ne souhaitant plus utiliser de serviettes hygiéniques (ça colle, c'est chiant et ça pollue), ni de tampons (ça se perd, c'est chiant et ça pollue) je me suis tournée vers les culottes menstruelles.

Comment c'est possible de ne pas fuiter avec une culotte menstruelle ?

Telle était ma question première.

Je me suis renseignée sur toutes les marques que je pouvais trouver et j'ai contacté celles qui me plaisaient le plus pour établir un test, et vous en parler ici.

Fempo m'a rapidement fait un retour positif, j'avais beaucoup entendu parler de cette marque sur les réseaux sociaux et chez mes copines, qu'elles soient blogueuses ou non.
Oui je le dit sans honte, lorsque j'ai reçu ma culotte j'ai attendu mes règles comme une commande à emporter de mon libanais préféré.


 

Fempo est arrivé dans ma vie

Après avoir déterminé le modèle qui me correspondrait le plus, ma taille et mes besoins en terme de flux, Fempo m'a rapidement envoyé ma culotte de l'espace.

Celle que j'utilise depuis plusieurs mois est donc le modèle "HIPSTER", le modèle le plus couvrant et absorbant. Lorsque mes règles sont arrivées, j'ai dégainé ma culotte direct et là... la joie, la liberté, le BON-HEUR.
J'irai droit au but : cette culotte est géniale.
Ndrl : ce modèle n'existe plus. Tous leurs nouveaux modèles sont disponibles ici.

Elle est ultra absorbante et aucune fuite (ni odeur) n'ont été à déplorer comme je le craignais. 
Franchement c'est la vie, mais really. C'est la vie, c'est la révolution, c'est la liberté à tous les niveaux.

La matière est clean, il faut juste la prendre un peu large (une taille, voire deux au dessus de la tienne) pour être totalement à l'aise mais sincèrement, ça change la vie. Il n'existe pas (encore ?) de modèle taille haute mais je ne désespère pas ! (update : ils existent maintenant ;).

Alors forcément, il faudrait en avoir plusieurs, trois dans l'idéal car je la lave presque tous les jours et elle ne sèche pas très vite, mais sincèrement ça vaut le coup à 1000%.
Fempo propose donc des packs duo ou trio = bien pratique.

Tellement agréable de ne pas porter toutes ces protections collantes, polluantes et inconfortables, là tu mets ta culotte pépouze et roule ma poule. Au sec !

Le seul petit bémol pour ma part : j'ai un gros cul et des vagues sur mes abdos (plus communément appelés bourrelets) d'où le fait que je ne porte que des culottes tailles hautes.
Oui ma petite biche, les tailles hautes = living your best LIFE.

Tous les modèles actuels de culottes Fempo sont "standards", du coup bien que le modèle HIPSTER que je porte soit  le plus couvrant, il ne l'ai pas assez pour moi. C'est donc ma seule culotte "normale" dans ma lingerie mais il serait IM PO SSI BLE de m'en passer désormais.



Convaincue par Fempo ?

Sans hésiter et cent fois oui.
Le prix est certes plus élevé qu'une boite de tampons, mais si tu fais le calcul :

  • Culotte FEMPO : entre 32 et 37 €.
  • Boite de tampon + serviettes hygiéniques pour le mois = environ 5 €
  • 5€ x 12mois = 60 €

Environ 30 € d'économies sur une année, sachant qu'une culotte se garde plusieurs années (j'ai des culottes que je portais quand je n'avais pas encore mes règles) (oui c'est possible).  

Sur le plan écologie : il n'y a pas de débat ! Les matières sont naturelles et recyclables, pas de déchets (même lorsqu'ils t'envoient le paquet contenant ta culotte, le papier est écologique !) et surtout, aucun contact avec des matières ou des particules dangereuses !
Autant que tout cela soit bien protégé non ?

La santé, ça n'a pas de prix ! Surtout pour ta PUSSY BABY.


(!) DISCLAIMER : il est évident que cet article (comme tous mes articles) est totalement personnel et n'engage que moi. Si tu penses que la pilule te convient et que c'est génial : no problem baby !

Le principal c'es d'être bien avec soi, en phase avec ses choix et de kiffer la vie ! Et bien sûr, de toujours sortir COUVERT(E) ! & avec une culotte confo !

3 Comments