Le jour où j'ai failli me noyer ... et ce totalement à poil

 J'ai failli me noyer, encore 🌊

La première fois c'était en 99 ou 2000 je ne sais plus. Nous étions en Vendée avec ma mère et ma soeur et il y avait beaucoup de vagues sur la plage ce jour-là. 

Je me souviens que la plage était tellement grande qu'il fallait marcher au moins 7 minutes pour arriver à la mer. Ma mère était installée en haut des dunes, au calme et nous, nous étions dans l'eau à jouir de nos vacances vendéennes.

Alors que nous étions tranquillement en train de virevolter dans la mer telles des naïades - que nous n'étions pas - tout à coup une énorme vague nous a balayé comme des poissons clowns, puis fait boire la tasse. Une première fois. Puis une deuxième. Et une troisième.

Nous nous sommes rapidement retrouvées sous l'eau, au sens propre ET figuré puis dans les rouleaux. Au bout du rouleau en réalité.

C'est là que ma soeur a commencé à paniquer.

Par peur, elle a tenté de rester à flot en s'agrippant à moi mais elle me faisait couler en essayant de s'accrocher. En réalité, elle était en train de me noyer Ariel.

J'ai voulu hurler "Meghann lâche moi !" mais tout ce qui sortait de ma bouche c'était "Megolouglouglouglou" tandis que je coulais à pic.

Lorsque j'avais parfois la tête hors de l'eau, je voyais au loin ma mère courir vers nous mais la plage était tellement grande qu'elle a débuté un vrai marathon pour arriver jusqu'à la mer.

Finalement, ce sont des nageurs qui nous ont sorti de l'eau et quand ma mère est finalement arrivée, elle était tellement essoufflée qu'elle a fait une crise d'asthme.

Bienvenue dans ma famille.

Est-ce ma soeur a tenté de me noyer pour sauver sa propre vie, en sacrifiant la mienne ? Certainement mais là n'est las sujet.

Revenons à cet été 2022. Je suis (re)partie passer une semaine sur la Côte Basque avec mon amoureux. 

Il a fait super beau et nous avons expérimenté la plage "naked on the beach, bitch !" qui nous a franchement bien plu.

Plus communément appelée plage nudiste, voici 5 raisons d'y aller :

  1. plus de prise de tête pour choisir un maillot de bain
  2. pas de boudinage dans une culotte
  3. pas de trace de bronzage
  4. plage très grande et très calme ou personne ne se colle
  5. liberté totale

bonus : acceptation du corps et donc de soi.

Mais aussi 5 raisons de ne PAS y aller :

  1. tu es pudique
  2. tu n'aimes pas voir des gens nus
  3. tu es sensible au soleil
  4. tu pars en vacances avec ta belle famille ou ton banquier
  5. tu as des tatouages récents.


C'est donc sur cette fabuleuse plage que nous avons passé la semaine à bronzer parfaitement et uniformément. Sans enfants qui courent, Iphone qui gueulent, vidéo Youtube à fond et j'en passe ...

Le KIFF 💖

En revanche, pour ce qui est de la baignade, elle a été limitée pour la raison principale suivante : les vagues étaient tellement énormes comme ma bite que même les surfeurs ne s'y sont pas risqué.

C'était beau et en même temps flippant.


Avant que les vagues n'atteignent le ciel, un beau jour j'ai décidé d'y aller quand même, pour prouver à mon mec que j'étais une vraie badass, et aussi parce que se baigner nue c'est quand même un pur moment.

J'ai passé les grosses vagues sans trop d'embûche, la mer était bleue, désormais calme et je profitais de ce moment avec une énorme jouissance et retiendrais toutes ces sensations lorsque je serais en réunion lundi prochain.

Puis, j'ai regardé vers la plage et j'ai vu mon mec qui me faisait des grands signes genre "viens".

Bah non "toi viens !" j'ai répondu (avec mes bras), et j'ai alors compris que je m'éloignais. J'ai donc commencé à nager pour rejoindre le bord mais ... en fait j'étais dans les courants, les baïnes et ça devenait franchement dangereux.

Et difficile de nager.

J'ai essayé de regagner la plage, mais rapidement je me suis pris une vague de l'espace qui m'a fait tournebouler dans l'océan et j'ai rapidement perdu mon souffle.

Ensuite, j'ai essayé d'anticiper les vagues en mettant ma tête sous l'eau lorsqu'elles passaient mais elles étaient tellement fortes que j'ai bu la tasse, la théière, la citerne, tout l'Atlantique en fait.

Y'avait Sébastien qui chantait "sous l'océan" au fil de mes apnées et j'ai vraiment commencé à paniquer, et me débattre.

J'étais en petit chien, le nez plein de flotte, la tête qui prenait des vagues à tout-va, à essayer de nager vers le bord - sans succès.

J'étais littéralement assagie de tempête, de sel, d'eau dans la bouche, de nez qui pique, de souffle court, de "au secours" et j'ai vu ma vie défiler.

C'est faux, j'étais trop occupée à avaler de l'eau de mer.

Tout à coup, tel le messie, j'ai vu un homme s'approcher et nager vers moi. Merci Seigneur, mon mec arrivait pour me sauver.

Nope. J'en étais à ma énième rasée de sel et de bourrasques et alors que j'éprouvais à sortir ma tête hors de l'eau pour respirer, j'ai remarqué que mondit sauveur n'était ni mon mec, ni ... nu d'ailleurs.

Mais sur le moment, reprendre mon souffle et survivre était plus important que "attends pourquoi il est habillé lui, c'est pas une plage nudiste ?".

Il a couru (mais en nageant)(en nageant du coup) vers moi et j'ai articulé "au secours, aidez-moi", il m'a alors déplié son bras musclé - hé pas mal - puis m'a extirpé des rouleaux et hissé vers lui, poussé au cul (c'est le cas de le dire) et sa nana l'a aidé pour ENFIN, me faire sortir de l'eau.

Elle était aussi habillée.

Je venais d'être sauvée des eaux comme Moïse, mais j'étais nue comme un ver comme Adam.

En fait, j'avais tellement dérivé que j'avais atterri sur la partie "non naked" de la plage.

À peine le temps de réaliser, de cracher de l'eau et de choisir entre pleurer, ou m'enfouir de honte, que mon mec est arrivé dans la détente la plus totale, le zgeg au vent, pas pressé le type et quand mon sauveur en maillot lui a expliqué que j'avais paniqué et que je n'arrivais plus à sortir de l'eau, l'AUDACIEUX,  a répondu :

- oui je la regardais.


PAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARDON ??


Vu que j'étais toujours en train de cracher de l'eau et que SPOIL : j'ai mis 20 minutes à récupérer toute possession de ma respiration, je n'ai pas eu le temps de lui briser les couilles avec mon pied bronzé. J'ai donc du attendre qu'on retourne à nos serviettes pour l'embrouiller.

Mais attendez, Mesdames et Messieurs, avant la mise-au-point post "je la regardais", il a fallu traverser TOUUUUTE la plage.

Vous savez, la plage des gens en maillots de bain qui n'ont pas manqué de se noyer VS moi dont tout le monde a vu les ébats aquatiques, les nibs dans les vagues, le fiac bronzé À POIL CHACAL.

La touffe au vent, les jumeaux en liberté, le FALZARD MANQUANT. 

On a dû, Monsieur "je la regardais" et moi-même, regagner nos serviettes sur la partie "cul nul" de la beach dans un walk of waves shame de qualitey.

Anyway, tout ce que je faisais c'était cracher de l'eau et reprendre mon souffle en spoliant "tu .... me......re......gar......d.....ai.....s ..... al ....is .... de ...... ute" ?

J'avais donc moyennement le temps d'avoir honte, et c'était pas plus mal.

Arrivés sur notre serviette après une durée d'approximativement 12 ans, j'ai enfin pu m'expliquer avec l'homme qui ne m'avait pas sauvé.

- tu me regardais ?
- oui tu craignais rien
- mais t'étais pas là puta*n !!
- si ça avait été dangereux je serais venu
- bah non puisque c'est PAS TOI qui est venu
- mais tu ne craignais rien
- mais PUTAIN TU CROIS QUE LES MECS ILS M'ONT SORTI DE L'EAU POUR LE PLAISIR ????
- bah vazi, va le rejoindre et lui sucer la qu....


J'arrête ici parce que rien que d'en reparler j'suis à deux doigts de bloquer son 06.

Qui s'est déjà embrouillé sur une plage le cul à l'air ? C'est tout une expérience.

Perso j'étais plutôt coutumière de la bonne vielle embrouille sur le canapé à base de :

-change de meuf - me tente pas - t'es vraiment qu'une merde - arrête ton cinéma - moi je fais du cinéma ?!? *mime une remise d'Oscar*, lui un suicide par pendaison.


Et bien là, se disputer la biroute à l'air et les tits au vent, c'est tout un concept.

On s'est fait la gueule pendant au moins 4h, jusqu'à ce que je lui jette des coquillages sur le gland, ce qui signifiait : "bon je m'ennuie on se parle ?".

Il n'a pas accepté tout de suite mais vu que je me suis mise à lui lancer du sable, il a cédé.

Je me demande si les gens habillés ont parlé de moi en rentrant ? À leurs amis ?

- "puting vous savez pas la dernièreuh ? cet après-midi ji étais tranquilemeng sur ma serviette et je vois quoi coniaud ? une nana le fessier nu dis, en traing de se noyer la gueule. J'ai du la sortir par le bout du fiong et son Juleuh, pas alarmé le type il est arrivé la quequetteuh au vent, détendu-euh du slibard".

(me demandez pas pourquoi cet accent, je le trouvais drôle ça donne du cachet au récit).

Si je mime mon mec qui arrive dans la décontraction la plus totale les baloches à l'air dès qu'il me parle en répondant "je la regardais" ? La réponse est oui, et ce pour au moins 50 ans.


Moralité de l'histoire : non il me regardait pas.

Oui, la mer c'est dangereux donc si il y a des vagues, il ne faut pas y aller.

Surtout si la plage n'est pas surveillée.

Non, Moïse n'a pas été sauvé des eaux nu

et oui j'ai vérifié si je n'étais pas sur internet après cette scène d'anthologie.


Bonsoir et sortez couverts - sauf sur la plage - 

*rires du public*

Regardez comme je reste au bord


⚠️PS : en vrai, si cette situation - nu ou habillé - vous arrive, ne tentez pas de vous débattre et essayez de suivre le courant, il vous vous ramènera au bord.

0 Comentarios

Lâche ton com !