A quel moment ma vie est partie en couille ?

Je dirais même plus : à quel F**king moment ma vie est partie en couille ?



Au début ça allait bien pourtant.
Un diplôme, des amis, un mec, de l'argent, la taille fine et le smoothie cool.
Je galopais sur les flots de ma vie tel un lamantin et oubliais toutes ces années de débauches et de mal-être.

Puis tout est parti en couille.

On dit qu'avec le temps, les projets, la trentaine etc, on a de moins en moins d'amis.
VRAI.
Qu'une déception amicale fait tout autant mal qu'une rupture.
VRAI.
Que tout le monde achète, est promu, se pacs/ marie et fait un, voire deux bébés.
VRAI.

Et toi ? T'es carrément sur le té-co. (le côté quoi).
Tu ne te sens plus dans la norme, dans les stats, ancrée dans le monde et dans ta vie. T'es bancale, tu boîtes, tes épaules te font mal.
Quelque chose cloche. Ça ne sonne pas rond - ça ne tourne pas bon.
Quel est le problème ?

En vrai, j'appréhendais énormément mes 30 ans. Et j'ai eu raison.
J'ai fait un espèce de bilan alarmant et larmoyant et le fait est que depuis presque 9 mois (oh tien ça par exemple, le temps d'une grossesse - ma psy va adorer), j'ai subi beaucoup trop de changements dans ma vie à mon sens pour continuer comme si tout allait bien.
Famille, amis, ligne, boulot, amour.

On ne s'étalera pas sur le sujet, mais on ne sort pas de 30 ans de vie en dents de scie sans hématome.
Mon compte en banque se vide au fil de mes souvenirs gênants racontés à une psy qui feint sans cesse de ne pas être touchée mais qui, très sincèrement, se demande comment je fais pour être un temps soit peu normale et surtout debout.
Chaque séance et la continuité d'un puzzle qui petit à petit prend forme et explique pourquoi, pourquoi j'en suis là à 30 ans bordel de shit.
Gênance, honte, complainte.
Mais résilience, toujours.

Mes souvenirs gênants oubliés qui refont surface à l'aube de ma trentième année. Moi j'ai toujours cru qu'ils se résolveraient avec l'amour d'un homme.
FAUX.
J'ai toujours pensé qu'avec 15KG en moins ma vie serait fantastique.
PEUT-ETRE, mais pas à tous les niveaux.

Du coup je me retrouve là, branlante, avec mes valises trop lourdes et mes yeux trop tristes pour comprendre quoi faire et où aller.

Je suis dans une impasse. Dos au mur.
A gauche : j'envoie tout valser, homme, famille, amis et travail pour aller bronzer seins nus à Koh qqchose.
A droite : j'achète une maison avec jardin et je cultive mes tomates bio, en attendant le moment adéquat pour arrêter ma contraception.

Donc là, j'fais quoi ?

Cette fucking sensation de ne jamais être à sa place, assez bien, assez "tout".
Lassant de ne jamais être satisfaite en vrai.

Est-ce-que la solution serait de tout envoyer balader ? Que ce serait ça, la clé ?
Ou alors avoir une vie d'éternelle stagnance et de concessions. Concessions envers son mec, sa famille, ses amis, ses clients ...

Vous faites comment vous en vrai ?

Il faut vraiment que j'arrête de regarder la chaîne Youtube de Lufyyy et d'Enzo, les #couplegoals sur instagram et me poser un peu.
A chaque fois que j'ouvre un onglet internet ou Safari sur mon téléphone, ma vie pas à la hauteur me pète à la gueule.
Je devrais arrêter d'aller sur internet et m'acheter un 3310 ?
Pas pratique avec mon métier ...

Il faut que je me pose, et réfléchisse.
Ouais mais quand ? J'ai pas le temps p**tin !
J E  N'A I  P A S  L E  T E M P S .

Ou bien je mets toute mon énergie, mon argent et ma vie au service d'une machine à remonter le temps, pour revenir à cette année 2017.
Où tout allait bien.

A part ça, tout baigne.





Cet article a été rédigé dans le cadre des mailings quotidiens.
Tu peux recevoir chaque semaine (ou deux semaines), un mail directement dans ta boîte mail en t'inscrivant ici.
Immersion totale dans ma vie/ mon quotidien/ mon oeuvre.
Avoue t'es grave content ?

Hey ! je m'appelle Mona. Depuis 1988 je suis l'actrice oscarisée de ma propre vie. Depuis 2012, blogueuse à succès.

8 commentaires:

  1. Mais en fait QUI te demande d'acheter, faire des bébés, de suivre un chemin tracé, de te faire chier à 30 ans ? Qui ?
    Ah oui, la société ! Ben moi j'ai 40 ans, rien fait de ce qu'on attendait de moi (ah oui, ma mère aurait aimé avoir des petits enfants), moi j'aurais aimé avec MA maison mais c'est pas possible, pas de vie tracée, pas de boulot stable, pas un rond ce qui m'oblige à être minimaliste... Ben ouais, mais ça me va bien, en fait. Parce que j'ai choisi ce que moi je voulais et pas ce que la société aurait trouvé bien que je fasse. Et fuck tout le monde à qui ça plait pas ! Faut pas te comparer aux autres. Tu as des choses précieuses que eux n'auront jamais

    RépondreSupprimer
  2. Je suis entièrement d'accord avec Djahann : ne laisse pas la société et la soi-disante "norme" des gens autour de toi te terrifier : mariage, pacs, acheter un logement, des enfants...Personne ne t'oblige pas à le faire et tu ne dois pas te sentir obligée. Il existe de plus en plus de couples sans enfants, des couples avec chacun leur chez soi, des éternels célibataires qui papillonnent et sont heureux comme ça. Chacun établit ses propres règles en fonction de ce qu'il recherche. Moi j'ai arrêté de chercher le graal du couple, et depuis, j'ai arrêté d'être déçue et d'avoir des attentes. C'est vrai qu'avec tout ce que tu as vécu au fil des années, je trouve que tu es quelqu'un de formidable qui rebondit très bien. N'hésite pas à faire un break, prendre des vacances, souffler et prendre le temps de poser ton esprit avant d'attaquer une réflexion. Just breathe <3

    RépondreSupprimer
  3. J'ai des milliers de choses à dire sur ce sujet mais comme je suis sympa, je vais hyper résumer un flot de pensées et d'émotions assez peu intéressants au final :

    1) T'es au moins à ta place ici, sur ton blog qui est, d'après moi qui n'est jamais commenté jusqu'à présent, un des plus décalés (oui ton blog aussi est à côté) et attachants qui soient. Je tremble encore au simple souvenir d'un billet sur ta soeur et celui sur les louves et je ris encore pour beaucoup d'autre. Et quand on sait faire un truc pareil avec juste quelques mots, c'est qu'on a un truc sacré entre les mains, un trésor. Lequel exactement et quoi en faire ? Tu vas trouver

    2) Comme le dit très bien Djahann : écoutes-toi, ressens-toi et suis ce que te disent tes désirs et tes émotions, y'a que ça qui marche. Il n'y a de souffrance que si tes désirs et ton vécu sont à l'opposé, le travail consiste donc à percevoir ses désirs... et à les vivre ! Trop fastoch (je rigole)
    Pour ma part j'ai attendu mes 40 ans pour tout envoyer valser, refaire des études et changer de boulot, de région, tout ça tout ça. Résultat : revenus divisés par 4 mais du temps, du plaisir, du bonheur. Que ne l'ai-je fais plus tôt. Mais j'avais rien compris. Toi t'as déjà tout pigé avec 10 ans d'avance, autant te dire que tu vas te fabriquer une vie de rêve

    3) Oui, il faut accepter de prendre le temps notamment avec son psy, de se poser, tant que tu tourneras à 100000, tu auras du mal à ressentir, parce que comprendre franchement ça sert à rien, les émotions sont beaucoup plus utiles pour avancer.

    Et sinon, je t'aime d'un amour bienveillant comme une maman, une grande soeur. Des bises, des bras réconfortants et tout ce dont tu as besoin.*

    Et n'oublie pas : les moments de crise générent une énergie qui peut être pénible mais c'est de l'énergie quand même !

    RépondreSupprimer
  4. Il n'y pas longtemps j'ai appris un truc tout con qui a changer ma vision de la vie: c'est pas de suivre cette putain de norme qui n'existe que pour faire bouffer des tonnes d'anti-dépresseurs aux gens qui mêne au bonheur, c'est le chemin que tu va tracer toi qui te rendre heureuse. Pendant longtemps j'étais absolument persuadée qu'il fallait âtre comme monsieure t madame toulemnde, voir un taf avec des horaire fixe, partir deux fois par an en vacances et deux gosses qui rendait heureux.

    La vérité: je ne rentrerai JAMAIS dans le moule de la société, je pense bien que je n'aurai pas d'enfant et j'ai un horaire aussi fixe que les taux de la Bourse, j'ai en horreur de partir en vacance. Par contre vivre pépouse avec mon mec, mon clebs,mes horaires qui n'en sont pas, ma garde robe à 3/4 noire et mes jeux vidéos, ça me va et je suis heureuse comme ça.

    Ma nouvelle gyné me l'a dit: y a pas besoin d'avoir des mômes pour être épanouies dans la vie.

    Et je suis heureuse parce que c'est une vie qui me correspond. Et que j'ai appris à écouter mes envies et pas celles qui la société/proches voulaient de moi. (Et non ça ne se fait pas en trois jours, dommage XD)

    Et toi Mona, t'es une petite nana qui roxe, avec de la ressources à fond et je sais que tu vas rebondir. Mais je pense que là, tu as besoin d'un temps pour toi, pour accueillir tes sentiments et et émotions et ça te prendra le temps qu'il te faudra.

    Et tout cas je te fais mille bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (désolée pour les fautes, je me suis relue comme une fesse!)(J’écris par temps de canicule: je crois que mes neurones ont grillés!)

      Supprimer
    2. Se relire comme une fesse... j'adore !

      Supprimer
    3. Oui mais toi t"as un mec et un clebs!!!

      Supprimer
    4. Et c'est tout ce que tu as retenu de mon pavé? Tu es largement passé à coté de mon message! Et la vie n'est pas immuable: mon chien n'est pas éternel et je suis pas à l'abri de perdre mon homme XD

      Supprimer