Etre maman à 20 ans - Des bébés qui font des bébés?


Ça fait déjà un moment que je pensais à écrire cet article qui me tient à cœur et ma sœur m’en avait également parlé sans savoir que l’idée me trottait déjà dans la tête depuis un moment ... j’ai donc décidé de me lancer sur un sujet un peu personnel, un peu sérieux.

Alors voilà, aujourd'hui je ne vais pas vous parler de Paris ou de mon cul, mais d’un sujet de société dont on a tous un jour parlé en connaissance de cause (ou non).
En effet, on a tous parlé un jour de cette fille en cloque à 16 ans avec qui on a été au collège, d’une autre du club de ping-pong poussant sa poussette dans H&M ou encore de l’ex de machin qui est enceinte de truc et passe son CAP esthétique.
Bref, tous les clichés sont réunis pour ragoter, blablater encore et encore, moi la première.

Se foutre de la gueule de ces pauvres nanas qui ne connaissent pas la contraception, ont niqué leur vie d’ado ou pire, continuent de se comporter en ado alors qu’elles sont mamans.
J’en ai fait de la médisance sur ces nanas « paumées » qui n’ont jamais écouté les cours de sexualité, de capotes et autres joyeusetés.

Sauf que voilà, quand c’est ta petite sœur de 19 ans qui  pisse sur un bâton et voit apparaître deux traits II et bien tu te sens bien con avec toutes tes fausses idées.

Tout d'abord le cadre, très important quand la nouvelle va se répandre (dans ton cercle d'amis, d'ennemis, sur FB, chez H&M …) parce qu’on te posera toujours les mêmes questions :

1. Elle a quel âge ?
2. Elle est toujours avec son mec?
3. C’était voulu ?
4. Elle travaille ?
5. Ils ont dit quoi tes parents ?
6. Elle mettra des photos sur Facebook ?

Voilà. Génération 2012 – génération potins – génération ta vie me regarde et suis indiscrète.
Ces questions sont tellement personnelles et grossières qu’en y répondant simplement l’image que tu donneras sera forcément faussée aux yeux de la personne qui te les a posé,

1. 12 ans
2. Elle ne sait pas qui est le père
3. Absolument pas
4. Elle se prostitue pour acheter sa cam
5. Ils l’ont battu, puis chassé
6. C’est qui Facebook ?


En quoi ça regarde les gens de savoir si la grossesse de ma sœur est accidentelle, si ma famille va la renier ou si elle kiffe enfiler des perles ? Personne ne poserait cette question à une femme de 30 ans. Là est toute la problématique, elle en a 19.

A 19 ans tu vas pécho au pacha, tu fumes des oinj et sors tout le temps.
C'est le début de ta vie, tu dois en profiter, voir tes amis, niquer à tout va (avec CAPOTES) et mettre des photos de ta soirée sur Facebook parce que les diktats te disent que quand t'es jeune tu dois profiter de la vie (on m'a dit la même chose quand je me suis faite larguer).
Mais profiter ça veut dire quoi ? Que forcément parce que tu es jeune, belle, intelligente, séduisante (on parle de moi là) tu dois absolument utiliser ton potentiel à des fins sexuelles ou autre, incluant un homme, une femme, un pénis ou les trois ?
Chacun voit sa vie comme il la souhaite, ma soeur n'a jamais été le genre à sortir tous les soirs ou se défoncer le cerveau (à l'inverse de ... sa soeur) mais plutôt à mater des DVD en pyj avec son mec en bouffant des bonbecs.
Oui oui celle qui va donner la vie, cette crevette taille 34 qui suce encore son pouce avec son doudou va devenir maman.

Puis le premier mois passe, le deuxième ... etc.

Je me souviens que lorsque l'on blablatait avec mes amies sur des jeunes mamans on disait désormais « toutes des bouffonnes SMS* = *sauf ma sœur.

Le hasard a fait que plusieurs filles que ma sœur connaissait sont tombées enceintes au même moment, elles ont pu partagé leurs haines, leurs joies, leurs craintes ou leurs doutes. Elles aussi étaient de « jeunes mamans », 19, 20, 24 ans … et pourtant …

Ne pas confondre jeunes mamans, certes, avec mauvaises mères.
Quand ma sœur se balade avec son fils et qu’il pleure, tous les regards sont tournés vers elle genre « pffff regarde moi ça, ça fait des gosses à 20 ans et laisse pleurer son gamin » alors que de l’autre côté tu as Gertrude, 34 ans, qui laisse pleurer Iphigénie et personne n'est choqué.
Au début, il y a avait certains cas isolés de personnes que je connaissais qui avaient des enfants jeunes.
Puis petit à petit je me suis rendue compte que l’âge jouait aussi (je vieillissais, le monde aussi) et que finalement c’était la vie.

Avoir un bébé n’a rien à voir avec l’âge, un accident ou une situation : il est question d’amour, de partage, de projet de vie, fonder une famille.
On ne va pas se leurrer tu peux aimer à mort ton enfant, si tu n’as ni soutien, ni toit, ni travail c'est très mal engagé.
L’avenir du bébé ne démarre pas sur les meilleures roues du monde mais pour le reste, tout est question de MOMENT.

Ma sœur a toujours voulu avoir un bébé, jeune ou non, on le savait, on l’écoutait d’une oreille (tout en priant pour que la cigogne passe vers 35 ans) et puis surprise. Deux petits bâtons.

On fait quoi ? On l’engueule ? On lui dit :

- Non mais non, je ne suis pas d'accord, non mais c’est non, Oh !  heu ok.

Une naissance c’est une bénédiction, un cadeau, une joie. Dans tous les cas c’était SON choix, qu’est ce qu’on aurait pu lui dire ? VA TE FAIRE AVORTER ?! Tape toi sur le bide, bois du champagne et sniff de la coc ?
Heu allo ? Depuis quand la famille ou qui que ce soit a la main sur le corps ou le choix d’autrui ?
Donc on a été contents, enfin sur le coup ma mère c’était pas trop ça... not really, c'est à dire qu'elle n'a eu aucunes réactions. Walou.
Puis elle s'est lâchée. Et finalement ... elle a été gaga de suite.

Et puis quand le ventre s'est mit à grossir, la première écho, le premier body, la chambre qui se monte … qu’est ce que tu veux faire ? Ce bébé tu l’aimes déjà plus que ta vie, plus que ton rouge à lèvres Chanel, plus que ton mec.

Puis ma sœur a commencé à grossir (joie paillettes, feux d'artifice) et là, ça a été le top.
Ma sœur me taxant mes pantalons, moi pouvant lui voler ses nouvelles fringues, ma sœur m’implorant de lui prêter un soutien gorge … Aaaaaah. le bon temps…

Faut savoir que ma sœur et moi c’est toute une histoire amour / haine. On s’est haït de toutes nos forces, on s’est déchirées, on s’est fait du mal, et le temps a passé … on a grandit, on a mûrit, on a pardonné.

Ma sœur c’est ma jumelle, on pense pareil, on se comprend, on rigole tout le temps, pour les autres nous sommes insupportables. Nos parents nous ont toujours séparé à chaque repas,

- Toi à gauche, toi à droite à l’autre bout  !

Et ma mère et ses « vous me fatiguez !!!!!! ».

On se ressemble on s’assemble. Bon bon, on se ressemble, tout est relatif, ma sœur fait 45 kg et moi … 55 (tom-tom-tomyyyy).

Et pourtant …. Ma sœur est tombée enceinte à 19 ans et a accouché d’un ange à 20 ans.
Qu’est ce que vous voulez dire à ça ?
J’ai eu l’impression d’avoir eu un bébé aussi, j’ai vécu sa grossesse de A à Z+ et de la naissance à aujourd'hui j’ai toujours été près d’eux. Oui parce que ma sœur habite chez nous (pour coller au cliché 3615 jeune maman paumée) donc les moments je les ai tous vécu.

C’est marrant parce que j’ai des discussions maintenant que j’avais pas avant avec mes collègues.

- T’as essayé le polysylane ? 
- On a rendez-vous chez le pédiatre, c’est lequel le tien ?
- Au niveau de ton stérilet t’es en hormonal ?
- Il a dit –A !!! il a dit GA ! 
- Il marche à 4 pattes ? Oh le mien attrape son mobile 
- Qu’est ce qu’il bave…

J’ai des discussions avec des papas, des mamans, on s’échange nos petits moments de vie qui pour vous sont booooring à la mort mais pour moi pulpe de vie.
Ma collègue se fout de ma gueule, elle dit que c’est mon fils adoptif, ma sœur aussi.
Pas plus tard que la semaine dernière ma sœur a fait « le noël des bébés », avec ses copines mamans elles se sont fait un goûter chez nous avec leurs mômes : 4 gosses.

Bilan ? Le tien tu l’aimes, les autres t’as envie de leur péter la gueule.  Le tien est le plus beau aussi.

Voilàvoilà. Cette histoire m’a appris à moins juger les autres, à avoir de l’empathie pour toutes ces mamans qui luttent, qui ont choisi de donner la vie même si les circonstances parfois ne sont pas faciles : absence de père, pas de soutien familial … ma sœur a eu de la chance, elle a eu tout ça, ce n’est pas le cas de toutes.
Quand je les regarde tous les deux, je me dis qu’à sa place j’y arriverais jamais aussi bien, que c’est une fée et moi une patate, que j’aurais jamais les bons gestes (cf. j’ai essayé de baigner mon neveu dans le lavabo = une catastrophe) ni les bons réflexes (cf. il m’a griffé, je l’ai grondé, il a pleuré pendant une heure et demie, moi deux).

Quand ma sœur était enceinte, les sages-femmes qui l'ont reçu ont été des putes avec elle, elles la jugeait sans arrêt à cause de son age, du papa absent (oui, les hommes travaillent, parfois), son inexpérience (on s’excuse avant 19 ans elle n’a pas eu d’autres enfants), des connasses qui ont fait de ses visites à l’hôpital un enfer.

Quand elle a accouché une assistante maternelle est venue pendant dix jours chez nous, un jour sur deux, assister ma sœur dans son quotidien, voir comment cela se passait, l’aider dans ses doutes. Finalement elle n’est pas restée longtemps (ma sœur assure grave, j’vous l’ai dit) et lorsque ma sœur, méticuleuse, lui avait dit que les sages femmes lui ont dit de … « non mais je vous arrête tout de suite, n’écoutez que vous, votre instinct, ces sages-femmes sont des bonnes femmes aigries qui n'ont jamais eu d'enfant, continuez c’est très bien ». Ah bon, ok.


Par chance certaines ont été des anges, heureusement. Mais malheureusement d'autres n'ont pas été aussi gentilles.
Jeunes mamans ou pas, on reste une maman. Et donner la vie est le plus beau cadeau qu’il soit. Qu’importe l’âge.
Donc je dis bravo ma sœur, tu déchires, et reprends tes kilos de grossesse j’me sens seule ma gueule (oui ma soeur a tout reperdu, appelez la taille 34 again).
saloooooooooooooooooooooooope


PS: Et si vous vous demandez si elle suce toujours son pouce,
Tout ce que j'ai à dire c'est chacun son doudou !



114 Comments