La Saint-Mytho

Article publié dans le Bonbon Est, avec la collaboration de Laura Charlie.

source : http://fyavrillavigne.tumblr.com/

La Saint-Mytho


J’attends mon RER, douce joie quotidienne lorsque mes yeux s’arrêtent sur la pub du quai d’en face.

Près des vols low cost je découvre le thème du mois à venir, « faites-le craquer » une brune porte à sa bouche un chocolat en forme de cœur sur lequel est écrit be my Valentine. Vous avez déjà remarqué qu’un cœur c’est le dessin d’un cul à l’envers ?
Hasard ? Je ne pense pas.
La Saint Valentin et son lot de niaiseries s’apprêtent à nous offrir Cupidon sur tracts et réductions gastronomiques. Trouver un jour d’honneur à l’amour surmonté d’un romantisme mièvre et totalement hypocrite – on n’a pas besoin d’un jour pour s’aimer – mais simplement d’une étoile et d’un oreiller – c’est vraiment prendre les gens pour des cons.
« Et toi tu fais quoi pour la saint Valentin ? - Oh rien c’est une fête commerciale je ne faiblis pas devant notre système de consommation. - Ah pardon j’oubliais, tu es célibataire. »
Ta gueule.
Paradoxe féminin de s’acheter de la lingerie coquine alors qu’on s’est empiffrée de galette le mois précédent. Les femmes dépensent leur 13ème mois en sous-vêtements, hésitent entre la jupe en cuir ou la petite robe noire et se font épiler le SIF et tout ça pour qui ? Un mec, pardon « notre mec » celui qui rentrera du boulot nous demandant pourquoi on n’a pas fait des frites. La société impose une soirée romantique alors que la seule chose intéressante est de poster une photo instagram #Valentine’sday #luv afin d’étaler au monde son bonheur et sa réussite sentimentale. Majeur en l’air à toute cette fumisterie ? Absolument.
On idéalise une soirée parfaite alors que le romantisme est mort et enterré, comme les pantalons pattes d’eph … ah on me dit dans l’oreillette que non. J’assume d’être seule et vomis sur les publicités du RER C. Loin de moi l’idée d’être aigrie je sortirais boire du vin le 14 à la recherche de tout brun susceptible de m’offrir des chocolats. Pour peu qu’il s’appelle Valentin, l’année prochaine je m’achète une nuisette rouge.

24 Comments