Quand Noël rime avec cauchemar en famille 🎄⭐😱



Je n'aurai jamais cru écrire sur ce sujet, croyant toujours que c'est à moi et personne d'autre qu'il n'arrive que des loose.
Je suis le genre de personne à penser réellement que c'est toujours mieux chez les autres, que l'herbe y est toujours plus verte et plus sereine que dans mon pâturage fané.
J'avais reçu pas mal de baume au coeur lors de mon article sur le bilan pré-30 ans lorsque j'avais abordé à demi-mots mes problèmes relationnels que l'on peut considérer finalement comme inexistants avec mon père. Vous aviez été beaucoup à réagir en commentaires et me partager votre vécu - parfois similaire au mien - et j'ai pris conscience que je n'étais pas seule dans ma déception, dans ma tristesse et mon utopique envie de famille parfaite.
Certain(es) d'entres-vous ont malheureusement aussi un père qui n'assure pas, pour ne pas dire qui est un gros enfoiré.
Ça m'avait - égoïstement - rassuré de savoir que chez les autres aussi, il y avait la même peine, la même déception et les mêmes interrogations.
Malheureusement, certains cas de figure sont plus courants que je ne le pensais ...

Depuis des semaines, à moins de vivre dans une grotte sans 4G ni wifi, personne n'a échappé au CHRISTMAS STUFFS avec les fêtes qui approchent.
On ne parle que de ça, on ne voit que ça, tout le monde est euphorique et tout le monde claque son PEL sur Amazon, moi la première.

J'adore Noël, c'est ma fête préférée. J'adore la neige, les chocolats chauds sous le plaid, regarder Maman j'ai encore raté l'avion (mon pref)(et je pense à ma Sophia) et tout ce qui tourne autour du Xmas time.
J'ai envie de faire des sablés en forme de bonhomme de neige, d'écouter Franck Sinatra toute la journée et de vivre en pyjama pilou.

Est-ce réellement mon quotidien si on enlève les sablés car je n'ai pas de four ? Absolument.

Cette année toute cette préparation avait une saveur particulière étant donné que c'est mon premier Noël "à deux", avec mon amoureux.
On a acheté tout ce qu'il fallait, on a tout décoré ensemble, j'ai pris des photos avec des serre-tête à tête de renne et du père Noël puis il m'a arrêté dans mon délire lorsque j'ai mis la BO du "Top du père Noël". (QUI SE SOUVIENT ????)
J'ai une légère tendance à l'excessivité ... je l'avoue, surtout quand ça concerne Noël.

Cette année, comme chaque année, je suis en famille pour Noël et comme chez beaucoup de personnes malheureusement, mon euphorie est malmenée et gâchée par le "CHRISTMAS FAMILY DRAMA".
Si tu le vis, tu sais de quoi je parle.

Dans beaucoup de familles, les fêtes peuvent s'avérer source d'angoisse et de disputes.
Pour certains, se retrouver en famille est synonyme de réglages de comptes et toute la frustration accumulée explose lors d'une fête, ici à Noël. 
Généralement à - 7/ 10 jours avant le réveillon, tu peux être certain que quelqu'un ramènera sa fraise pour gâcher ce moment, et c'est quasiment toujours la même personne.

Une soeur bourreau, un frère égoïste, un père violent, un tonton raciste ou encore une mère dépassée, Noël peut être beaucoup moins féérique pour certains.
Nous sommes alors tiraillés entre notre envie de profiter des fêtes comme "à la TV devant la cheminée" et celle de ne pas vouloir supporter - cette année encore - ce moment gâché par un membre de notre famille.

Ma vie résumée en un seul Gif

Alors comment faire quand Noël s'avère cauchemardesque ?

Premièrement, prendre du recul. 
Tu n'es pas responsable de la connerie de ton frère ou l'ingratitude de ta soeur.
Pour certaines personnes, Noël est angoissant et cette angoisse ressort chaque année en blessant les autres, c'est psychologique. C'est leur manière à eux de gérer et d'exprimer leur ressenti. 
Je vais mal, je suis triste, je suis égoïste = je déverse tout ça sur les autres comme ça toi aussi, tu seras dans le même état que moi et je n'aurais plus à être le seul malheureux de l'histoire.
Si certains n'aiment pas les fêtes et décident donc de toujours tout gâcher, c'est leurs problèmes à EUX, pas à toi.
Tu ne peux malheureusement pas changer leur façon de faire - qui est lamentable - mais tu peux changer ta façon à toi, de prendre les choses. Et de décider que ce n'est pas parce que eux ont décidé d'avoir un Noël pourri que toi ça va te gâcher le tien.

Alors oui, je comprends du fin fond de mon âme ton envie de,
1) lui dire ses 4 vérités
2) lui défoncer les chicots
3) le/la tuer tout simplement

sauf que là nous abordons un nouveau problème : les parents, et la culpabilité familiale. 



Si tu décides cette année que ça suffit, tu as assez donné, assez souffert et que merde à la fin ! tu n'as pas à subir ça tous les ans à cause d'une personne néfaste, parasitaire et nocive je te comprends totalement.
Sauf que ta maman/ ton papa/ ton papy ils comptent sur toi eux.

Ils arrivent à surmonter ces épreuves par leurs propres moyens (qui les regardent) mais ils sont là quand même, et sans toi leur Noël ne sera pas pareil. Et sans eux, le tien aussi non ?
Comment trancher entre indépendance et refus de (re)vivre les mêmes scènes chaque année et celle de voir ta famille réunie pour les fêtes ? 

Où est la nuance entre tes envies et ton devoir ?

Lorsque nous sommes tellement en colère, comment appréhender les fêtes sans amertume et sans décevoir ses proches ?

A l'heure actuelle, j'ai autant envie de fêter Noël que de donner un rein à Trump, et pourtant ... c'est le premier Noël sans mon Papé et ça sera dur pour ma famille, pour ma maman ... je ne peux pas les laisser seules sous prétexte de vouloir couver ma peine solo dans mon lit et ruminer ma haine dans mon coin. Si ?
Ma mère a besoin de moi, et j'ai besoin d'elle. 
Et vous ? Vous laisseriez vos proches seuls à cause d'un parasite ? Ou d'une situation délicate ?

Pour être honnête, cette envie de vous écrire sur ce sujet délicat m'est venue en ressassant tous mes malheurs, et ceux que j'entends depuis le début des festivités, à l'approche des fêtes.
Je pensais naïvement que j'étais la seule victime de cette terrible épreuve qui est "quand Noël rime avec cauchemar en famille" et finalement non.
Dans mon entourage, mon cercle amical proche c'est pareil. Et toujours très égoïstement ça me rassure. Ça me donne du baume au cœur parce que je me sens moins seule dans ces épreuves.

Ça ne change absolument rien à nos situations mais savoir que je ne suis pas seule à vivre ça m'aide beaucoup. 
C'est difficile aussi pour les autres alors on se soutient, on se comprend.

J'ai pensé qu'évoquer ce sujet pourrait parler à certains d'entre-vous, qui comme moi se sentent seuls dans les douleurs familiales de Noël. plus le 24 approche et plus j'angoisse ...
Que ce soit à cause d'un membre de la famille "méchant et gâcheur de fête", un premier Noël sans un être cher, un Noël pas comme on le voudrait : vous n'êtes pas seuls. Je suis là, avec vous.
Je vis les mêmes choses que vous.

Chacun fait comme il peut avec ce qu'il a. Avec ses envies, ses moyens, sa famille. 
Le plus important selon moi c'est de rester soi-même et d'être quelqu'un de bien. De faire le bien autour de soi malgré les épreuves de la vie. Gardez la tête haute et avancer, ne jamais s'arrêter. Profiter d'une gentille mamie, d'une maman farfelue mais aimante, d'un papa dévoué, d'un mari compréhensif, de ses enfants avec les yeux qui brillent à l'approche du 24. Ces petites choses qui font sourire et efface les peines.

Les petits plaisirs de la vie font les plus grandes joies.

Même dans les ténèbres on peut quand même trouver de la lumière.

Personnellement, je me focus sur mes prochains Noël en famille : ma famille.
Celle où j'apprendrais à un petit être à faire des sablés en forme de bonhomme de neige.
Celle où ma mère farfelue mais aimante me dira que ma salade de marron est trop bonne.
Il n'y aura ni drame, ni colère, ni peine. Juste de la lumière.

Et toi cette année, si tu es trop éteint(e), parle-moi, envoie-moi un message, un emoji, une photo, on est ensemble. 




10 Comments