J'ai vu un psychiatre, son avis va vous surprendre...

On va pas s'mytho, j'ai un léger problème de contrôle freak dans ma vie.


Je ne sais pas à quel moment ce "souci" a débarqué, le fait est qu'il prend énormément de place et que parfois, c'est juste un enfer.

Tu connais la charge mentale ? Elle dirige mes journées.

Je ne sais pas me poser, je ne sais pas ne rien faire, je suis en émulation permanente, à la recherche de la perfection constante et cela me prend environ 75h/ jour, le problème étant qu'une journée n'en fait que 24.

Le lacher-prise ? Je ne connais pas, je ne sais pas faire, je n'y arrive pas. 

Je ne vois pas à QUEL moment je pourrais lâcher prise, alors que je dois ranger le linge, l'étendoir, passer l'aspirateur, sortir les chiennes, nettoyer les pattes des chiennes, leur donner à manger, me faire à manger, répondre à un message, vider le lave-vaisselle, passer l'aspirateur, oh tiens je vais faire les poussières ça me stresse, j'ai été voir mes comptes ? Je n'ai pas rangé mon dernier avis d'imposition, j'ai répondu au mail d'Amazon ? J'ai posé mon TT demain ? Ah j'ai pas été voir les stories de ma soeur, j'ai nettoyé mes lacets ? Passer l'aspirateur.

Le frigo doit être nettoyé, faut que j'imprime mon bon Vinted, je dois prendre rdv chez le dermato, j'ai fait ma récla à Babou ? Faut que je prenne mes billets de train, il me reste des cachets pour les cheveux ?

Etc.

Sans fin.

Sans pause.

Jamais.

Je suis exténuée par la vie, bouffie par la malbouffe et je ressemble à Gainsbourg en moins riche.

Pourtant j'ai arrêté de fumer, à deux doigts de reprendre, en fait non, attends je dois appeler Mamie. Elle vient quand ma mère déjà ? Je vais passer l'aspirateur.

Et si je lavais le canapé ? Je vais changer mes rideaux, ah tiens je pschit les plantes, c'est l'heure de sortir les chiennes, j'ai appelé ma mère ?

J'aimerais vivre dans un appartement témoin, j'aimerais avoir les sourcils toujours faits, ma chemise toujours repassée et savoir me maquiller. Qu'on me pose des vraies et belles extensions et que je n'ai pas besoin de prendre rdv pour ken, entre deux passages d'aspirateur.

Je voudrais engager une femme de ménage, un cuisinier, un coiffeur, un maquilleur et un coach sportif.

A quel moment tout est parti en vrille ?

Déclencher une angoisse quand il y a une goutte d'eau sur le miroir de la salle de bain ? Vivez avec moi c'est super ! (c'est faux, dit mon mec).

La charge mentale je me la mets à moi-même et beaucoup trop intensément. Pourtant, mon mec m'aide, que dis-je, il ne m'aide pas, il fait tout avec moi car c'est mon partner in life.

Alors pourquoi je n'arrive pas à me détendre ?

Pour toutes ces névroses, j'ai décidé d'aller consulter un psychiatre.

J'ai cherché sur Doctolib un professionnel pas loin de chez moi, totalement remboursé par la sécu et surtout, dispo dans les jours qui suivaient.

C'est comme ça que je me suis retrouvée sur l'A12 un mardi soir, en direction du cabinet du Dr H. - à 20 minutes de chez moi.

Déjà dans ma Clio, je me disais "mauvais bail", à l'heure où je voudrais faire mes séances, c'est-à-dire après le boulot, l'autoroute est blindax je me taperais tous les bouchons.

J'ai soudainement été interrompue dans mes pensées car, en prenant un rond-point à une allure très faible, j'ai perdu le contrôle de ma voiture. 

J'ai fais un dérapage comme dans les films mais sans Paul Walker (RIP petit coeur) et je me suis retrouvée à L'ENVERS sur le rond point.

Panique à bord, heureusement que je suis un pilote, je n'ai ni touché le terre plein central, ni aucune voiture. J'étais juste pas dans le bon sens quoi.

J'ai mis mes feux de détresse, et je suis repartie vite mais surtout, tellement fluide, qu'en fait aucune voiture ne m'a dépassé et on est tous repartis comme si de rien n'était.

Moi ? Je pensais avoir perdu mes roues. Mais non. J'ai fait un aqua-planning chelou sur une route sèche.

J'appelle ça un mauvais présage.

Bon, + 6 minutes j'arrivais en bas du cabinet du Dr H., je me garais et zé baartiiiiii.

Le cabinet était vieillot et puait la naphtaline et les idées noires. Trop bizarre.

La salle d'attente était tout sauf accueillante, il faisait -10°, quelqu'un avait oublié ses médocs sur une chaise, les posters étaient jaunis par la vie et cornés, et les magazines indiquaient qu'on pouvait désormais prendre RDV par téléphone avec son médecin de garde au 30 48 96.

Am-bi-ance.

Le Dr H. est arrivé, en doudoune et masqué, salut salut, j'entre.

Et là ... le sketch.

Il m'a donné un masque car je n'en avais pas, j'essayais de comprendre ce qu'il me disait car le combo masque + accent = je captais - rien - du - tout.

Le Dr H. est d'origine étrangère, je l'avais compris à son nom et sa photo sur Doctolib. Mais whatever, j'avais besoin de régler mes problèmes pas de voter pour le Z.

Sauf que please, son accent était tellement prononcé, tellement difficile à déchiffrer que : je ne comprenais rien de chez rien !

Le mec a gardé sa doudoune pendant tout le RDV, ça m'a stressé. A tout moment il allait se lever et se barrer, ou alors il était déjà parti. Quoi qu'il en soit il n'a pas retiré son manteau et je n'ai pas aimé cela.

Il s'exprimait tellement mal que c'était moi qui finissait ses phrases, car soit il ne trouvait pas le mot qu'il voulait, soit il n'arrivait pas à le prononcer.

Une caméra cachée.

A tout moment François Damiens allait sortir du poster de Freud et dire "bah alors ? Faut pas commencer à jouer avec mes couilles". 

Mais non, it was ma vie et ma première séance de psy n'en était qu'au début.

- alors, qu'est-ce-qui vous amène ?

L'AMBIANCE !

Je me suis mise à lui raconter mes soucis de contrôle freak, de charge, de névroses etc.

Il n'avait pas l'air de comprendre où je voulais en venir, je lui ai donc cité un exemple, une situation que j'ai vécu avec Benjamour et où, en quête de perfection et de contrôle, je n'avais pas été très sympa alors que Benjamour is l'homme de ma life et même after.

A la base, je voulais parler de moi, pas de mon mec mais bref, comme le gars ne captait rien, j'ai dû improviser et lui raconter cette anecdote.

Et là, Dr H. m'a sorti, dans une totale décontraction et sans sourciller : vous êtes sadique.

Heu zkiouz mi ?

- heu ? ok

- sadique

- oui j'ai compris

- pulsions sadiques

- j'ai saisi

- vous comprenez vous comprendre pulsions vous sadiques saisir ?

- et du coup ? je fais quoi ?

- arrêtez.


SUPER ! Grave contente d'être arrivée ici pour apprendre ça, ma vie is gonna change a lot, ça va être super ce travail sur moi-même.

- votre fonc... tion ...fonction.... me ...tionsnement

- fonctionnement

- oui. pulsions sadiques.

- j'ai toujours compris.


Là je me suis mise à m'agacer, c'était un peu simpliste et facile de dire ça (et heu ? archi vexant) alors que j'avais juste dit que je n'aimais pas la dinde.

J'ai alors posé la question de "pourquoi ?" est-ce-que j'étais sadique maintenant (j'ai mimé des guillemets) et pas lors de mes précédentes relations.

- parce qu'avant vous étiez maso.

La belle affaire.

Insistant sur le "ok super du coup je fais quoi pour arranger ça ?", le Dr H. m'a posé LA question à 10 000 $ (en vrai 82€50 la consult) : parlez-moi de votre enfance ? 

Et là ... poker face. J'ai bloqué comme les Casseurs Flowters. Impossible de dire quoi que ce soit. Le psy insiste : si vous parlez pas je peux pas dire.

Bahhhhh on commence par où sérieux ? Sans aller dans les clichés de facilité des parents divorcés, du papa violent, de l'abandon, des méchants hommes qui préféraient mes seins à mon humour.

Bullshit.

Est-ce-que j'étais sincèrement venue jusqu'à ce bled pourri en Clio 3 pour parler de mon enfance ? On peut avancer dans la vie où on doit rester bloqué sur le passé ? J'ai fait mon chemin thank you, et parler du fait que j'ai préféré dormir plutôt que d'aller à l'école ne va pas m'aider à comprendre pourquoi j'ai une passion pour faire le ménage, plus que pour toute autre chose au monde.

J'ai 34 ans, je n'ai pas le temps pour ces conneries, ni de parler du passé, moi ce qui m'intéresse c'est le présent.

- votre père était violent ?

- non, enfin verbalement, enfin oui un peu

- votre mère a divorcé car il était violent ?

- non

- il était pas violent ?

- NON PUTAIN ! (dans ma tête).


Bref, dialogue inutile et là, le type, en totale détente again - m'a dit : on va s'arrêter là pour aujourd'hui.

- déjà ????

- oui ça fat déjà 20 minutes de pur bonheur.

- une éternité en effet.


J'accélère, le mec m'a demandé 84€50, j'ai donné ma carte bleue et gardé mon seum puis je me suis levée sans demander mon reste.

Arrivée dans ma voiture, j'étais mitigée entre l'outrance, la colère et le fou rire.

20 minutes de séance, que naïvement, je pensais être la première d'un travail pour aller mieux, c'était un peu léger. Je me souviens que devant mon insistance de "déjà ?????", il m'a répondu qu'il était psychiatre, pas psychologue, et qu'il fallait que je digère ces informations.

TU M'ETONNES ! 

Sur sa fiche Doctolib il y avait pourtant bien écrit "angoisses, burnout" etc, pardon d'avoir mal compris ton taf.

Il était selon moi, qualifié pour m'accompagner dans mes futures séances, sauf que pour que ce soit productif, même que 20 minutes, il aurait fallu que le type parle correctement français.

Parce que passer une séance à coeur ouvert, à parler de tes angoisses, tes névroses, ta famille, tes problèmes etc ... avec une personne qui ne capte rien, ne sais pas te répondre et à qui tu finis les phrases, c'est un peu perturbant.

Particulièrement si ce n'est pas ton mari.

Surtout si le seul mot qu'il arrive à prononcer correctement c'est sadique.

Je vous épargne mon fou-rire silencieux et intérieur quand le mec a tenté de dire "relation sadomasochiste".

Au delà du fait qu'il n'arrivait pas à le prononcer, j'ai imaginé Benjamour en string de cuir et moi, lui fouettant les couilles avec un abat-jour.

Bref, vous l'aurez compris, cette séance était tout sauf le début d'une nouvelle ère et devinez quoi ? J'ai passé l'aspirateur en rentrant.

Allez kiss, je dois aller acheter des pinces à tétons.


Disclaimer : veillez à bien vous renseigner sur un professionnel de santé avant d'en consulter un, parce qu'après coup j'ai été voir les avis, et j'aurais du le faire avant.

M
D
R

0 Comentarios

Lâche ton com !