Mes ex ont du talent

© Soffurio


C'est limite si ça me manquerait pas tiens ! (non).

En vrai, ils m'ont tous régalé, tous. Même les plus blessants, les plus larguants, les plus ... chiants ! Tous à leur manière ils m'ont fait kiffer, et raconter toutes ces anecdotes a remplit mes soirées de rires, surtout quand je les narrais à mes copines ou sur un groupe WhatsApp.

Oui, parce que sachez qu'on a toutes un groupe WhatsApp où on parle de vous and I think it's totally normal.

Sachez également que pour rédiger cet article, j'ai ressorti ma liste de mecs et oui on a toutes une liste aussi.

Pour tout ça les gars : merci ! Pour le reste ? Allez bien vous faire enculer.


Mon premier amoureux, son cousin a voulu m'épouser pour avoir les papiers. Voilà, je dis ça direct sans préambule et c'est tel que ça s'est passé.

J'ai gentiment décliné la proposition parce que 1) j'étais mineure et de 2) en couple avec son cousin, et je n'étais donc pas mécontente quand il s'est barré car oui, il vivait chez moi car ma mère à l'époque, louait une dépendance de son appartement.

Le fait est qu'un jour, thanks God il est enfin parti, et que son cousin (mon mec donc), m'a par la suite largué like a shit après trois pauses, dont la dernière s'est soldée par téléphone fixe sur cette conversation :

- on se voit demain soir ?
- ah parce que t'as cru qu'on s'était remis ensemble ?
- bah t'es venu me ken quand même heu. oui. mais du coup. non.

Merci pour tout boloss, et bon vent chez toi !


Ensuite, ah la pépite... Mon premier "amour".

Cinq ans de love inconditionnel et de joie immense. C'est faux.

J'avais une bague de fiançailles et mon mariage était prévu 1 mois avant que je ne quitte cet énergumène qui bien que très gentil, était très peu drôle et qu'on appellera "moquette" à cause de sa tonsure.

5 ans d'anecdotes mais vraiment, celles-ci sont pépitas della mortas.

Une année, moquette a pensé trouver sa voie au sein de la Police, il a donc fait une école et, très enthousiaste à l'idée de cette reconversion, il était comme qui dirait "à fond".

Il s'est acheté des montres de la bac, des trucs et des machins, mais surtout, il était trop fier de sa tenue, que EN EXCLUSIVITE, je vous montre ici :

Hauts-les-mains, peau de lapin

J'avais 20/21 ans, et lui était trop fier de sa carrière en devenir.

Un jour, alors qu'il était encore en boucle sur sa nouvelle profession, il nous expliquait, à ma mère et moi, à quel point le gilet pare-balle arrêtait les balles, les coups de couteau etc et que c'était fou.

Pour la démonstration, allez savoir pourquoi mais imaginez la scène dans la cuisine de Francesca, il a attrapé le célèbre couteau à tomates de ma mère, et il a commencé à se poignarder avec.

- VOUS VOYEZ ?? RIEN ! ça fait rien ! C'est SUPER NON ? sous nos yeux ébahis/ terrifiés/ hallucinés, pendant que le gars se plantait himself.

Le type a continué de se mettre des coups de couteau dans le gilet "mais ça fait rien ! regardez !" et tout à coup, la lame du couteau s'est cassée en deux et ma mère en est restée comme deux ronds de flancs.

- bah, mon couteau ? fut sa seule réponse et encore aujourd'hui on en rigole.

Note de l'auteur : une pensée pour ce couteau de 20 ans, efficace et affûté, parti bien trop tôt.


Quand j'ai finalement quitté moquette ce 1er août 2011, il ne savait pas (et moi non plus) que je le quitterais vraiment.

Une énième dispute par message, j'ai jamais répondu et HOP, c'était terminado. Sauf que quand il est revenu quelques mois plus tard, pensant récupérer la femme de sa vie maintenant qu'il était calmé : ladite femme découvrait le célibat et la polygamie.

Tout est une question de timing dans la vie, t'avais loupé le coche mon chou.

Moquette l'a très mal vécu, il s'est mis à genou en pleurant et ce, devant tout le monde sur le parvis de la Gare Montparnasse. C'était archi triste, d'autant plus que cela ne me faisait ni chaud ni froid et que j'étais plus mal à l'aise que malheureuse.

5 ans les gars ...

J'ai donc repris mon train, délestée de ce poids (celui de devoir dire à un homme qu'on a aimé, qu'on ne l'aime vraiment plus) et j'ai continué ma vie.

C'est quelques semaines plus tard, qu'un samedi matin, lendemain de soirée donc, mon Iphone 3G retentit, laissant apparaître le doux sobriquet "moquette" sur l'écran.

- gnnnnnnnnnnnnnnnnnn oui allo ?
- salut ! ça va ? je suis en vélo, je suis en bas de chez toi je peux remplir ma gourde ?
- pardon ?

Pour rappel, je vivais en banlieue parisienne, plus communément appelée "la campagne" pour tous les FDP de parisiens.

Lui, c'était un parisien pur souche qui apparemment était venu en VTT depuis porte de Bagnolet.

- mais je dors, il est tôt, y'a ma mère et...
- mais stp, je n'ai plus d'eau, j'ai hyper soif ! Je pourrais pas repartir sinon ... stp...

"bah crève" fut mon choix premier mais c'est finalement en peau de pêche rose fuchsia que je lui ai ouvert la porte, et que j'ai vu moquette en cycliste moule-bites (à ne pas confondre avec moules frites), sa gourde à la main et la selle de son vélo dans l'autre.

Scène lunaire, mais pas autant que celle de ma mère descendant les escaliers en robe de chambre, les yeux collés et la mèche ébouriffée, qui rentre dans la cuisine pour se faire un thé et tombe sur moquette en short moulax, en train de remplir sa gourdasse au robinet.

- bonjour Francesca !

Epique, mémorable.

Je n'ai jamais su si il était vraiment venu de Paris en bicloune ou s'il avait pris les transports dans cet accoutrement mais vraiment, c'était magique.

Dois-je ensuite réellement parler de B2O le psycho ? Un article lui est carrément consacré.


Pendant cette période Oh combien fun de la ma renaissance après 5 ans de couple, il y a eu un gars qui confondait "un baiser" (à ne pas confondre avec baiser), avec "lavage auto".

Un supplice, un car wash à chaque fois. Je ne comprends pas comment le type pouvait continuer de pécho (il avait une voiture, moi une carte de bus) alors que chaque baiser était une limace baveuse échouée sur mon doux visage innocent.

Dès qu'on se roulait des pelles dans sa 206, j'avais la musique de Cristina Aguilera "Car Wash" de Gang des requins dans la tête.

En amont de cet exquis personnage (faux), il y a eu un ami à lui (quoi ? Seul Dieu peut me juger) fan de Colonel Reyel et qui clairement, m'a pécho car ma copine était aux toilettes à ce moment-là.

Sinon, c'est sans doute elle qui rédigerait cet article. On appelle cela un "chien de la casse" et oui on a toutes nos faiblesses face à un mec qui paye ta grenadine à l'eau.

Pourquoi cet homme a du talent ? Parce qu'alors qu'on était enlacés, lui, moi et mes extensions à clips dans une boite parisienne, il m'a doucement soufflé dans l'oreille ces mots d'amour, je cite : j'ai trop envie de te défoncer, mais je t'estime trop.

Bah grave contente mon pote car CELUIIII QUI PARTAGE TA VIE, OUI CELUI A QUI TU TE CONFIES....

Je vous la fait courte (comme sa euk - ah pardon), il m'a ghosté, et la dernière fois que je l'ai vu c'était dans un bar près de chez moi, lui en train de payer sa tournée de café verre d'eau à B20 et le laveur de pare-brise cité plus-haut car oui, le danger quand tu es polygame et que t'as pas le permis donc ça limite ta zone de pécho, c'est que tous tes mecs se connaissent.

Eux : en train de se taper des barres au comptoir, et moi, sous la table à chercher la sortie de secours.

- heu mademoiselle ?  tout va bien ?
- pardon, un coca svp.


La pépite suivante, a eu lieu pendant les prémices des Skyblogs. Si tu as moins de 30 ans, tu ne peux pas comprendre, les autres, vous êtes le sang.

Les premiers pas sur internet, les tchats, les forums ... j'envoyais des photos d'Avril Lavigne à de parfaits inconnus en demandant "tu m'trouv bell ?^^" et un seul mec sur tout internet avait cramé le pot au feu.

Nous sommes en 2005, mon pseudo est une citation d'une chanteuse RnB du moment et je tombe sur ce mec, à qui je n'ai pas raconté que j'étais mannequin aux yeux verts et que je faisais 1m75. Mon premier pas-mytho 2.0.

Il vivait près de chez moi, bien pratique, et nous avons eu une relation "sans contact direct" pendant près d'un mois. On se voyait tout le temps mais nous étions jeunes et timides, donc la seule folie de cette relation fut le smack devant la gare Versailles Chantiers et basta.

D'ailleurs, c'est ce même mec qui bien que très sympa, était très maladroit et qui m'avait dit "si je devais trouver une raison pour ne pas sortir avec toi ce serait ton poids mais c'est pas le cas".

Ah bah ravie de le savoir, moi, ma confiance et ma future thérapeute sommes heureuses de l'entendre.

Quoi qu'il en soit, destin ou hasard de la vie nous nous sommes retrouvés des années plus tard, adultes.

Comme nous avions grandis et que j'étais devenue encore plus canon "même avec mon poids sale fdp", nous avons partagé certains moments sympas, surtout chez ses parents qui étaient en vacances et chez qui il vivait toujours.

On appellera cet épisode : la doublette (attendez la suite).

Ce matin-là, il est parti avant moi, me laissant ses clés à mettre dans la boite aux lettres avant de partir et un kinder délice (faut pas s'étonner après que j'ai un gros fiac).

Je suis partie légère (sauf du cul), lui laissant un petit mot sous l'oreiller comme dans les films et j'ai été prendre mon bus pour aller travailler.

J'étais assise dans l'autobus, à regarder les paysages défiler, nostalgique de cette nuit passée et j'ai mis la main dans ma poche, le regard dans le vague, et j'en ai sorti ... les clés. De chez lui. Enfin de chez ses parents.

Et merde.

Il a dû se taper une mission pour venir les récupérer à mon boulot, et ... il était un peu saoulé je le conçois. Du coup sur le moment, je n'ai pas pensé à lui dire "tu regarderas sous l'oreiller !" Quand il a rejoint son vélo (décidément... mes ex et les biclounes) pour repartir.

Plusieurs semaines se sont écoulées, le mec m'avait un peu ghosté mais attendez la suite, je me suis vengée.

Pour l'instant les amis, revenons à l'année 2011 où ce petit enfoiré ne m'a jamais dit qu'il avait trouvé mon mot romantique :

Merci pour cette soirée, à bientôt *trace de bisous au rouge-à-lèvres* + signature du surnom qu'il me donnait depuis 2005. Grave mims.


Quand le gars m'a finalement rappelé et que je n'ai pas décroché c'est-faux-mon-téléphone-avait-à-peine-sonné-que-j'avais-plus-de-culotte, je lui ai dit "sinon mon mot ?" et il m'a répondu "quel mot ?"

Comment ça "quel mot ?", y'a plusieurs nanas qui te laissent des traces de rouge-à-lèvres sous ton oreiller ? Auquel cas préviens-moi, il y a des copyrights qui se perdent.

Mais non, le mec n'avait absolument rien trouvé et le mystère fut découvert quand BINGO ça a enfin tilté dans son cerveau,

- ah mais oui ! ma sœur vient faire le ménage dans ma chambre tous les deux jours, c'est elle qui a dû le trouver et le jeter.

Heu pardon ? Ta sœur vient faire le ménage et jette mes mots niais ? Mais quel âge as-tu ? Et c'est qui cette pouffe ?

Bref, la jalousa n'avait pas dû apprécier que son petit frère qui ne sait pas faire son lit ni jeter ses mouchoirs de branlette, reçoive à domicile quand papa et maman sont absents.

Il n'a jamais eu mon mot, et j'ai revu ce mec que plusieurs années ensuite, parce que je l'avais ghosté à mon tour. Mais alcool aidant, un soir je l'ai appelé et quand il est arrivé, dommage pour lui : j'avais déjà décuvé.

A peine le temps de lu ouvrir la porte et lui expliquer que finalement tout allait bien, qu'il m'a roulé un patin.

J'ai dû agir vite, j'ai attrapé mon Iphone 4S, j'ai envoyé "appl moi ptn" à ma sœur et quand mon tel a sonné, j'ai joué la scène 2 de l'acte 3 de ma vie, à savoir le bon gros mytho des familles.

Vous connaissez la suite, faire croire que ma sœur était mal, en larmes, et qu'elle arrivait "désolé va falloir que tu partes et rentre ta langue mon garçon". 

Enfin, plutôt "gégolé ga galloir ge gu gartes gengre ga gangue gon gargon".

Alors qu'il avait finally rangé sa lippe et refaisait ses lacets comme Franklin, je me suis excusée de cet imprévu car oui, je suis une mytho mais bien éduquée et le mec m'a répondu :

- pas de problème, on va pas faire un plan à 3 avec ta sœur. Ah ah ah.

Allez ça dégage. Je ne l'ai jamais revu.


Difficile de clôturer cet article tant il y aurait des choses à dire (car la liste est longue les amis).

Pourquoi je fais cet article ? Parce que de 1) c'est drôle et de 2) il n'y aura sans doute plus d'article (à moins de piocher dans des archives) about les hommes, ces être si hilarants et divertissants parce qu'après une liste aussi longue que ma b... au bout du tunnel des névrosés masculins, se trouvait la pépite de ma vie, rencontrée en 2005 et que la vie a réuni à nouveau il y a presque 3 ans.

Du coup, je dis bye-bye à tout cela, merci pour tous ses souvenirs et HELLO la nouvelle ère du couple jeune, beau, drôle et à l'avenir prometteur oui je parle de moi.

Monogame donc moins extraverti (oui j'ai tenté mais visiblement "je peux sortir avec qui je veux mais toi non" était un contrat qui ne plaisait pas à mon mec #boring).

Ce nouveau chapitre d'adulte sera davantage tourné vers "comment garder une vie sociale quand on préfère organiser ses placards" / "ma copine va se marier avec un con : que faire ? " / "je voudrais vivre avec ma soeur et ma mère mais c'est compliqué pour la vie de couple" / "j'ai peur d'aimer moins mes enfants que mes chiens" / "et si j'ouvrais un plan d'épargne retraite ?" ... et moins :

"ce mec ne me rappelle pas alors que je lui ai CENSURED sa grosse CENSURED mais quel CENSURED de CENSURED plus jamais CENSURED ce CENSURED".

Du coup, pour ne pas vous laisser sur la faim, je vous laisse commenter quelle dernière anecdote sera affichée dans un post instagram, avant de fermer le livre de mes ex et BON VENT LES CONNARDS.

Pour vous aider un peu, choisissez entre :

  1. ce mec était tout sauf italien et n'a jamais rencontré Obama
  2. je pensais qu'il me ferait à manger, je n'ai pas mangé enfin pas ce que je pensais
  3. cet ex qui a voulu se taper ma soeur
  4. sortir avec le tapin de ta ville : fausse bonne idée surtout quand sa meuf débarque et que tu dois sortir en slip par le jardin
  5. il a dormi avec son sopalin, moi seule
  6. tu pensais pas à ton ex quand t'avais la tête dans mon cul donc arrête stp et embrasse-moi
  7. ceci est un viol pédestre, mes orteils n'étaient pas consentants
  8. deux ans de chinage pour 10 jours de relation Ou comment perdre son temps pour un sac Vuitton et une conversion au judaïsme
  9. j'ai joué du piano à poil sur une chanson d'Abba, je ne sais pas jouer du piano et j'avais une entorse
  10. le mec a carrément changé de pays et c'est très vexant.


Lâche ton com pour dire ce que tu préfères, et kiff mes ex

❤️


© Soffurio


0 Comentarios

Lâche ton com !