25 nov. 2015

Le week-end d'après


Une semaine après les événements tragiques que nous connaissons, c'est le cœur toujours lourd mais toujours célibataire que j'ai repris le chemin des soirées parisiennes.
Personnellement, le lendemain des attentats je déambulais dans Pigalle et le dimanche je mangeais un fat Mcdo à Saint Michel. La désertion de la ville lumière très peu pour moi, Paris est et restera à jamais cette ville pleine de possibilités amoureuses, professionnelles, sexuelles et surtout de sorties mondaines que j'affectionne.

Samedi soir j'ai donc rejoint mes amies pour une soirée comme on les aime, soirée de tous les possibles malgré l'ambiance triste qui émane des rues depuis ce vendredi 13.
Nous devions continuer de vivre et surtout, je devais poursuivre ma quête de l'Homme, celui avec un grand -H comme dans Haricot.
Le rapport ? Absolument aucun.

Le jean taille haute et le chemisier transparent, arrivées devant la péniche (oui je ne sors que sur des yatchs), nous constations avec mi-joie mi-tristesse que la terrasse était totalement vide.
Celle où tu dois jouer des coudes pour fumer une clope et dont la proximité est telle qu'allumer ta cigarette revient à allumer celles de trois autres personnes était quasiment désertique.
Pincement au cœur et yeux qui ont commencé à piquer, nénmoins dans la vie tout est une question de perception. Nous pouvions soit être attristées que la terrasse soit vide, soit se dire qu'on serait tranquilles pour siroter nos verres face à la Tour Eiffel.
...
Nous avons préféré d'un commun accord de voir le verre à moitié plein et nous sommes donc dirigées vers le bar.

A l'entrée, la sécurité vérifiait tous les sacs et les manteaux. Un agent m'a demandé d'ouvrir ma veste et je me suis retenue de toute blague sur une quelconque possibilité de ceinture à explosifs, chacun c'est que la seule bombe ici c'est moi.
Tel le canon que je suis, j'ai ouvert mon manteau avec autant de vigueur et de classe que Dita Von Teese, sauf qu'un de mes boutons de chemise a sauté donc c'est le boobs droit sortant que j'ai affiché mon buste au Monsieur. 

Et bonne soirée *clin d'oeil* m'a t-il dit.

Sachez que depuis ce vendredi 13, le stress et l'angoisse m'ont offert un joli cadeau qui a jailli sur ma lèvre buccale inférieure. J'ai nommé, le non moins connu bouton de fièvre.
*applaudissements du public*

J'avais six jours pour le faire disparaître afin d'éviter à tout homme courageux et intéressé de ne pas fuir en regardant mon faciès d'elephantman.

Est-ce que le bouton est parti ? Absolument pas
Est-ce que les trois couches de RAL carmin l'ont masqué ?Totalement pas
Est-ce que ma vie craint ? Comme toujours.

Par chance, dans soirée il y a soir et dans soir il y a -oir et si tu rajoutes un -n ça fait noir. Noir comme obscurité.
Tout le monde a suivi ? Non ? Tant pis.

J'étais censée faire les courses avec mes 20€ restants ...
... ou choisir de m'offrir deux mojitos et une bière. Bilan : je mange chez ma mère jusqu'à la fin du mois.

Dix minutes après notre arrivée nous vons rencontré un BBAYB (beau blond aux yeux bleus) très sympa qui avait l'air de très bonne famille.
Le BBAYX était commercial je ne sais où et vivait dans le 92 dans une ville de riche. La roue tourne, c'est ce que je me suis dit. J'étais à la fin de mon deuxième verre lorsque le BBAYX m'a demandé si j'étais heureuse. Personne ne me demande jamais si je suis heureuse, jamais. Le mec a failli me faire chialer alors j'en ai profité pour lui faire un câlin et lui retourner la question, les yeux encore brillants.
Le mec m'a répondu sans pression qu'il était très heureux dans sa vie, dans son boulot et son couple car sa femme était super.
Okéééééééé je venais de perdre trois heures de ma vie.

C'est alors que j'étais au bar en train de me (re)(re)commander un autre verre que je l'ai vu, là juste devant moi j'ai vu le cousin de Voltaire.
Souvenez-vous ... Voltaire, OU le mec pour qui j'ai fait un marathon en vain et que j'ai par la suite cherché sur tous les supports technologiques du monde, sans succès.

Pour la petite histoire, j'ai rencontré Voltaire et son cousin à la fin d'une soirée lorsque le bar fermait. Nous sommes ensuite partis chez Votlaire "charger son téléphone" en attendant de ressortir ailleurs. Pendant ce temps, BFF rejoignait un ex et moi je me prenais en photo dans les chiottes de Voltaire #hashtag kikoo #hashag lol #hashtag je fais CENSURED chez Voltaire.

Je n'en croyais pas mes yeux, le cousin était juste là, devant moi. Il a prit sa bière et a rejoint ses amis assis à la table près de la notre.
Le truc cool c'est que je savais où il était.
Le truc relou c'est que j'ai du attendre 48 minutes qu'il  arrête de lécher la glotte d'une pintade pour aller lui parler.

+ 53 minutes (le temps de s'essuyer)

- On se connait non ?
- Non 
- Tu t'appelles pas Socrate* ?
- Non
- T'es pas le cousin de Voltaire ?
- Non
- Hum ...
- Pourquoi ?
- Mona, on s'est rencontré à une soirée Chez G. on avait été chez ton cousin après
- Ah ouiiiiiiiiiiiiiii !!! Il est pas avec toi Voltaire ?
Sisi il est au bout de ma laisse là tu vois bien !!! (j'ai eu envie de répondre)
- Heu non (ai-je finalement répondu)
- Mais vous n'êtes plus ensemble ?
- On ne l'a jamais été (ok ça commence à devenir très gênant)
- Mais il était resté longtemps avec une nana c'est pas toi ?
EST-CE-QUE TU AS DEJA REVU MA FACE DANS TA VIE ???? JE NE CROIS PAS  !! ALORS NON CE N'EST PAS MOI PUTAIN !! (dans ma tête)

Et là le mec sans pression aucune s'est retourné vers tout son groupe d'amis et a clamé HAUT et FORT "c'est la meuf de Voltaire !! " en me désignant du doigt.
Plein feux sur moi, je crois qu'un autre bouton de boobs a sauté. la pintade s'essuyait la bouchune autre me dévisageait, deux mecs souriaient en me regardant les seins et le troisième touchait les fesses d'une blonde qui passait. Regards médusés desdits amis, le mien encore plus.

- Heu non non.

Ce moment très très gênant.

- Mais sinon il va bien ? (vu qu'il m'a jamais rappelé cet enfoiré)
- Ba attends il doit arriver, ça va être marrant de vous revoir.

[...]

Tellement marrant.

Allez, salut. Et vive la littérature.



*pour des raisons évidentes les noms des protagonistes ont été changé.
Néanmoins, je vous invite à cliquer sur ce lien afin de voir le SOSIE RÉEL du cousin Socrate.

12 commentaires:

  1. Mais, mais....Mais et la suite ???!!!!
    j'exige la suite, sinon je t'appelle "la meuf de Voltaire" jusqu'à la fin des temps"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AHAHAHAHAHAHAHA.
      En fait j'ai pensé à faire un article sur "tous ces mecs dans mes articles dont vous n'avez jamais eu la suite".

      Supprimer
  2. Mais j'espère que tu es resté à attendre que Voltaire arrive!!!!!
    Au pire il doit bien avoir un copain bien sympa dans le tas!!! ;)

    RépondreSupprimer
  3. Ah il est jamais la au bon moment ce Voltaire :P !!

    RépondreSupprimer
  4. arf...putain, la suite quoi!!! attend j'avais voté pour toi chaque jour sans en oublier un pour les GBA tu me dois bien ca! Je veux la suiiiite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AHAHAHAHAH. Je pense faire un article sur "tous ces mecs dans mes articles dont vous n'avez jamais eu la suite".

      Supprimer
  5. What ? Et la suite ? Tu ne peux pas nous laisser comme ça.
    T'es la meuf de Voltaire ou bien ? ^o^
    Charlotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. LEAVE VOLTAIRE ALOOOOOONE
      (la suite bientôt ... peut-être)

      Supprimer

Facebook

INSTAMONAGRAM


Archive

© Copyright Mona Champaign.

Tous droits réservés.
Tous les textes présents sur ce blog m'appartiennent et ne sont pas libres de droit. Merci de ne pas les utiliser sans mon accord.
Article L112-1 du Code de la Propriété Intellectuelle.