“L’orage rajeunit les fleurs.”


Charles Baudelaire. Les fleurs du mal.

***

J'ai l'impression d'être schizophrène. Ce matin je postais une photo et un texte rempli d'amour mais en fait j'ai la gorge serrée et les larmes au bord des yeux.
Pour quelqu'un qui pleure rarement je me demande si je suis enceinte ou bien la vierge Marie.
J'ai du mal à mettre des mots sur ce que je ressens, alors je vais tenter de les écrire pour exulter.

Hier soir j'ai regardé un reportage sur Charlie Hebdo et je n'ai pas arrêté de pleurer.
J'ai pleuré comme si toute ma famille avait perdu la vie ou qu'un astéroïde avait explosé toute la planète sauf moi.
J'ai versé des litres de larmes ponctuées de gros sanglots, la gorge brûlante et le pyjama trempé.
Comme une enfant.

Je ne pensais pas que cet événement m'avait autant touché. J'avais été très attristée bien sûr mais en revoyant ces images, je ne sais pas si ce sont les hormones ou la vie post- 13 novembre mais j'étais au fond du trou.
Oui parce que selon moi il y a un avant et un après 13 novembre. Ce n'est que mon ressenti il m'est personnel.
Et depuis j'arrête pas de pleurer. Compliqué - quand on sait que je me remaquille depuis quelques semaines - de ressembler à un panda grippé partout où je me rends.
Le fond du truc est là, je me rends quasiment chaque jour à Paris.

Paris j'ai mis du temps à l'aimer réellement, à y passer du temps, à l'apprécier à sa juste valeur puis entre nous c'est devenu passionnel : je suis amoureuse de cette ville.
Je ne l'étais pas il y a un an c'est sûrement pour cette raison que les attentats de Charlie Hebdo ne m'avaient pas autant chagriné. Avec le recul je pense que je ne me rendais pas compte de l'ampleur de ces attentats, de ce qu'il s'était réellement passé et comment les choses allaient continuer désormais.
Depuis que Paris m'accueille chaque jour je vis et vois ce que ces affreux événements ont laissé ici.
Je ressens tout, la proximité est énorme c'est prenant, c'est angoissant et j'ai du mal à trouver les mots quand il s'agit d'exprimer tout ça.

Revoir ces images m'a fait prendre conscience que j'ai vécu deux attentats à mon jeune âge et que c'est beaucoup quand même. Proche de chez moi et encore plus de mes proches.
Que ces attentats ont ôté la vie de personnes que j'aurais pu connaitre, côtoyer, aimer. Que ça aurait pu être ma tante, ma soeur ou même moi.
Ça fait réfléchir ... 

Paris je l'adore, je l'adule, et c'est avec fierté que lorsque je dis que Paris je l'ai dans la peau c'est au sens propre, encré.
J'ai du mal à cracher ce que je ressens, la vérité c'est que je n'arrive plus à rire.
Dieu sait que ma devise est basée sur l'humour et l'auto-dérision même si la vie est parfois une grosse bitch, il faut sans cesse se relever, avancer, continuer ... et c'est ce que je fais et je pense faisons tous seulement voilà, en fait j'ai plus envie de rigoler.
Grave non ?

En fait, je me rends compte que je suis trop triste malgré les apparences et qu'aujourd'hui j'ai du mal à le cacher, voilà.
En fait c'est même pas drôle du tout.
En fait je crois que je fais une dépression post attentat.
En fait Mona elle a le coeur lourd.

Aujourd'hui ça fait un an que les attentats de Charlie Hebdo ont eu lieu et j'en ai rien à carrer de savoir que Johnny va interpréter une chanson moi j'ai juste envie de me barrer de mon bureau et dire "allez salut bande d'enculés !" puis aller prier.
Vous me suivez ? Non ? Moi non plus.

Je me suis jamais trop intéressée au recueillement, aux commémorations.
Souvenez-vous, enfants ou collégiens nous avons assisté à des sorties pour célébrer le débarquement ou l'anniversaire de la victoire de telle ou telle guerre.
Nous avons circulé dans la rue, fait une minute de silence devant le Monument aux morts de la ville et écouté d'une oreille le discours d'un ancien combattant tout en gardant un œil sur sa montre Flic Flac parce qu'aujourd'hui y'avait pizza à la cantine donc bon ... faudrait pas trop traîner.
Que les choses soient claires, je n'y connais rien à tout ça, je ne sais même pas le pourquoi du comment du quand de la prise de la Bastille.
Moi je ne connais que les boutiques de la rue de Charonne et le Café parisien.

Sachez qu'aujourd'hui, à 27 ans je comprends mieux le sens du mot commémoration et "à la mémoire de".

J'ai envie d'aller place de la République et pleurer tout en allumant une bougie qui s'éteindra sous la première bourrasque de vent ou goutte de pluie parce qu'on en parle du temps qu'il fait ? 
J'ai envie d'aller me recueillir devant le Bataclan et pleurer juste comme ça, juste parce que j'arrive pas à contrôler mes larmes.
Ce sont mes hormones ou ?

Je ne pleure plus en évoquant une personne partie trop vite qui était l'essence même de mon amour mais je pleure pour des personnes que je ne connaissais pas.
Pourquoi ? Est-ce-qu'avec le temps on pleure moins ? Est-ce-que c'est parce que tout cela est trop récent pour que j'y pense sans m’effondrer ?
Je ne sais pas.

Aujourd'hui j'ai juste envie d'être triste, ne me demandez pas pourquoi c'est ainsi.
Moi-même je ne comprends pas que du jour au lendemain tout me paraisse si triste, si gris, si ... si futile.
Je me prends la tête avec des fiches client et une chef tyrannique alors qu'on vit dans un climat tendu et qu'a quelques kilomètres de mon boulot des gens se sont fait tuer.
Des gens qui auraient pu être mes amis, qui auraient pu être moi, toi, nous.

Excusez-moi mais je m'en bats les c*** en fait. Pardon c'est mon côté banlieusard qui prend le dessus mais avec toute cette tristesse, toute cette colère je me rends compte que nous sommes quotidiennement pollués par des gens, des choses, tellement NUISIBLES alors qu'il y a tant à faire, tant à espérer, tant à vivre.
Vivre oui. Parce que nous avons cette chance et que d'autres ne l'ont plus.

Aujourd'hui ça fait un an qu'un attentat lâche, abominable et violent a pris la vie d'hommes et femmes qui auraient pu être nous et pendant ce temps-là ma chef me demande si j'ai terminé la mise à jour de son site de merde ?
J'ai envie de lui dire qu'elle n'a rien compris à la vie.
Que tous les gens qui s'arrêtent pour des détails n'ont rien compris.

Alors attendez ... là je suis lancée façon plume aiguisée par mes sentiments mais moi aussi je suis comme ça, moi aussi je me plains quand il pleut alors que j'ai les cheveux propres ou que mon écharpe ne s'accorde pas du tout avec mes chaussures.
Que je rêve d'un sac Chanel et vais sur gossip.fr tous les midis. Je suis comme n'importe qui ici mais aujourd'hui j'ai envie de vous dire, de nous dire qu'il ne faut pas se prendre la tête pour des bêtises.
Que les mecs, les cheveux, la cellulite, Marine LP au fond tout ça ce n'est rien, c'est que du vent.

Concentrons-nous sur du beau, du positif, du concret, du réel.
Aujourd'hui ma cousine à 15 ans et je n'ose lui dire ce que je faisais à son âge. En pensant à elle j'ai les larmes qui montent aussi.
Aujourd'hui on m'a dit que j'étais une vraie pote donc j'ai re-pleuré dans mon RER, et j'ai ensuite re-re-pleuré dans le métro comme à chaque fois que je passe devant la Tour Eiffel.
Non mais vous situez le truc là ? Rien ne va plus les gars !

Rassurez-vous, demain ça ira mieux, déjà parce que c'est vendredi (et que vendredi tout est ........ ), que j'ai des trucs sympas prévu ce week-end dont sûrement voir le soleil de ma vie qui lui, s'en bat bien l’œil de toutes ces conneries et je l'envie.
J'envie toutes les personnes "qui ne sont pas Charlie" ou qui "s'en battent la race".
J'aimerais bien être comme tous ces gens, continuer ma vie comme si de rien n'était, être sereine et trouver ça normal que dans les RER soient désormais affichés "la conduite à suivre en cas d'attaque terroriste".

Je vous envie tous, ceux qui réussissent à faire la part des choses et rester sereins, vous êtes tous bien forts, envoyez-moi vos forces juste pour aujourd'hui, que j'en mette de côté pour la prochaine fois où je flanche.
Aujourd'hui j'ai juste envie d'être triste et c'est comme ça. Je le partage ici, même si je sais que vous auriez préféré une bonne histoire de mec.
Promis demain je vous raconterais une super blague.


J'envoie du LOVE à tout le monde, ici, pas ici, Charlie, pas Charlie, Trouducs pas troud... ah non.



Joyeux anniversaire Mia
Je pense à toi Soba
A l'humanité toute entière : Paix & Amour.


24 Comments