La vérité sur mes runnings


L'histoire est simple : il y a deux ans sur un coup de tête je décidais d'aller courir sous aucune menace telle qu'elle soit ou juste celle de moi-même souhaitant m'aérer et si possible, le faire tout en affichant mon boule dans mon mini short.
J'ai fait quelques courses, dont l'Odyssea qui me tient à coeur et la Nike Run l'année dernière OU comment j'ai failli décéder et me suis faite encourager par Lââm (véridique) puis ai gagné une médaille et un exploit que j'ai raconté pendant de très longs mois.

Depuis je cours moins parce que d'une je ne cours que s'il fait beau, et de deux ... y'a pas de deux, je ne cours que s'il fait beau.
Pourquoi ? Parce que c'est mieux pour les photos of course ! *jeux de mots hyper bien placé*

Seriously, vous croyez vraiment que je m'inflige des petites foulées avec mon appli qui me bouffe toute ma batterie et la sueur au front qui me donne des chtars pour la simple et unique raison de "faire du bien à mon corps et à mon esprit "?
Pfffffffffffff que dalle ! Je cours juste pour faire des selfies et m’afficher sur les réseaux sociaux hasthag #NopainNogain #RunningGirl.

Les gars, je suis asthmatique, fumeuse non fumeuse re-fumeuse future ex-non-fumeuse et j'ai simulé un malaise en 3ème pour arrêter de courir autour du stade des Droits de l'homme.
Alors même si j'ai un diplôme de course qui date de 1995, n'oublions pas que je suis arrivée 64ème sur 69 au cross de ma deuxième 5ème.
En gros, moi et la course ça fait 27 et pourtant, je kiffe aller courir parce que je sais que je fais du bien à mon corps, que faire du sport est important et surtout j'ai besoin de m'aérer après une longue journée de  ....  AHAHAHAHA !
Je DÉ - CONNE, je réitère : tout cela n'est qu'une imposture.

Je ne sais pas courir plus d'un kilomètre sans m'arrêter quatre fois puis je suffoque et marche tout en prenant des photos du lac et des canards puis je fais la mytho sportive qui s'étire dès qu'un joggeur passe, histoire de ne pas passer pour la grosse qui s'arrête au bout de 3 minutes, grosse que je suis et qui fait un gros fuck à toutes ces instagrameuses qui nous complexent.

Ceci est une vidéo


J'ai des super chaussures pour courir que j'ai payé un demi-rein (y'avait une promo), un jogging moulant TEX acheté à Carrefour et mon Thsirt de la Nike Run.
En me voyant on y croirait presque sauf que non, tout ceci n'est qu'une mise en scène destinée à me faire passer pour une belle gosse sur Instagram. Comme quoi tout est simple quand on sait mentir.
Qui s'imposerait d'aller courir après le boulot en pleine forêt pour le bonheur du sport ? On le sait tous que ce sont les hashtag #RunningMoment #LikeMaPhotoStp qui rythment vos envies sportives, la différence c'est que moi je l'assume.

Bon, il est vrai que j'aime bien courir un peu aussi, ça fait du bien, ça fait travailler la cardio et faut bien rentabiliser mes chaussures à 102€ mais le reste n'est qu'une grosse farce dont je m'amuse bien volontiers.



Tout ça pour vous dire que grâce aux réseaux sociaux, on se donne la contenance que l'on souhaite.
Ces filles filiformes, photoshopées, énamourées d'amour d'un mec trop beau mannequin hongrois, de cette fille qui s'est offert la dernière jupe Maje ou encore ce mec aux abdos en béton : tout ceci n'est que du paraître, ce n'est pas la vraie vie.


La vraie vie c'est celle que tu vis sans avoir besoin de la prendre en photo avec un filtre Walden et de hashtaguer #LifeMoment.
C'est celle dont tu ne compteras pas l'intensité au nombre de like et de partage.

Enfin je dis ça ... continuez de liker mes mythos photos quand même.
J'vous laisse, j'dois aller courir* avant ma réunion ! Histoire de me vider l'esprit quoi ...


*je vais remettre du rouge à lèvres puis aller demander au cordonnier canon si mon mytho colis qui n'a jamais existé est arrivé.


18 Comments